Au nom de la loi je vous endette ! La Loi du 3 janvier 1973 !

C'est un article écrit en septembre 2013 sur la base du livre de Pierre Yves Rougeyron: "Enquête sur la Loi du 3 janvier 1973". Ce livre démontre que les banques gouvernent la France. En ce mois de décembre 2018, avec la révolte des gilets jaunes, cette information est démentie par la « bonne presse ». Mais il est des faits qui sont difficilement contournables.

Loi du 3 janvier 1973 © Pierre Yves Rougeyron Loi du 3 janvier 1973 © Pierre Yves Rougeyron

"Le sociologue Alain Touraine affirme que pour exister sociologiquement, une classe doit posséder une conscience de classe ; celle-ci est l’articulation d’un sentiment d’appartenance à un groupe large, d’un sentiment d’opposition à une autre classe. Or si cette conscience de classe ne  résulte plus d’un sentiment d’appartenance dans ces années 2010, elle doit naître d’un sentiment d’opposition à l’autre classe tout simplement parce l’autre classe ne comprend pas la nécessité de redistribuer des richesses."

(Extrait de mon livre "Libérez-vous    de l'économie contre le travail".)

Dans ce livre, je consacre tout un chapitre à la lecture de l'économie. (ICI) Je cite la Loi du 3 janvier 1973 par laquelle la France abandonne sa monnaie. C'est le début    du chômage de masse, de la dette et de là découlent tous les maux qui s'abattent sur le monde du travail. Précarité, flexibilité, traumatisme du travail ...voir aussi mon article sur "les voyous de la dette"   

L'entretien avec l'Auteur

Au nom de la loi je vous endette ! "Enquête sur la loi du 3 janvier 1973" Pierre-Yves Rougeyron © fxdubc

(un petit décalage existe sur cet enregistrement. Prendre à partir de 1 minute)  

résumé : Par cette Loi de 1973, la Banque de France, qui émettait la monnaie et dépendait directement du pouvoir exécutif depuis 1806 (Napoléon), a trouvé son indépendance. Les aides à l'Etat seront plafonnées et ce dernier devra faire appel aux banques privées pour investir. La dette apparaît en France. Ce processus sera démultiplié par le traité de Maastricht. L'auteur explique que l'abandon de la monnaie par l'Etat a été décidée sciemment pour être changée par une autre variable d'ajustement de l'économie qu'est  le chômage !

Pourquoi avoir consacré un livre sur une loi qui a 40 ans ?

Parce que c'est à partir de cette date que le processus s'enclenche . La Loi par elle-même a été abrogée par celle du 4 août 1993, parce qu'elle est juridiquement incluse dans le processus de Maastricht. Ses effets et l'idéologie qui l'a portée continue. C'est un processus long, complexe, complété par de multiples Lois.

Vous dites que c'est une porte d'entrée pourquoi ?

C'est une porte d'entrée pour 3 raisons :

1- D'abord c'est une entrée dans l'ère de la dette publique. C'est le départ de la crise de la dette souveraine.

2- Ensuite elle marque un tournant  pour l'élite française. L'indépendance de la banque centrale est pensée comme un objectif à atteindre.

L'ouverture des marchés est d'abord proposé à Michel Debré, Ministre des finances en 1965, qui refuse ;  en 1967 elle est proposée à De gaulle qui en écarte l'idée. Donc les politiques à l'époque ont repoussé l'ouverture dans un sens néo libéral du terme, c'est-à-dire l'idée de promotion de l'idée de marché.

C'est donc à partir de cette Loi de 1973 que l'élite politique est d'accord pour ouvrir le marché. A partir de là, on va plafonner à 20,5 milliards les avances de la Banque de France au trésor, et c'est au gouverneur de la banque de France de maintenir ce plafond, ce qui est impensable sous l'ère gaullienne. Ce plafond ne sera même pas réévalué par l'inflation, il va donc être "bouffé".

Donc la banque de France ne peut plus compenser les déficits, alors que c'est la période du premier choc pétrolier. Il y aura donc de moins en moins de "monnaie gratuite" et donc l'Etat sera contraint de faire appel au marché. De là se créait la dette, la course aux intérêts. Entre 1973 et 1993 la part de la dette passe de 20 à 40%.  

Maastricht va surmultiplier cela : 1 150 milliards de dettes du seul fait de Maastricht.

3- Enfin, La Banque de France était dépendante. Il fallait qu'elle soit docile, sous l'empereur comme sous les "République". La réforme de la Banque de France par la Loi du 3 janvier 1973, assure son indépendance du pouvoir politique au point de voir le gouverneur insulter par voie de presse son ministre.

Les principaux acteurs au sein du processus qui conduisent à la Loi de 73, à la dette et à l'Euro sont Jean Monnet, Giscard d'Estaing, Raymond Barre et Jacques Delors, avec un rôle prédominant de Raymond Barre.

(Au cours de cet entretien le journaliste qui interviewe Yves Rougeron, montre une lettre signée de Giscard qui valide toutes ces informations.)

 

Pierre Yves Rougeyron explique ensuite que "la dette cache toujours quelque chose :

En Grèce elle cache un Etat déficient ; en Espagne elle cache une bulle immobilière ; au Japon elle cache un effondrement démographique ; en France elle cache une désindustrialisation de masse. C'est l'appareil productif Français qui est en train d'être détruit, et c'est ça qui se cache derrière la dette. Car si la France était en croissance, la dette serait soutenable. Pas de croissance parce qu'on a plus de levier monétaire, plus de levier budgétaire, plus d'outils productifs, plus de droits de douane, donc on a plus de plan, plus d'Etat, donc au niveau de la direction on a plus rien, c'est ça le secret de la dette.

Il a été décidée sciemment, et c'est ce que j'explique noir sur blanc dans mon livre, que la monnaie, qui représente le système Gaullien des années 60, a été changée par une autre variable d'ajustement qu'est  le chômage. C'est un choix délibéré, et je n'ai maltraité personne pour obtenir les aveux."

(En clair l'auteur explique que les libéraux du marché libre ont changé les règles pour détourner la monnaie à leur profit contre les chômeurs à la charge de l'Etat.)

 

Quelles sont les conséquences pour les Français ? (au delà des millions de chômeurs)

1- La dette c'est 1800 milliards, composé de 1400 Mds d'intérêts cumulés. (pour se mettre à jour le chiffre du jour ICI)

1ère conséquence : La France emprunte 4 milliards par semaine dont 1 milliard uniquement pour payer les intérêts. Pour être plus clair, nous empruntons 180 millions d'euros par jour !

2- C'est la chaîne ! Les banques ont 36% de la dette Française et les Fonds de pensions et d'assurances 46 à 48%. Et derrière ??? on ne sait pas.

Plus de 70% sont détenus par des étrangers ou français non résidents. Par exemple ceux qui fuient le fisc français et l'effort national peuvent profiter de la dette française comme placement à l'étranger. Ce serait d'un humour extrêmement triste si Monsieur Cahuzac avait placé une partie de ses fonds en dettes Française...Ce serait infiniment triste, malheureusement, c'est tout, sauf impossible !

3- L'hypertrophie des bilans bancaires. Pourquoi nous avons ces banques énormes que l'on doit  sauver d'elles-mêmes. Là, les conséquences sont directes pour la population. Il faut dire que la faillite de la banque Américaine "Lehman Brothers,  c'est 100 millions d'emplois détruits dans le monde.

 

Pourquoi elles sont devenues aussi grosses ces banques ?

Parce qu'elles ont avalé des sommes de liquidités qui venaient de 3 secteurs :

  •      les dettes publiques. (les banques privées achètent la dette des Etats avec intérêts)
  •      Les fluctuations des taux de change. (spéculation sur les variations de la valeur des monnaies)
  •      Les produits assurantiels de nouvelles générations. (assurances vie, couverture santé, retraites par capitalisation, etc..)

Elles sont tellement énormes que si elles font des bêtises c'est nous qui devons faire le ménage derrière et ce, avec de l'argent public !

4- Enfin,  la dette est vivante, elle sert de prétexte pour des réformes libérales violentes, comme le dit très bien JP Raffarin lorsqu'il parle de "gens qui investissent sur la France ...."

C'est le démantèlement organisé de l'Etat Français

Peut-on dire que ce sont les banques privées qui gouvernent la France ?

Objectivement oui !

propos résumés par Denis Garnier[1]

14 août 2013

 


[1] C'est à partir de cette Loi de 1973 que j'ai rapporté dans mon livre "Libérez-vous ! de l'économie contre le travail" (éditions le Manuscrit Paris 2011), une lecture de l'économie et les conséquences de cet abandon de la monnaie sur le monde du travail. Chômage, précarité, flexibilité, risques psychosociaux...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.