J.G

J.G

Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

La Revue du Projet

Suivi par 117 abonnés

Billet de blog 27 mai 2014

Du bon usage des MOOC, Marc Neveu, Maxence Guesdon

(Massive Open Online Courses – Cours en ligne ouverts et massifs)

J.G

J.G

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Massive Open Online Courses – Cours en ligne ouverts et massifs)

© 

Le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche a été récemment pris de frénésie pour la mise en place urgente de «MOOC», cours en ligne ouverts et massifs. Après l’enseignement à distance et les premières tentatives en 2000 de partage par Internet de ressources de cours, les MOOC sont aujourd’hui massivement développés dans les universités américaines et arrivent en France. Vantés pour la démocratisation du savoir qu’ils permettraient (d’où la notion de cours ouvert), ils ne sont pourtant pas à l’abri de révéler une incompréhension profonde des enjeux liés au numérique.
Pour les tenants de l’austérité budgétaire, l’outil numérique semble doté de pouvoirs magiques. Il permettrait de réaliser des économies d’échelle en plaçant les étudiants, renommés « apprenants », devant leurs écrans pour suivre des cours sous forme de vidéos, forums de discussions et  formulaires de correction. Cette vision est souvent accompagnée d’une volonté de former les futurs travailleurs à des compétences prédéfinies et spécifiques, au service des employeurs. Cette perspective est en rupture totale avec le rôle de l’université, qui est d’élaborer et transmettre des savoirs vivants via la recherche et de former des citoyens capables de critique, deux aspects d’ailleurs indissociables.
En confiant à des acteurs privés les dispositifs de support de la recherche et de l’enseignement (la publication scientifique, maintenant les cours), les politiques de ces dernières années ont encouragé la marchandisation du savoir.  Elles permettent souvent la transposition de dispositifs existant avant le numérique en sources nouvelles de profits privés. Elles présentent en plus le danger d’une colonisation culturelle des pays moins développés numériquement, comme a pu l’être l’introduction du régime Licence-Master-Doctorat (LMD) dans les universités de l’Afrique francophone subsaharienne, ou encore la « mondialisation de l’excellence » qui a restreint les politiques de recherche aux thèmes économiquement porteurs.
Mais l’outil numérique, et les MOOC en particulier, pourraient être des outils au service du partage des connaissances. Cela requiert la mise en place aux plans national et international d’une véritable politique du numérique au service de la science en tant que bien commun. Le numérique est une nouvelle forme d’écriture qui bouscule toutes les disciplines. Il appelle de nouveaux dispositifs contributifs et collaboratifs dans lesquels la « grande discussion scientifique » pourrait avoir lieu. Ces nouveaux outils doivent être au service des enseignants, des chercheurs et des étudiants, et non le contraire. Le numérique, avec des outils pensés dans cette optique, est une formidable occasion de co-développement avec les pays émergents et encore défavorisés suite aux colonisations passées.
Cette réappropriation passe par une politique de recherche sur le numérique et ses effets dans toutes les disciplines, ainsi que par de nouveaux outils et usages du numérique permettant de prendre soin du savoir. Cette politique doit aboutir à la mise en place de plateformes numériques publiques de recherche, indépendantes des intérêts privés, permettant l’accès à tous et sans condition au savoir.
Ces nouveaux outils doivent placer l’étudiant en position d’étudier et permettre que les études supérieures soient une activité d’échanges entre professeurs et étudiants, condition sine qua non pour faire vivre le savoir. En d’autres termes, la question pédagogique ne saurait être considérée comme subsidiaire. Utiliser les outils numériques pour distribuer des cours à grande échelle sans se préoccuper d’organiser les échanges entre enseignants et étudiants et entre étudiants est un non-sens pédagogique. Il est impératif d’éviter que les MOOC ne soient qu’un joujou de communication, inefficace pédagogiquement. Pour cela, la recherche publique en sciences de l’éducation doit être fortement promue en y incluant les aspects numériques.

La Revue du projet, n° 37, Mai 2014

Par Marc Neveu,
professeur d'informatique à l'université de Dijon.
et Maxence Guesdon,
ingénieur de recherche à l'Institut national de recherche en informatique et en automatique.
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
L’« année zéro » de la diplomatie allemande
La Russie vient de donner une rude leçon de géopolitique à l’Allemagne en lui rappelant sa vulnérabilité militaire et économique. Pour la diplomatie allemande, qui a misé sur la carte russe pendant vingt ans, l’humiliation est profonde, et le constat brutal. Premier volet de notre série sur « l’adieu au pacifisme » outre-Rhin.
par Thomas Schnee
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul

La sélection du Club

Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier