Billet de blog 19 déc. 2019

Et si la « réforme retraite » était un tour de passe-passe au profit de l’Etat ?

Si l’État et la CNRACL assument plus de 76 milliards de pensions pour ses retraités et verse 8 milliards pour les régimes spéciaux, soit une charge totale de 84 milliards d’euros, toutes ces charges seront transférées au régime universel qui devra absorber tous les déficits.

Denis Garnier
Conseiller social - Polémiste, auteur, blogueur
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Faisons simple.

Dans le projet de Loi de finance 2019 on peut trouver un « Rapport sur les pensions de retraite de la fonction publique »

 Son contenu est intéressant et nous allons tenté d’en extraire l’essentiel.

  • « Les 5,5millions d’agents publics (titulaires, militaires, ouvriers d’État, magistrats, et contractuels), qui représentent 19,9% de l’emploi total (privé + public), sont couverts pour le risque vieillesse par six régimes de retraite distincts;
  • Les quatre régimes de retraite par répartition «dédiés» aux agents publics (hors contractuels) ont versé 76 Milliards d’€ de prestations vieillesse en 2017 à 5,8millions de pensionnés, soit 24,4% des dépenses de l’ensemble des régimes de retraite.
  • Les régimes spéciaux de retraite bénéficient de financements de l’État, à hauteur de 8,06 milliards d’€ en 2017
  • Entre 2006 et 2016, 27% de la progression des dépenses du budget général de l’État (+53,9 Milliards d’€) est dû à l’accroissement du besoin de financement des pensions des fonctionnaires de l’État (+15, Milliards d’€). Cette forte dynamique pèse, toutes choses égales par ailleurs, sur le solde budgétaire de l’État.
  • Depuis la création du Compte Spécial Pensions en 2006, la croissance moyenne des dépenses de pensions (+3,3%) est près de deux fois supérieure à celle du budget général dans son intégralité (+1,7%) »
  • A ce jour l’État prend à sa charge 74,28 % des dépenses de retraite pour les agents civils et 126,07 % pour les militaires.

Concernant les Fonctionnaires hospitaliers et territoriaux qui dépendent de la CNRACL, la cotisation employeur est de 30,65 %. Demain, après la réforme, tous les fonctionnaires dépendront de la nouvelle caisse de retraite universelle.  Le taux de cotisation employeur sera fixé à 16,87% ! (11,25% pour les agents)

Si l’État et la CNRACL assument plus de 76 milliards de pensions pour ses retraités et versent 8 milliards pour les régimes spéciaux, soit une charge totale de 84 milliards d’euros, toutes ces charges seront transférées au régime universel qui devra absorber tous les déficits. L’État, au lieu d’absorber 74,28% de charge (Circulaire du 20 décembre 2018) ne paiera plus que la cotisation employeur à hauteur de 16,87 % et idem pour les employeurs hospitaliers et territoriaux qui verront leurs cotisations passer de 30,65% à 16,87 %.

Ce rapport précise, que "les six régimes de retraite distincts qui ont versé 76 Milliards de prestations vieillesse en 2017 à 5,8 millions de pensionnés, représentent 24,4% des dépenses de l’ensemble des régimes de retraite."

"Prestations légales servies par la branche vieillesse en 2017 s’élève quant à lui à 312 Milliards de dépenses, dont 223Md€ pour les régimes de base ou complet et 89 Milliards pour les complémentaires."

Si le pourcentage de cotisation baisse comme précisé dans le rapport Delevoye, l’État pourrait économiser quasiment la moitié de sa contribution totale, c'est-à-dire 40 milliards ! Cette somme sera payée par les cotisants au nouveau régime de retraite !

En sachant que le nouveau taux de cotisation pour les employeurs serait fixé à 16,87% et celui des salariés et fonctionnaires à 11,25%, la lecture du tableau qui figure dans mon article précédent permet d’identifier ceux qui vont refiler leur déficit et ceux qui vont le payer !

Un salarié non cadre du secteur privé, qui paie aujourd’hui 9,48% de cotisation retraite va payer demain 11,25% soit, + 1,77%.

Un cadre qui perçoit + de 3377 € brut par mois verra sa cotisation passer de 14,97% à 11,25%, soit – 3,72% ! Cette différence va lui permettre de souscrire une retraite complémentaire qui de plus sera déductible des impôts ! Par contre un salarié au SMIC verra sa cotisation passer de 9,48% à 11,25% !!!!

Le titre peut être modifié ainsi:

Et si la « réforme retraite » était un tour de passe-passe au profit de l’Etat et des assurances privées ?

J’ai du me tromper quelque part ! Vous pourriez m’indiquer ou ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Karl Laske, Marine Turchi et Sébastien Bourdon
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B