Avec Martine Aubry, l'espoir du vivre ensemble

«Nous soutenons Martine Aubry pour la fidélité de son combat contre le racisme et les discriminations»: Henri Leclerc, Philippe Bataille, Paul Bouchet, Pap Ndiaye, Joël Roman, Michel Wievorka... s'engagent pour la maire de Lille.

«Nous soutenons Martine Aubry pour la fidélité de son combat contre le racisme et les discriminations»: Henri Leclerc, Philippe Bataille, Paul Bouchet, Pap Ndiaye, Joël Roman, Michel Wievorka... s'engagent pour la maire de Lille.


---------

puceinvite.jpg


Martine Aubry incarne la lutte contre le racisme et les discriminations. Sans jamais perdre l'objectif de l'intégration, dans toutes les fonctions qu'elle a occupées elle s'est souciée de rétablir l'égalité de traitement dans l'emploi et le logement pour nos concitoyens issus des immigrations. Toujours elle s'est montrée solidaire, présente, rassurante pour les victimes du racisme.

Martine Aubry a élaboré et tenu la première parole publique et politique sur ce sujet en intervenant devant le Conseil des ministres d'octobre 1998. En 1999, elle a créé et installé le Groupe de lutte contre les discriminations (Geld), devenu la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l'égalité) en 2003, que le gouvernement actuel a récemment anéantie. C'est sous son ministère que la législation française a intégré des outils nouveaux de lutte contre des discriminations en matière de droit pénal et civil, et dans le code du travail.

Devant les assemblées parlementaires ou dans la rue, Martine Aubry a toujours soutenu les actions associatives de défense des droits fondamentaux de la personne. Le lendemain de l'assaut de Saint-Bernard, elle était auprès des familles tabassées. Toujours elle a défendu le droit à l'éducation des enfants qui vivent sur le territoire français.

Elle a associé le rejet du racisme à la prévention de toutes les formes de discriminations; elle n'a pas séparé ce combat de celui contre l'exclusion et les inégalités. Avec la CMU, elle a établi le droit universel à la santé des exclus. C'est elle qui a inventé les dispositifs d'aide aux jeunes pour qu'ils accèdent à l'emploi et qu'ils défendent leur dignité.

Martine Aubry a agi avec humanisme et intelligence politique. Toujours, elle a épousé et porté le combat des associations antiracistes, des collectifs et des syndicats qui luttent au quotidien contre ce fléau. Ministre d'Etat, volontaire et déterminée, elle a renforcé le rôle et les droits juridiques des acteurs de la lutte antiraciste. Maire de Lille, elle s'est attachée à promouvoir une culture ouverte et vivante.

Aujourd'hui, ces outils publics de la lutte contre les discriminations comme la Halde ou l'Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances) ont été vidés de leur sens ou fragilisés; des polémiques dangereusement entretenues font de l'étranger l'adversaire, et du musulman, le danger; le barrage moral contre le racisme est miné par des discours qui accablent ses victimes; dans les quartiers, les rénovations engagées avec l'Anru (Agence nationale pourla rénovation urbaine), si elles obtiennent des résultats physiques, n'enrayent pas la logique du ghetto. Face à cette dérive malsaine qui atteint l'idéal démocratique, nous en appelons à la restauration d'une action publique et collective résolue, constante et fidèle.

Avec Martine Aubry, nous pensons pouvoir reprendre le chemin d'une action publique qui donne aux collectivités les moyens d'agir, qui respecte les habitants et leurs associations, qui place la solidarité au cœur de l'action sociale. Nous estimons avec elle que la mixité et la diversité sont aujourd'hui les conditions de l'égalité. Nous savons qu'elle saura mettre en œuvre l'engagement pris sous sa direction par le Parti socialiste d'attribuer le droit de vote des étrangers aux élections locales.

Parce que nous avons compté sur elle et qu'elle nous a répondu, Martine Aubry nous redonne l'espoir du vivre ensemble. Elle a toujours lutté contre la tentation des extrémismes, des petits compromis et des faiblesses coupables. Son engagement humain, personnel, et responsable révèle l'éthique de l'action politique.

Par son action en tant que ministre et en tant que responsable de collectivité, par sa sensibilité, Martine Aubry est la mieux à même de faire vivre cette exigence démocratique. Sur ces enjeux qui décident de la forme de notre société, il faudra plus que de l'habileté: une volonté politique claire et du courage, deux qualités qu'elle possède.
Philippe Bataille, sociologue, premier président du Geld
Paul Bouchet, ancien président de la Commission nationale consultative des droits de l'homme
Michel David, ancien délégué régional du FAS (Fonds d'action sociale)
Laurent El Ghozi, président de la Fnasat (Fédération nationale des associations solidaires d'action avec les Tsiganes)
Jérôme Guedj, premier directeur du Geld
Adil Jazouli, sociologue
Henri Leclerc, avocat
Pierre Mathiot, professeur de science politique
Pap Ndiaye, historien
Joël Roman, philosophe et éditeur
Michel Tubiana, avocat
Georges Voix, urbaniste
Michel Wieviorka, sociologue

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.