Billet de blog 2 mai 2013

Politique énergétique: confusion obstinée des médias scientifiques concernant le rendement énergétique

L'entretien de cette confusion consiste à faire croire qu'un rendement énergétique ne peut jamais être supérieur à 100%, alors même que c'est là justement l'avantage des pompes à chaleur par rapport aux chauffages électriques

louis rougnon glasson
Opération Ortograf. Justification scientifique des chauffages par cogénération pour diminuer les pertes entropiques. Démaskyavélisme
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

.

Politique énergétique: confusion obstinée des médias scientifiques concernant le rendement

L'entretien de cette confusion consiste à faire croire qu'un rendement énergétique ne peut jamais être supérieur à 100%, alors même que c'est là justement l'avantage des pompes à chaleur par rapport aux chauffages électriques.

Par exemple, une pompe à chaleur ayant un COP de 4 est tout simplement une pompe à chaleur ayant un rendement énergétique de 400%

Conséquence de ce négationisme qui refuse la réalité de ces rendements supérieurs à 100%, la France a déjà pris 30 à 50 ans de retard par rapport au développement de la cogénération, c'est à dire de la production combinée de chaleur et d'électricité.

La cogénération est déjà très développée en Allemagne et en Europe du Nord, et c'est pour cette raison si l'Allemagne a pu vendre de l'énergie électrique à la France pendant toute la vague de froid de février 2012

L'incroyable obstination constatée dans nos médias scientifiques pour nier ces rendements supérieurs à 100% a une explication et une seule:

Le fait de reconnaitre leur existence 

- met déjà en évidence le gaspillage que constitue un chauffage électrique  par rapport à une pompe à chaleur,

- mais surtout et en même temps, il met aussi en évidence le gaspillage que constitue une pompe à chaleur ordinaire du commerce par rapport à une "pompe à chaleur idéale"

En effet, le rendement 400% d'une pompe à chaleur ayant un COP=4 est encore typiquement une dizaine de fois inférieur au rendement maximum théorique, bien connu des thermodynamiciens, et qui est donné par la formule

rpachmax = 295 / deltaT

avec deltaT = écart de température entre les locaux que l'on chauffe et le milieu ambiant: "l'air du temps", en °C.

Par exemple, avec dix degrés d'écart entre la température intérieure de l'immeuble et la température extérieure, ce rendement maximum théorique a pour valeur:

295 / 10 = 29,5 = 2950%, soit environ 3000%

Du point de vue pédagogique, l'utilisation du concept de rendement énergétique est une des manières les plus simples de montrer au grand public que tous les chauffages traditionnels sont incompatibles avec une gestion rigoureuse des ressources énergétiques, parce que le très grand écart entre le rendement maximum théorique et le rendement réel met en évidence  des pertes par dégradation d'énergie ou pertes entropiques, qui représentent typiquement

- 97% des ressources consommées dans le cas des chauffages électriques, et

- 95% des ressources consommées dans les divers chauffages par combustion.

Dans le cas des pompes à chaleur, les pertes entropiques représentent encore typiquement 90% des ressources consommées

Avec les chauffages par cogénération, les pertes entropiques sont beaucoup plus faibles. La consommation de ressources est alors peu différente de celle d'une pompe à chaleur idéale pour une raison évidente: la chaleur utilisée est alors la chaleur sans valeur rejetée par un groupe électrogène ou par une centrale thermique

Wikipédia dans la préhistoire et Larousse recule

Le fait que le rendement d'une pompe à chaleur soit supérieur à 100%  est tout de même pris en compte - avec des pincettes - par la nouvelle encyclopédie Larousse, qui remplace depuis fin avril 2013 ce qui était auparavant l'encyclopédie contributive Larousse en ligne. On y lit ceci:

En revanche, les machines frigorifiques ou pompes à chaleur ont un rendement supérieur à l'unité, que l'on préfère, pour éviter toute confusion, désigner par le terme « efficacité » ou « coefficient de performance »

Remarquer au passage un superbe contre-sens: le fait de remplacer le mot "rendement" par "coefficient de performance" ou "COP" lorsque sa valeur est supérieure à 100% ne peut que servir à entretenir la confusion et pas du tout à l'éviter. Il s'intègre en effet dans la logique à la fois humoristique et contre-scientifique suivante: 

quand un rendement est supérieur à 100%, on décide de ne plus l'appeler rendement. Après quoi on peut magistralement affirmer qu'un rendement énergétique ne peut jamais  dépasser 100%!!!

Le rédacteur de Larousse n'aurait pas fait cette coquille s'il avait vu un article qui était lisible d'avril 2011 à avril 2013 justement dans l'encyclopédie contributive Larousse en ligne et qui était intitulé: "Les trois rendements d'un transformateur d'énergie: 1°) rendement énergétique  2°) rendement théorique maximum  3°) rendement relatif"

Ce document est toujours disponible dans sa version pdf, 7 pages:

En bref, avec l'exemple utilisé ci-dessus: le rendement théorique maximum de la pompe à chaleur vaut environ 3000%

Si, dans ces conditions, une pompe à chaleur a un coefficient de performances

COP=3, cela signifie: rendement réel = 300%

son rendement relatif vaut

rendement réel / rendement théorique maximum

= 300% / 3000% = 1 / 10 = 10%

A énergie électrique consommée égale, la pompe à chaleur en question fournit donc trois fois plus de chaleur qu'un chauffage électrique, mais c'est encore dix fois moins que le maximum théorique qui serait fourni par une pompe à chaleur idéale.

Cet aveuglement obstiné des médias scientifiques devant la réalité des rendements supérieurs à 100% des pompes à chaleur pose le problème d'une régression dans la capacité de raisonnement rigoureux des scientifiques placés aux postes-clés de l'information.

Si Larousse reconnait bien rappelons-le, la réalité des rendements supérieurs  à 100%, comme on l'a vu:

Les machines frigorifiques ou pompes à chaleur ont un rendement supérieur à l'unité, que l'on préfère, pour éviter toute confusion, désigner par le terme « efficacité » ou « coefficient de performance 

en revanche, Wikipédia n'en est pas encore là, comme on le voit dans Wikipédia/cogénération/discussion:

Le COP d'une pompe à chaleur peut être supérieur à 100% parce qu'il ne s'agit pas d'une conversion d'énergie, mais d'un déplacement. Rien à voir avec un rendement (sic). En revanche, cela a du sens de parler du rendement d'une chaudière

En conclusion, force est bien de reconnaitre  l'aveuglement obstiné des médias scientifiques français devant cette réalité qui crève les yeux:

le rendement d'une pompe à chaleur idéale est très supérieur à 100%, il constitue une nouvelle référence qui montre à quel point la mise en exergue du fameux rendement 100% des chauffages électriques est un anachronisme. Il montre que la chaleur de nos immeubles, appelée "chaleur basse température", est une énergie de très faible valeur et qui peut être pratiquement gratuite quant aux ressources consommées

Il est aisé de contourner ce blocage grâce à la preuve que constitue justement le grand développement  déjà pris par la cogénération  en Allemagne et en Europe du nord: le chauffage par cogénération utilise tout simplement  la chaleur rejetée par un groupe électrogène dans le cas du chauffage individuel, ou par une centrale thermique dans le cas du chauffage urbain.

Voir l'article suivant, ses liens et ceux donnés par ses commentaires:

Les chaudières à gaz avec ou sans condensation: toutes en retard d'une génération

Ortograf-FR doc f460 d05 mai 2013

.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment la Russie a laissé filer l’épidémie
Omicron déferle sur la Russie alors que le pays vient déjà de traverser une terrible année 2021 et déplore plus de 900 000 morts excédentaires depuis le début de la pandémie. Une hécatombe acceptée par l’État mais aussi par la population, peu encline à la vaccination.
par Julian Colling
Journal
Sondages de l’Élysée : le tribunal présente la facture
Le tribunal correctionnel de Paris a condamné ce vendredi Claude Guéant à huit mois de prison ferme dans l’affaire des sondages de l’Élysée. Patrick Buisson, Emmanuelle Mignon et Pierre Giacometti écopent de peines de prison avec sursis.
par Michel Deléan
Journal
Deux « Zouaves » condamnés pour l’attaque à Paris d’un bar antifasciste
Un an et demi après la descente du groupe d’ultradroite Les Zouaves au Saint-Sauveur, QG des antifascistes parisiens, Marc de Cacqueray-Valmenier et Bastien Dos Santos ont été condamnés à des peines de prison ferme pour violences et dégradations en réunion.
par Camille Polloni
Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2020 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie