Billet de blog 19 avr. 2010

France Télécom : lettre ouverte d'une psychiatre à Eric Woerth

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Brigitte Font le Bret, psychiatre dans l'Isère s'inquiète de la «lenteur» du traitement des dossiers médicaux des fonctionnaires de France Télécom. «Ceci a des conséquences parfois très graves sur l'état psychique de l'agent et des répercussions financières mettant certaines familles en état de précarité.»

Lettre ouverte à monsieur le ministre du travail, de la solidarité et de la fonction publique
Monsieur le ministre,
Psychiatre recevant essentiellement des patients pour des consultations de souffrance au travail, membre du comité scientifique de l'Observatoire du Stress et des Mobilités Forcées de France Télécom, je me permets de vous saisir pour vous faire part de mon inquiétude concernant la gestion des dossiers médicaux des agents relevant du régime de la fonction publique.
Je reçois chaque jour de nombreux témoignages concernant la lenteur du traitement des demandes de congés longue maladie, de congés longue durée, de temps partiel thérapeutique, d'accident de service, d'imputabilité au service des troubles présentés...

Trouvez vous par exemple normal qu'un médecin agréé réalise une mission en janvier 2010 et qu'à ce jour la commission de réforme attende encore son rapport pour statuer ? Ceci a des conséquences parfois très graves sur l'état psychique de l'agent et des répercussions financières mettant certaines familles en état de précarité.
L'augmentation des risques psychosociaux dans la fonction publique amène de plus en plus de demandes d'avis concernant le lien entre le travail et l'état de santé. La non-obligation de formation des médecins agréés est dans ce cas préjudiciable car la lecture de certaines expertises montre souvent que la question de l'organisation du travail n'est pas interrogée. Pour les cas dramatiques de tentatives de suicides sur le lieu de travail il me semblerait très important qu'un diplôme de psychopathologie du travail soit requis.
L'accord récemment signé sur le stress dans la fonction publique fait mention de ces problèmes. Le calendrier ne doit subir aucun retard au risque de voir se poursuivre la dégradation de l'état de santé des agents de la fonction publique.
Je me permets d'insister sur les agents de France Télécom car je reçois de nombreux appels au secours sur cette question depuis la centralisation des comités médicaux et des commissions de réforme qui ne permet plus le dialogue concerté qui existait avant entre les médecins des comités et commissions, les médecins traitants et les médecins du travail. Dans une entreprise suffisamment touchée par le nombre de suicides un retour à une gestion de proximité des problèmes médicaux semble s'imposer.
Je vous remercie d'avance pour votre lecture attentive et je reste à votre disposition pour répondre à tout autre questionnement sur ce sujet qui me tient à cœur.
Veuillez agréer, monsieur le ministre, l'expression de mes salutations respectueuses.
Dr Brigitte Font Le Bret, psychiatre

Sur le même thème :

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Inflation : les salariés, éternels dindons de la farce
Avec la poussée inflationniste, les salariés sont sommés d’accepter un recul de leurs revenus réels pour éviter l’emballement des prix. Mais lorsque les prix étaient bas, les salariés devaient accepter la modération salariale au nom de l’emploi. Un jeu de dupes que seules les luttes pourront renverser. 
par Romaric Godin
Journal
Électricité et gaz : les salaires mettent le secteur sous haute tension
Appel à la grève dans le secteur des industries électriques et gazières, le 2 juin prochain, pour réclamer des revalorisations de salaires indexées à l’inflation. Chez RTE, gestionnaire du réseau électrique français, un mouvement social dure depuis déjà depuis treize semaines.
par Cécile Hautefeuille
Journal
Nouveau gouvernement : le débrief de Mediapart
Premier conseil des ministres du deuxième quinquennat Macron ce matin, marqué par l’affaire Damien Abad. Émission consacrée donc à notre nouveau gouvernement et à la campagne législative de ceux qui n’en font plus partie, comme Jean-Michel Blanquer, parachuté dans le Loiret.
par À l’air libre
Journal — Écologie
Planification écologique : le gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’École et ses professeurs à bout de souffle : urgence vitale à l'école
Nous assistons aujourd’hui, dans un silence assourdissant, à une grave crise à l’Ecole. Le nombre des candidats aux concours de l’enseignement s’est effondré : ce qui annonce à court terme une pénurie de professeurs. Cette crise des « vocations », doit nous alerter sur une crise du métier et plus largement sur une crise de l’Ecole.
par Djéhanne GANI
Billet de blog
Ndiaye et Blanquer : l'un compatible avec l'autre
« Le ministre qui fait hurler l'extrême droite », « l'anti-Blanquer », « caution de gauche »... voilà ce qu'on a pu lire ou entendre en cette journée de nomination de Pap Ndiaye au ministère de la rue de Grenelle. Beaucoup de gens de gauche qui apprécient les travaux de M. Ndiaye se demandent ce qu'il vient faire là. Tentons d'y voir plus clair en déconstruisant le discours qu'on tente de nous imposer.
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Lycéennes et lycéens en burn-out : redoutables effets de notre organisation scolaire
La pression scolaire, c’est celle d’une organisation conçue pour ne concerner qu’une minorité de la jeunesse Lycéennes et lycéens plus nombreux en burn-out : une invitation pressante à repenser le curriculum.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Déblanquérisons l'École Publique, avec ou sans Pap Ndiaye
Blanquer n'est plus ministre et est évincé du nouveau gouvernement. C'est déjà ça. Son successeur, M. Pap Ndiaye, serait un symbole d'ouverture, de méritocratie... C'est surtout la démonstration du cynisme macronien. L'école se relèvera par ses personnels, pas par ses hiérarques. Rappelons ce fait intangible : les ministres et la hiérarchie passent, les personnels restent.
par Julien Cristofoli