Billet de blog 8 juin 2015

Santé mondiale : Que retiendrons-nous de ce G7 ?

Les président-es et directeurs/trices des organisations membres du Collectif Santé 2015 déplorent le renoncement des pays les plus riches, dont la France, à s’engager en faveur de la santé mondiale. D'autant plus que « les arbitrages budgétaires pour 2016 risquent d’empirer la situation et portent atteinte aux programmes que la France a elle-même initiés. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les président-es et directeurs/trices des organisations membres du Collectif Santé 2015 déplorent le renoncement des pays les plus riches, dont la France, à s’engager en faveur de la santé mondiale. D'autant plus que « les arbitrages budgétaires pour 2016 risquent d’empirer la situation et portent atteinte aux programmes que la France a elle-même initiés. »


Déception. Voilà le sentiment que nous laissera ce dernier sommet du G7 qui s’est tenu du 7 au  8 juin dernier en Allemagne. Ce sommet qui réunit les sept économies les plus puissantes du monde  aurait pu être un moment décisif pour la santé mondiale. La chancelière allemande, Angela Merkel, l’avait placé parmi les priorités de l’agenda aux côtés de la lutte contre le changement climatique et du soutien à la croissance économique. Nous attendions un engagement fort des Etats pour répondre aux défis de la santé mondiale.

Défis immenses tant la dernière épidémie de la fièvre Ebola a prouvé la vulnérabilité de certains systèmes de santé et la difficulté d’assurer une réponse internationale aux crises sanitaires. Défis immenses aussi en cette année 2015 qui marque la fin des Objectifs du Millénaire pour le Développement dont beaucoup ne seront pas atteints, en particulier ceux fixés pour la santé.

Un sommet décevant

Il y a cinq ans, le G8 lançait l’Initiative de Muskoka qui promettait de nouveaux fonds pour la santé des femmes et des enfants. Arrivée à échéance cette année, les Etats du G7 ont finalement décidé de ne pas la renouveler.

Pour nous, associations de solidarité internationale, cette annonce résonne comme un renoncement des pays les plus riches à s’engager en faveur de la santé mondiale. Et ce non-renouvellement d’un engagement contraignant et multi-annuel laisse craindre un retrait progressif des investissements pour la santé.   

Pourtant 225 millions de femmes dans les pays en développement n’ont toujours pas accès aux services de planification familiale et près de 45% des 6,3 millions de décès d’enfants annuels sont liés à la sous-nutrition. L’arrivée à échéance de l’initiative Muskoska met en péril les progrès réalisés ces dernières années.

Alors que 100 millions de personnes basculent chaque année dans la pauvreté à cause de dépenses de santé, nous regrettons également qu’aucune mention de la couverture sanitaire universelle ne soit faite dans les conclusions du sommet. Elle est pourtant le levier indispensable au renforcement des systèmes de santé. Aujourd’hui, il est nécessaire et urgent d’accélérer nos efforts et non de reculer.         

Une trajectoire dangereuse

Depuis 4 ans la France se désengage peu à peu du terrain de la solidarité internationale. En 2014, selon l’OCDE, la France n’aura consacré que 0,36% de sa richesse nationale à l’aide publique au développement, son niveau le plus faible depuis 13 ans. La coopération en santé n’est pas épargnée. En 4 ans, les financements pour la santé sous forme de dons ont chuté de 34 %.

Les promesses non tenues sont légions : 25 millions en moins pour UNITAID, facilité d’achats permettant de réduire le prix des médicaments contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme ; 27,5 millions non déboursés à Gavi, une alliance qui permet la vaccination des enfants contre les maladies infectieuses les plus mortelles.

Qu’en sera-t-il du Fonds Mondial de lutte contre le VIH/sida, la tuberculose et le paludisme créé en 2000 lors du G8 d’Okinawa et dont la conférence de reconstitution des fonds est programmée l’année prochaine ? Le président de le République s'est engagé à ne pas baisser la contribution française lors de son mandat; pourtant le contexte actuel nous fait craindre la rupture de cette promesse.

 Les ONG réagissent/ Le « Collectif Santé 2015 » se mobilise !   

Nos organisations ont décidé de ne pas baisser les bras. La politique de réduction des dépenses publiques du gouvernement français sert de prétexte à ces coupes successives dans un budget qui  représente pourtant moins de 1% du budget de la France. Les arbitrages budgétaires pour 2016 risquent d’empirer la situation et portent atteinte aux programmes que la France a elle-même initiés.

Nous ne pouvons l’accepter. Les enjeux sont trop importants. Nous avons donc décidé de nous réunir sous le « Collectif Santé 2015 » et de parler d’une seule voix, afin que la France s’engage pour le financement de la santé mondiale.  En cette année cruciale pour la solidarité internationale, jalonnée de rendez-vous politiques et diplomatiques décisifs, Conférence d’Addis-Abeba sur le financement du développement en juillet, Assemblée Générale des Nations Unies sur le post-2015 en septembre et COP 21 à Paris en décembre, la France doit à nouveau participer aux progrès sanitaires mondiaux et améliorer durablement la santé des populations.

Monsieur le Président, soyez l’homme qui rende à la France son statut d’acteur majeur de la santé mondiale !

Signataires :

Pierre Bergé, président de Sidaction; Patrick Bertrand, directeur exécutif de Global Health Advocates France; Claire Fehrenbach, directrice générale d'Oxfam France; Mike Penrose, directeur général d'Action contre la faim; Louis Pizarro, directur général de Solthis; Serge Rabier, directeur exécutif d’Équilibres & Populations; Véronique Séhier, co-présidente du Planning Familial; Françoise Sivignon, présidente de Médecins du Monde

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Faire de l’hospitalité un droit fondamental
Dans un livre qui fera date, la juriste Marie Laure Morin propose de faire de l’hospitalité un droit fondamental afin de construire un droit des migrations qui rompe, enfin, avec des législations répressives qui violent les droits humains et menacent l’État de droit. J’ai volontiers accepté d’en écrire la préface.
par Edwy Plenel