Billet de blog 5 juil. 2013

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Les masques sont tombés: l’écologie n’est pas la priorité de ce gouvernement

Après le « limogeage brutal » de Delphine Batho et la baisse du budget du ministère de l'écologie, plusieurs responsables d'EELV considèrent que « décider de sortir du gouvernement pourrait nous permettre de nous reconstruire et de retrouver la confiance d’une opinion qui s’interroge sur nos options ».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Après le « limogeage brutal » de Delphine Batho et la baisse du budget du ministère de l'écologie, plusieurs responsables d'EELV considèrent que « décider de sortir du gouvernement pourrait nous permettre de nous reconstruire et de retrouver la confiance d’une opinion qui s’interroge sur nos options ».


Avec le limogeage brutal de la ministre de l’écologie, Delphine Batho, la baisse de 7% du budget du ministère indique clairement les options du gouvernement. Pour François Hollande et Jean-Marc Ayrault, la lutte pour l’emploi, priorité que nous partageons, ne passe pas par la transition écologique de l’économie. Pour les responsables du PS au pouvoir, il faut encore et toujours sacrifier aux dieux de la croissance et de la compétitivité tout en se pliant au diktat des 3%. L’écologie est donc devenue une simple variable d’ajustement budgétaire permettant de faire des économies en faisant fi des urgences dont les conséquences sont pourtant de plus en plus perceptibles : dérèglement climatique, malbouffe, pollution, maladies environnementales, raréfaction des ressources, destruction des espaces naturels et de la biodiversité...

Dans de telles circonstances, que pouvons-nous encore espérer de notre participation gouvernementale ? Depuis mardi 2 juillet, il n’est plus question de liberté de parole. Il n’y aura pas de retour en arrière après la crise d’autorité du président de la République.

Comment allons-nous pouvoir tenir ? En exigeant, pour rester, des avancées significatives et des gages supplémentaires des convictions écologistes du gouvernement ?

Nous savons tous très bien que les choix budgétaires draconiens du gouvernement vont impacter toutes les politiques, que nos rendez-vous ne se limitent pas à la transition énergétique, mais aussi au financement des retraites et l’allongement prévisible de la durée de cotisation, à la baisse des capacités d’actions des collectivités territoriales…

La coupe est pleine ! Il y a eu l’Accord national interprofessionnel, qui va renforcer la précarisation des salariés, le cadeau fiscal de 20 milliards d’euros aux entreprises sans conditionnalité via le crédit d’impôt compétitivité emploi, l’absence de volonté d’aboutir sur la question du droit de vote des étrangers aux élections municipales, l’absence de réforme bancaire digne de ce nom, les expulsions systématiques de Roms. Comment croire encore à la promesse d’une dose de proportionnelle et à la réduction de la place du nucléaire dans le mix énergétique ?

Seul un nouveau projet de société serait à même de redonner espoir, mais ce gouvernement n'en porte aucun. Ni dans le domaine agricole (priorité à l'agriculture exportatrice), ni dans la reconversion des industries (subventions à l'industrie automobile), ni sur le plan démocratique (limitation du cumul, proportionnelle, décentralisation...), ni sur le plan social (réduction des inégalités, limitation des salaires des PDG...), ni sur la question européenne (baisse du budget…)…

Face à ce constat, ne nous leurrons pas : malgré les promesses faites jeudi à l'Assemblée par Jean-Marc Ayrault, le changement de cap que nous réclamons depuis des mois n’aura pas lieu.

Nous mettons en garde : et si la poussée de l’extrême droite avait un lien avec tous ces renoncements politiques accumulés depuis un an ? Nous ne voudrions pas en être comptables.

Le débat sur la sortie de ce gouvernement ne peut plus être tabou.

Si aucun changement ne se dessine rapidement, décider de sortir du gouvernement pourrait nous permettre de nous reconstruire et de retrouver la confiance d’une opinion qui s’interroge sur nos options. 

Nous poser la question au plus vite, c’est aussi faire le choix d’un nouvel élan, celui de l’autonomie de l’écologie politique. Il en va de notre identité, de nos valeurs, de notre raison d’être ! 

Françoise Alamartine, membre du bureau exécutif d’EE-LV 
Jacques Boutault
, membre du conseil fédéral d’EE-LV et maire du deuxième arrondissement de Paris 
Alain Coulombel
, membre du conseil fédéral d’EE-LV et conseiller régional de Savoie
Jérôme Gleizes
, membre du bureau exécutif d’EE-LV
Elise Lowy
, porte-parole et membre du Bureau exécutif d’EE-LV
François Lotteau
, secrétaire régional Bourgogne EE-LV

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Viols, tortures et disparitions forcées : en Iran, dans le labyrinthe de la répression
Pour les familles, l’incarcération ou la disparition d’un proche signifie souvent le début d’une longue recherche pour savoir qui le détient et son lieu de détention. Le célèbre rappeur Toomaj, dont on était sans nouvelles, risque d’être condamné à mort.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Outre-mer
Karine Lebon, députée : « Ce qui se passe à La Réunion n’émeut personne »
La parlementaire de gauche réunionnaise dénonce le désintérêt dont les outre-mer font l’objet, après une semaine marquée par le débat sur les soignants non vaccinés et le non-lieu possible sur le scandale du chlordécone. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal
Loi « anti-squat » : le gouvernement se laisse déborder sur sa droite
En dépit de la fronde des associations de mal-logés et l’opposition de la gauche, l’Assemblée a adopté la proposition de loi sur la « protection des logements de l’occupation illicite » à l’issue d’un débat où le texte a été durci par une alliance Renaissance-Les Républicains-Rassemblement national.
par Lucie Delaporte
Journal — Asie et Océanie
Après les inondations, les traumatismes de la population du Pakistan
Depuis 2010, des chercheurs se sont intéressés aux effets dévastateurs des catastrophes naturelles, comme les inondations, sur la santé mentale des populations affectées au Pakistan. Un phénomène « à ne surtout pas prendre à la légère », alerte Asma Humayun, chercheuse et psychiatre à Islamabad.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
La baguette inscrite au patrimoine immatériel de l'humanité
La baguette (de pain) française vient d’être reconnue par l’UNESCO comme faisant partie du patrimoine immatériel de l’humanité : un petit pain pour la France, un grand pas pour l’humanité !
par Bruno Painvin
Billet de blog
Pesticides et gras du bide
Gros ventre, panse,  brioche,  abdos Kro, bide... Autant de douceurs littéraires nous permettant de décrire l'excès de graisse visible au niveau de notre ventre ! Si sa présence peut être due à une sédentarité excessive, une forme d'obésité ou encore à une mauvaise alimentation, peut-être que les pesticides n'y sont pas non plus étrangers... Que nous dit un article récent à ce sujet ?
par Le Vagalâme
Billet de blog
La vie en rose, des fjords norvégiens au bocage breton
Le 10 décembre prochain aura lieu une journée de mobilisation contre l’installation d’une usine de production de saumons à Plouisy dans les Côtes d’Armor. L'industrie du saumon, produit très consommé en France, est très critiquée, au point que certains tentent de la réinventer totalement. Retour sur cette industrie controversée, et l'implantation de ce projet à plus de 25 kilomètres de la mer.
par theochimin
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel