Billet de blog 19 juin 2018

En supprimant le CICE le Gouvernement pourrait augmenter les fonctionnaires de 20% !

Avec le gel du point d’indice et le salaire au mérite, le Gouvernement veut rompre avec le principe d’égalité de traitement des fonctionnaires. C’est un peu comme si dans le secteur privé, les augmentations du Smic étaient accordées aux plus méritants ! En faisant cela, le gouvernement condamne la Fonction Publique et les Fonctionnaires. Pourtant 1% d’augmentation ne coûte qu’un milliard d’euros.

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le principe d'égalité de traitement dans la Fonction Publique

Il s’applique à tous les fonctionnaires appartenant à un même corps ou cadre d'emplois, consacré par le Conseil Constitutionnel et le Conseil d’Etat, découle de l'article 6 de la Déclaration de 1789. Les fonctionnaires ont les mêmes droits et les mêmes obligations, à l'inverse des attitudes discriminatoires qui consistent à traiter de manière différente des personnes.

Si le gouvernement peut augmenter le traitement de certaines catégories d’emplois, il ne peut pas individualiser le salaire par une augmentation au mérite. Il ne s’agit pas ici pour le Président et le Gouvernement de récompenser les mérites et les compétences qui sont déjà rémunérés statutairement par une promotion ou par une prime, mais de trouver un système alternatif à l’augmentation généralisée des salaires des fonctionnaires.  

D’abord, l’évolution des traitements sur 10 ans = + 0, 96% !

En 10 ans le traitement des fonctionnaires à perdu 10,14% sur l’inflation, et 6,84% sur l’évolution de la richesse nationale. (PIB)

Oui, dit le Gouvernement, mais les fonctionnaires voient leur salaire évoluer du fait de leur ancienneté et de leurs avancements de grade. C’est un fait ! Mais de quoi parle-t-on ?


Récompenser l’ancienneté par une augmentation de salaire est une pratique qui s’applique dans de nombreux secteurs d’activité en application des conventions collectives. Chaque salarié, chaque fonctionnaire, chaque travailleur acquiert de nouvelles compétences au fil des ans par l’expérience et la formation. La qualité du travail et du service en tire bénéfice et il est naturel de la récompenser par une augmentation de salaire. Comme il est tout à fait naturel que soient récompensés ceux qui prennent de nouvelles responsabilités.

Mais le fait d’intégrer ces augmentations méritées dans le cadre du seul maintien du pouvoir d’achat tient d’une perversion malhonnête. Elle sous tend que pour maintenir son pouvoir d’acheter il faut le mériter ! Si chaque année le SMIC est augmenté ce n’est pas pour récompenser le mérite mais pour simplement préserver le pouvoir d’achat de ceux qui travaillent à ce tarif là. Les fonctionnaires ne demandent pas davantage. Heureusement le salaire minimum de la fonction publique ne peut pas être inférieur au smic. Ce constat conduit progressivement à intégrer dans ce salaire minimum de plus en plus d’emplois et à gommer les qualifications. Ainsi le personnel qualifié se retrouve au même niveau que les non qualifiés. La motivation ne peut pas être au rendez-vous.

Ensuite cette logique conduit ceux qui ne sont pas fonctionnaires, les contractuels de catégorie C, les exécutants, les gens qui ne sont rien ( !), à perdre chaque année en augmentation de salaire l’équivalent de l’inflation. Ceux-là ne bénéficient d’aucune reconnaissance de leur ancienneté et c’est certainement la raison qui pousse le Gouvernement à multiplier les emplois précaires sans statut. Simple mesure d’économie en niant totalement la plus value de l’expérience et de la compétence.

Le mépris de l'expérience et des compétences: un choix politique contre les fonctionnaires !

Oui, pour 1% d’augmentation de la valeur du point d’indice représente un investissement de 1 milliards d’euros, c'est-à-dire trois fois moins que la suppression de l’ISF et vingt fois moins que le Contrat compétitivité (CICE) !

En supprimant le CICE, qui est totalement stérile en terme d’emploi créé, le gouvernement pourrait augmenter les fonctionnaires de 20%. Ils n'en demandent pas tant parce que tous les salariés méritent le maintien de leur pouvoir d'achat auquel doit s'ajouter, la reconnaissance de leur expérience, de leurs compétences et de leurs responsabilités. La moitié serait une simple mesure de rattrapage. 20 milliards pour les fonctionnaires et les salariés, c'est une injection directe dans la consommation qui elle, génère des emplois.

C’est donc un choix politique ! Rien à voir avec la reconnaissance de la grandeur de la Fonction Publique lorsqu’il s’agit de louer ici la qualité et le dévouement des fonctionnaires de Police, des hôpitaux, des pompiers, de la sécurité civile, de tous ceux qui, au quotidien, dans l’ombre, sont au service de l’ensemble des citoyens.

S’épancher sur des tombes un jour et dénoncer le coût des fonctionnaires le lendemain, c’est une sorte de populisme auquel se livre le Président de la République et son Gouvernement et ceci ne présage rien de bon.

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
Le Gouvernement se fait pourtant déjà juge, madame la Première ministre
La première ministre, Mme Elisabeth Borne, n'est pas « juge », dit-elle, lors d’un échange avec une riveraine, ce mercredi 15 juin 2022, l'interrogeant sur les nouvelles accusations visant M. Damien Abad, ministre des solidarités.
par La Plume de Simone
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent