Billet de blog 10 mai 2014

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Pesticides : il est temps d'agir !

« On meurt déjà des pesticides en Corrèze, comme dans d'autres régions », s'alarment Jean-Pierre Frachet (Appel des médecins limousins), Fabrice Micouraud (ONGF), Corinne Morel Darleux (tête de liste Front de Gauche aux européennes Massif Central - Centre) et Pascale Rome (conseillère régionale Limousin). Ils réclament une réorientation des politiques locales, nationales et européennes.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« On meurt déjà des pesticides en Corrèze, comme dans d'autres régions », s'alarment Jean-Pierre Frachet (Appel des médecins limousins), Fabrice Micouraud (ONGF), Corinne Morel Darleux (tête de liste Front de Gauche aux européennes Massif Central - Centre) et Pascale Rome (conseillère régionale Limousin). Ils réclament une réorientation des politiques locales, nationales et européennes.



Alors que la nocivité des pesticides sur l'environnement (pollution des eaux et des sols) et sur la santé humaine est désormais avérée, rien ne semble avancer. On continue en Corrèze de traiter entre mars et octobre des pommeraies proches parfois de moins de 50 mètres des habitations. Certaines sont à une dizaine de mètres des traitements et reçoivent des produits jusque sous les fenêtres des maisons ! Et pour cause, les documents d'urbanisme prévoient de ne pas construire à 50 mètres des vergers mais ce n'est pas une réglementation opposable au droit.. 

40 à 50 traitements par an de produits dangereux, à proximité de lieux de vie, sans protection ni pour les habitants ni pour les agriculteurs.
Et pourtant...
Depuis de nombreuses années les rapports de l'Inserm, le dernier en  2013, pointent la dangerosité des pesticides sur la santé. Des agriculteurs victimes de cancers, leucémie, parkinson, myélome se battent pour être reconnus en maladie professionnelle suite à leur exposition aux pesticides. En mars 2013, un appel de 150 médecins limousins (près de 250 aujourd'hui) a tiré la sonnette d'alarme sur l'augmentation des maladies chroniques chez leurs patients (cancers, troubles de la fertilité, maladies neurologiques, diabètes, obésités, malformations..), et exprimé l'inquiétude de beaucoup sur ces produits toxiques utilisés sans véritable contrôle. Il a relayé en cela le travail de longue haleine des lanceurs d'alertes que sont les associations telles ONGF, sur le territoire d'Allassac, en Corrèze. Les inquiétudes sont nombreuses : malgré ces multiples appels, les épandages continuent. On sait pourtant que de nombreux pesticides sont des perturbateurs endocriniens dont l'effet ne dépend pas de la dose reçue mais de la période d'exposition, et dont l'effet s'ajoutent à ceux d'autres substances. On sait que les enfants et les femmes enceintes sont particulièrement vulnérables.

Il ne s'agit pas de s'opposer à une profession, que nous considérons victime d'un modèle de production qui la contraint à une rentabilité toujours plus grande pour coller aux impératifs de la grande distribution dans un marché européen qui a abandonné l'idée de régulation et qui préfère livrer ses paysans au dumping le plus destructeur.

Mais il s'agit de faire œuvre de responsabilité face à la catastrophe sanitaire qui se joue sous nos yeux. On meurt déjà des pesticides en Corrèze, comme dans d'autres régions de production.

Nous exigeons au niveau local que les maires s'engagent à protéger les populations qu'ils administrent par des arrêtés anti pesticides.

Nous exigeons au niveau régional l'arrêt des financements accordés aux productions qui utilisent massivement des pesticides et leur réorientation vers des aides à la conversion.

Nous nous félicitons de l'arrêt des dérogations à l'interdiction de l'épandage aérien, mais continuons d'exiger au niveau national:

  • la garantie que les autorisations de mise sur le marché (AMM) soient conformes à l'intérêt général, grâce à des tests réalisés par des laboratoires indépendants et par leur délivrance conjointe par les trois ministères concernés : Santé, Environnement, Agriculture
  • que l'Etat fasse appliquer les réglementations existantes en renforçant les contrôles sur l'usage des pesticides toxiques
  • qu'il engage la transition agricole vers un modèle plus respectueux de l'environnement et des hommes par un investissement public conséquent vers l'agriculture paysanne et biologique.

Nous exigeons au niveau européen :

  • un véritable “verdissement” de la Politique Agricole Commune qui réoriente les aides vers les modèles de polyculture paysanne et vers celles et ceux qui dans les petites exploitations en ont vraiment besoin
  • une directive qui interdise l'usage des perturbateurs endocriniens sans céder aux arguties de l'industrie.   

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À la Une de Mediapart

Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget
Journal
Grève à la SNCF : la mobilisation des contrôleurs bouscule les syndicats
Après un premier week-end de grève remarqué, les contrôleurs SNCF menacent de remettre le couvert pour les fêtes de fin d’année si la direction n’accède pas à leurs demandes. Parti d’un collectif « apolitique », ce mouvement déborde les organisations syndicales.
par Khedidja Zerouali
Journal — Politique
Au PCF, l’opposition à Fabien Roussel fait entendre sa voix
Après un Conseil national tendu, le projet de la direction du parti communiste pour le prochain congrès n’a obtenu que 58 % des suffrages exprimés. Un appel signé par trente-cinq cadres critique une perte de boussole idéologique. Un événement, dans un parti aux habitudes légitimistes. 
par Mathieu Dejean
Journal — Discriminations
Dans les hôpitaux de Strasbourg, l’aumônerie musulmane a la portion congrue
Les différentes aumôneries des Hôpitaux universitaires de la capitale alsacienne disposent de moyens humains et matériels très disparates, qui laissent le sentiment d’une inégalité de traitement. Côté musulman, l’unique salariée a été privée de son bureau individuel.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
Sans couronne se relever
Au cours de sa formation théâtrale, Suzanne de Baecque répond à un travail d’immersion en s’inscrivant au concours de Miss Poitou-Charentes. Avec Raphaëlle Rousseau pour complice, elle narre son expérience à partir des coulisses, observant ses concurrentes, les racontant pour mieux donner naissance à « Tenir debout », docu-fiction entre rire et larmes, premier spectacle magnifique.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Jean-Charles Richard et autres héros du jazz
Sur l’album L’Étoffe des Rêves, le saxophoniste Jean-Charles Richard converse avec le pianiste américain de jazz Marc Copland. La vocaliste Claudia Solal et le violoncelliste Vincent Segal les rejoignent. L’entente des deux leaders, le talent apporté par leurs renforts, façonnent un univers harmonique enchanteur. Et délivre, cet automne, un concert réel comme un songe.
par BRUNO PFEIFFER
Billet de blog
L’art nous empêche-t-il de construire un monde meilleur ?
L'art peut-il être un outil politique pour surmonter les crises environnementales et sociales que nos sociétés traversent ? A-t-il vraiment le pouvoir de créer de nouveaux récits pour amener une mutation profonde et nécessaire ? Non. Car dans un monde profondément individualiste, l'art est fondamentalement du côté des forces réactionnaires.
par Sébastien Piquemal
Billet de blog
Dominique Blanc porte haut « La douleur » de Marguerite Duras
L’actrice dit vouloir jouer encore et encore ce spectacle, « jusqu’ au bout ». Elle a raison. Ce qu’elle fait, seule en scène, est indescriptible. Thierry Thieû Niang l’accompagne dans ce texte extrême de Marguerite Duras créé sous le direction de Patrice Chéreau il y a bientôt dix ans.
par jean-pierre thibaudat