Billet de blog 2 avr. 2015

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

« Dites-le dans le français que vous voulez ! »

« Dites-le en français » ! Le 16 mars 2015, le CSA a réalisé une campagne de trois vidéos. Des chercheurs (linguistes et informaticiens), tous membres du projet équipe sud4science sur les SMS, s'insurgent contre leur contenu qui dévalorise l'écriture SMS.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Dites-le en français » ! Le 16 mars 2015, le CSA a réalisé une campagne de trois vidéos. Des chercheurs (linguistes et informaticiens), tous membres du projet équipe sud4science sur les SMS, s'insurgent contre leur contenu qui dévalorise l'écriture SMS.


 À l’occasion de la première journée de la langue française dans les médias audiovisuels, « Dites-le en français », le 16 mars 2015, le conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a réalisé une campagne de trois vidéos. Cette journée a été organisée en partenariat avec la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF) et Radio France.

Nous, chercheurs du projet sud4science/88milSMS, linguistes et informaticiens (Rachel Panckhurst, Catherine Détrie, Cédric Lopez, Claudine Moïse, Mathieu Roche, Bertrand Verine), appartenant à des structures de recherche publiques (Université Paul-Valéry Montpellier, Praxiling, CNRS, Cirad, Tetis, Université Stendhal Grenoble, Lidilem) et privées (Viseo Technologies, Grenoble), nous insurgeons contre le contenu de ces vidéos. De notre point de vue, elles dévalorisent l’une des créativités majeures de la langue française écrite du 21e siècle : l’écriture SMS.

Dans l’une de ces vidéos, intitulée « Stop au langage SMS - Campagne CSA "Dites-le en français" », on voit un adolescent frigorifié entrer dans une voiture : il avait envoyé un SMS à sa mère pour lui demander de venir le chercher car son cours était annulé. On voit la mère lui rétorquer : « J’ai rien compris », puis, une fois que l’adolescent lui a expliqué le contenu du SMS qu’elle n’avait pas compris, elle poursuit :« La prochaine fois que t’as besoin de moi, tu m’achètes un dictionnaire pour SMS, oh, non, mieux, t’apprends à écrire ». Puis on entend, en arrière-fond, « Dites-le en français. Notre langue est belle. Utilisons-la. »

En tant qu’enseignants-chercheurs et chercheurs en Sciences du Langage et en Traitement automatique des langues (TAL), notre travail consiste, entre autres, à étudier l’évolution de la langue française. Les linguistes ne jugent pas ; ils observent, constatent, analysent et rendent les résultats de leurs travaux de recherche disponibles pour consultation par le grand public.

À ce titre, en 2011, nous avons recueilli plus de 90 000 SMS auprès du grand public (projet sud4science : http://www.sud4science.org dans le cadre du projet international sms4science : http://www.sms4science.org), soit la base de données la plus importante jamais recueillie en langue française. Depuis juin 2014, notre corpus de SMS anonymisés est disponible pour téléchargement sur la grille de services d’Huma-Num (http://88milsms.huma-num.fr/). Toutes les personnes intéressées peuvent donc le consulter.

Nous avons bénéficié de deux subventions publiques pour mener à bien ce travail : MSH-M (Maison des Sciences de l’Homme de Montpellier) et DGLFLF. Dans le rapport de 50 pages rendu à la DGLFLF à l’issue du projet intitulé « Pratiques contemporaines de la textualité numérique : observation, description et analyse d’un grand corpus de SMS », nous avons expliqué pourquoi nous nous intéressons aux SMS : en tant que linguistes, nous observons, sans jugement, sans nous référer à une norme quelconque, les changements linguistiques. Nous nous intéressons à l’étude du langage, des langues et des pratiques langagières, donc, lorsqu’il y a des mutations éventuelles, nous saisissons l’occasion pour étudier de nouveaux phénomènes. La langue est dynamique, en mouvance constante et surtout vivante (ce que semble méconnaître la vidéo consacrée aux SMS !). Puis, en étudiant les SMS, nous pouvons envisager des applications industrielles en TAL : des systèmes de transcodage SMS vers le français standardisé ; des logiciels de reconnaissance des SMS, ou de vocalisation, pour des personnes aveugles, ou pour des conducteurs, etc. Ces applications pourront aussi aider à traiter de grandes masses de données textuelles très présentes aujourd’hui dans les réseaux sociaux (tweets, Facebook).

Grâce à des subventions publiques, nous avons pu observer et analyser une écriture SMS d’une très grande créativité dans ses formes, et qui renferme une dimension ludo-affective très forte.

Nous déplorons que l’écriture SMS soit trop souvent considérée comme une facette de la langue à bannir. Acceptons enfin (!) que cette écriture fasse partie intégrante de la langue française dans sa dimension évolutive. Nous savons qu’à l’oral plusieurs registres, plusieurs genres sont possibles, et même nécessaires, selon les contextes. Refusons, qu’à l’écrit, seule la langue française normée soit acceptable. Toutes les écritures, toutes les créativités doivent être à l’honneur. Les scripteurs de SMS, eux-mêmes, font la différence entre une écriture utilisée entre amis, proches, dans un contexte où l’affect et la volonté de faire partager cet affect priment, et une autre situation exigeant d’autres pratiques. Nos études scientifiques le montrent. Alors, oui au slogan « Dites-le en français », qui, pour nous, ne doit pas équivaloir à : « Dites-le en français normé » mais plutôt à « Dites-le dans le français que vous voulez ! »

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant
Billet de blog
À Brioude, itinéraire d'une entreprise (presque) autonome en énergie
CN Industrie vit en grande partie grâce à l'électricité produit par ses panneaux solaires. Son modèle énergétique est un bon éclairage de ce que pourrait être un avenir largement éclairé par les énergies renouvelables. Rencontre avec son patron précurseur, Clément Neyrial.
par Frédéric Denhez