Sofiene Boumaza
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Le monde de la BD

Suivi par 122 abonnés

Billet de blog 7 févr. 2022

Mon rond-point dans ta gueule

L'autrice de BD Sandrine Kérion est partie à la rencontre de bretons qui ont participé au mouvement des gilets jaunes. Entre dépit et révolte toujours tenace, c'est à un véritable portrait de la France d'en bas et de la rupture démocratique qu'elle nous convie, trois ans seulement après cette révolte historique.

Sofiene Boumaza
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On oublie vite. Une crise en remplace une autre et l’on se retrouve à la lecture de ce formidable reportage BD à se rappeler qu’il y a moins de deux ans s’est déroulé une des plus importantes révoltes populaires  de notre histoire, qui a fait vaciller le pouvoir jupitérien de la Cinquième République. Le Covid est depuis passé par là, concluant un moment qui s’était déjà refermé, participant à son oubli et aggravant les symptômes qu’avaient révélé les gilets jaunes.

Bien qu’elle se présente comme une simple citoyenne la démarche et le travail de Sandrine Kérion sont résolument journalistiques et absolument professionnels dans sa réalisation. Refusant de se positionner (tout en expliquant en préface qu’elle a petit à petit découvert la pertinence de la révolte) elle se propose au travers de ces neuf portraits de raconter des histoires de vie, celle de la très grande majorité de nos concitoyens vivant souvent de petits boulots, plus ou moins abîmés par la vie, aux cultures familiales et sociales variées mais se rejoignant dans une certains modestie, souvent choisie, celle des gens qui n’attendent guère d’aide mais constatent que leurs efforts deviennent dérisoires au regard d’une France d’en haut qui les méprise.

L’ouvrage s’ouvre sur un remarquable récapitulatif de trente pages qui fait un bien fou à qui a raté le départ ou a eu du mal à comprendre le déroulé et les objectifs des manifestants dans un traitement médiatique qui a, on peut le dire, été fortement déloyal. L’autrice ne verse pas dans l’accusation facile et explique par moment les raisons d’une méfiance et d’une difficulté à comprendre l’identité d’un mouvement qui n’en avait guère d’autre que ce gilet. Les témoignages qui suivront rappelleront bien la présence de violents, de racistes, avec qui la cohabitation n’a finalement pas été possible. Ce fut une les raisons communes du retrait du mouvement parmi les personnes rencontrées par Sandrine Kérion. Le déclenchement de la violence en fut une autre, permettant au système politico-médiatique et à la frange « bourgeoise » de ne plus voir autre chose que le vernis sur la colère.

Ce qui marque dans ces itinéraires, outre de rappeler ce que sont les français, c’est qu’il n’y a pas de misérabilisme. Dans ce secteur particulier (il faut le reconnaître), cette Bretagne de l’agroalimentaire industrielle, ces gilets jaunes sont la frange gauche, majoritairement non violente, non raciste et plutôt encline à voter Melenchon. Comme on l’a vu si à l’origine l’autre frange, réactionnaire et raciste avait occupé les ronds-points, assez vite plus rien ne pouvait coller. Surtout, la répression policière féroce des manifestation, après que le pouvoir eut compris qu’aucune structuration pérenne n’était à attendre du fait même de la trop grande différence entre les membres, a beaucoup joué dans le retrait des témoins.

Ces gens sont des français moyens, pas nécessairement dotés d’une famille dysfonctionnelle, n’ayant pas toujours échoué à l’école, simplement des gens qui n’ont pas de patrimoine, ni culturel ni matériel et qui pensent que seule la volonté suffit pour s’en sortir honnêtement. Quasiment tous convergent, après une pointe d’amertume, pour reconnaître le formidable mouvement d’éducation politique et des vertus du collectif parmi ces milliers de femmes et d’hommes qui ne savaient pas qu’ensemble on est plus fort que seuls.

Incroyablement honnête, juste, cet ouvrage tombe à point nommé pour rappeler d’où l’on vient et que rien n’est inéluctable. Et s’il confirme l’échec inéluctable de la révolte, Covid ou pas, il nous dit aussi que tous ces gens qui se sont redécouvert un pouvoir citoyen n’ont pas disparu et ne sont sans doute pas plus visible dans les radars des instituts de sondage qu’à la veille du déclenchement de la révolte des ronds-points.

Mon rond-point dans ta gueule - portraits de gilets jaunes.
de Sandrine Kérion

Préface de Yvan Le Bolloc'h

Nombre de pages : 144
Date de sortie (France) : 20 octobre 2021
Éditeur : La Boite à bulle

Article publié initialement sur le blog https://etagereimaginaire.wordpress.com/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX