Billet de blog 8 avr. 2013

La candidature de Djibouti pour diriger l'Unesco? Une «indécence»

Un collectif d'hommes et de femmes de culture s'adresse au comité exécutif de l'Unesco, qui se réunit du 10 au 26 avril, pour dénoncer la candidature de Rachad Farah, ambassadeur de la République de Djibouti à Paris, au poste de directeur général de cette organisation des Nations unies : « Ce candidat est le porte-drapeau d’un régime patrimonial qui a ruiné le pays et qui l’éloigne chaque jour des objectifs de développement que l’Unesco s’efforce de promouvoir. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un collectif d'hommes et de femmes de culture s'adresse au comité exécutif de l'Unesco, qui se réunit du 10 au 26 avril, pour dénoncer la candidature de Rachad Farah, ambassadeur de la République de Djibouti à Paris, au poste de directeur général de cette organisation des Nations unies : « Ce candidat est le porte-drapeau d’un régime patrimonial qui a ruiné le pays et qui l’éloigne chaque jour des objectifs de développement que l’Unesco s’efforce de promouvoir. »


Lettre ouverte aux membres du Comité exécutif de l’Unesco

Excellences,

Le Comité exécutif de l’Unesco dont vous êtes membres doit prochainement procéder à l’élection du directeur général de cette organisation. Son Excellence M. Rachad Farah, ambassadeur de la République de Djibouti à Paris, s’est porté candidat. Nous, artistes, écrivains, hommes et femmes de culture de Djibouti, d’Afrique et du monde, vous exprimons ici notre totale opposition à la candidature du représentant de la République de Djibouti. 

Evacuons d’emblée l’aspect personnel : les Djiboutiens ne lui reconnaissent aucune contribution intellectuelle ou autre digne d’être citée. Certes, par son entregent, une université japonaise a décerné au chef de l’Etat djiboutien un titre de docteur honoris causa censé consacrer sa contribution au développement de la riziculture : du riz dans le désert, qui n’en rit ?

Plus sérieusement, ce candidat représente un régime qui est la négation de l’idée de progrès social : il n’existe à Djibouti aucune presse libre, aucune organisation libre, les syndicalistes sont harcelés, tous les artistes embrigadés ; même l’Armée a sa troupe artistique chantant les louanges du parti au pouvoir. Ce candidat est présenté et appuyé par un régime dictatorial qui figure parmi les derniers dans les classements internationaux en matière de liberté de la presse, de transparence budgétaire ou de développement humain. Ce régime bafoue tous les jours de manière éhontée les valeurs et les idéaux portés par l’Unesco. Les récents évènements l’ont amplement démontré.

Pour avoir pacifiquement manifesté avec d’autres collégiens le 30 décembre dernier à Obock, demandant juste un stade digne de ce nom, un adolescent a été tué par les forces de l’ordre sans que cela ne donne lieu à ouverture d’enquête. L’Education et la Culture sont les parents pauvres des efforts budgétaires de Djibouti, la priorité étant accordée aux forces de défense et de sécurité. Dans ces conditions, des Casques bleus de l’Unesco pour sécuriser sa mission éducative ? Oui, qu’ils soient d’abord envoyés en République de Djibouti protéger écoliers et collégiens protestant contre la dégradation continuelle du système éducatif et en butte à la répression féroce que leur opposent les pouvoirs publics. 

Le 22 février 2013 ont eu lieu à Djibouti des élections législatives auxquelles concouraient trois formations politiques : l’UMP (Union pour la majorité présidentielle) parti du régime, le CDU (Parti centriste unifié) créé quelques mois plus tôt, et l’USN (Union pour le salut national) parti de l’opposition unifiée. L’opposition avait décidé de participer à ces élections tout en sachant que les conditions de tenue d’une élection libre et transparente n’étaient pas réunies, faisant confiance au peuple djiboutien pour contrecarrer les fraudes prévisibles.

Le régime a validé ces fraudes sans publier aucun résultat sorti des bureaux de vote. L’opposition et le peuple djiboutien ont rejeté ce hold-up électoral. Depuis, la répression du régime s’est abattue sur les personnalités de l’opposition et tous ceux qui refusent cette situation : tirs à balles réelles sur la foule qui manifeste chaque jour, rafles, emprisonnements massifs, tortures.  

Par ailleurs, un grave recul démocratique a eu lieu lors du remaniement ministériel survenu le 31 mars dernier, à travers la création d’un ministère regroupant à la fois la Culture et les Affaires musulmanes.  Quel aveu !

Dans un tel contexte, la candidature du représentant de Djibouti au poste de directeur général de l’Unesco n’en est que plus indécente encore : il est intolérable que des régimes dictatoriaux cherchent (et trouvent) dans la consécration au sein de respectables organisations internationales une légitimité qu’ils n’ont pas chez eux, du fait de leur nature profondément attentatoire à la dignité humaine. Quelle image, quel message pour la jeunesse de notre pays, de l’Afrique, du monde arabe et au-delà du monde entier si le représentant d’une telle dictature accédait à cette notoriété ?  

Nous avons trop de respect pour cette honorable institution pour ne pas réagir à une telle imposture. Ce candidat est le porte-drapeau d’un régime patrimonial qui a ruiné le pays et qui l’éloigne chaque jour des objectifs de développement que l’Unesco s’efforce de promouvoir. Il n’y a qu’à voir les statistiques du PNUD, de la Banque mondiale ou de la BAD pour constater les résultats catastrophiques de cette mauvaise gouvernance imposée à Djibouti depuis plus de vingt ans.

Enfin, nous référant au paragraphe VII, intitulé la culture de la paix (post-conflit et reconstruction), de l’article I de l’Accord paraphé le 24 janvier 2006, entre l’Union africaine et l’Unesco, rappelons que Djibouti a connu un conflit civil d’une décennie, dont ni les causes ni les conséquences n’ont à ce jour été traitées, notamment en matière de déficit démocratique.

Vous remerciant de l’attention que vous accorderez à notre démarche, les artistes, écrivains, hommes et femmes de culture de Djibouti, d’Afrique et du monde, signataires de la présente lettre vous prions d’agréer l’expression de notre haute considération.

Les 32 signataires (par ordre alphabétique)

Pierre Astier (agent littéraire, France)
Loïc Barrière (écrivain, France)
Thierry Bedard (metteur en scène, France)
Jean Bofane (écrivain, RDC)
Emmanuelle Collas (éditrice, Paris)
Catherine Coquio (professeur Paris-Diderot , France)
Ali Coubba (historien, Djibouti)
Francis Cransac (directeur du festival d’Aubrac, France)
Louis-Philippe Dalembert (écrivain, Haïti)
Ali Deberkaleh (directeur de l’ACP asbl, Djibouti)
Rokhaya Diallo (éditorialiste, France)
Cassim Ahmed Dini (politologue, Djibouti)
Boubacar Boris Diop (écrivain, Sénégal)
Sébastien Doubinsky (écrivain, France/Danemark)
Rodolf Etienne (écrivain/journaliste, Martinique)
Olivier Favier (traducteur, France)
Gilbert Gatoré (écrivain/publicitaire, Rwanda)
Marc de Gouvenain (écrivain/agent littéraire, France)
Jean-Luc Marty (écrivain, France)
Djama Amareh Meidal (ancien président du Conseil constitutionnel, Djibouti)
Laure Morali (écrivain, France/Québec)
Claude Mouchard (professeur émérite Paris VIII, France)
Patrice Nganang (écrivain, Cameroun)
Gabriel Okoundji (écrivain, Congo)
Laure Pécher (éditrice, France)
Eric Pessan (écrivain, France)
Jean-Luc Raharimanana (écrivain, Madagascar)
André Robèr (peintre, La Réunion)
Rodney Saint-Eloi (éditeur, Haïti)
Sami Tchak (écrivain, Togo)
Dimitri Verdonck (président de l’ACP asbl, Belgique)
Abdourahman A. Waberi (écrivain, Djibouti)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart