Billet de blog 11 mai 2011

Accueillir les Tunisiens, un geste symbolique

En voulant à tout prix éviter l'immigration tunisienne, jusqu'à envisager la suspension de la liberté de circuler dans l'Union européenne, le gouvernement français rate une occasion de montrer sa compréhension des événements qui se déroulent de l'autre côté de la Méditerranée, soulignent Khadija Mohsen-Finan (Paris 8) et Malika Zeghal (Harvard).

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En voulant à tout prix éviter l'immigration tunisienne, jusqu'à envisager la suspension de la liberté de circuler dans l'Union européenne, le gouvernement français rate une occasion de montrer sa compréhension des événements qui se déroulent de l'autre côté de la Méditerranée, soulignent Khadija Mohsen-Finan (Paris 8) et Malika Zeghal (Harvard).

---------------

Parmi les 22.000 Tunisiens arrivés sur l'île italienne de Lampedusa entre janvier et avril derniers, certains ont gagné la France, d'autres rêvent de pouvoir passer la frontière et de rejoindre un pays dont ils se sentent culturellement proches. Ils ont quitté la Tunisie avec l'espoir de trouver enfin un travail et d'échapper à la misère économique et aux mauvaises conditions de vie qui sévissent dans leur pays.

En vertu de la Convention de Schengen, l'Italie leur a accordé des titres de séjour temporaires qui leur permettent de rester légalement six mois sur son territoire. Ces titres donnent le droit de circuler dans l'espace Schengen, même si ce droit est soumis à certaines conditions. En particulier, celles de ne pas constituer une menace pour l'ordre public et de disposer de ressources suffisantes. Paris et Rome ont d'abord fait une lecture différente, voire divergente de ce droit de circulation et ont sollicité l'arbitrage de la Commission européenne sur le statut de ces ressortissants originaires d'un pays qui vient de vivre une révolution et tente péniblement de mettre en place une transition vers la démocratie. Pour la Commission européenne, ces Tunisiens ne peuvent obtenir le statut de réfugiés, leur pays n'étant pas en guerre. Ils ne peuvent pas non plus bénéficier d'une «protection temporaire» dans la mesure où leurs vies ne sont pas en danger dans leur pays. Cependant, derrière ces batailles juridiques, ces arrangements et ces compromis, le traitement de cette question revêt une dimension éminemment morale.

En effet, si les Tunisiens ont réussi à mettre un terme à des décennies d'une dictature, leur économie est dans un état catastrophique, mettant en danger la transition vers la démocratie. La croissance est passée de 5% à 0, 8% et des secteurs clés comme le tourisme ne redémarrent pas. C'est pourtant dans ce contexte de difficultés économiques et sociales extrêmes que les Tunisiens ont accueilli quelques 225.000 réfugiés en provenance de Libye parmi lesquels figurent des Soudanais et des Ivoiriens qui refusent de regagner leur pays d'origine. La Tunisie a appréhendé cette question sous l'angle humanitaire.

On aurait pu s'attendre à pareil traitement de la part de la France, pays d'accueil, d'asile et des droits de l'homme. Paris aurait en effet pu accueillir provisoirement les immigrants munis de permis de circuler dans l'espace de Shengen, en indiquant le caractère exceptionnel d'un geste dont les Français comme les Tunisiens auraient retenu le symbole. Ce geste aurait été susceptible de faire oublier les ratés diplomatiques de la France aux premières heures de la révolution tunisienne, de même qu'il aurait permis de montrer que la France percevait parfaitement l'importance des événements qui se déroulent au Maghreb. Le gouvernement français peut saisir ce moment pour rendre lisible la manière dont il envisage à présent ses rapports avec le Sud de la Méditerranée.

Avant la révolution tunisienne, Paris apportait un soutien sans faille au régime de Ben Ali en échange de la coopération tunisienne sur les dossiers du contrôle des flux migratoires et du terrorisme. La France doit à présent mesurer les bouleversements qui prennent pied au Maghreb et redéfinir son partenariat avec la Tunisie sur un pied d'égalité. Elle gagnerait également à rendre intelligible sa politique méditerranéenne en énonçant et en mettant en pratique des valeurs claires. L'opinion publique tunisienne devient, par la force des choses, un enjeu politique incontournable que la France et l'Union européenne ne peuvent ignorer. Que retiendront les Tunisiens de ces épisodes sinon qu'en France les droits de l'homme sont peut-être bons pour les Français -en particulier ceux dits «de souche»- mais pas pour les étrangers? A l'heure où le Sud s'ouvre vers de nouveaux horizons politiques, l'Europe se referme sur elle-même.

Si les interpellations de Tunisiens dans les jardins publics, ces jours derniers, ont peut-être un caractère légal, il n'en demeure pas moins qu'elles sont choquantes dans le contexte politique d'aujourd'hui. Elles le sont d'autant plus qu'elles s'inscrivent dans le prolongement d'une politique qui a déjà tenté de mettre en place un débat sur l'identité nationale, puis sur la laïcité. Deux entreprises malheureuses qui stigmatisent les étrangers et les Français d'origine étrangère. En réalité, derrière le projet de «réformer» les accords de Schengen et de remettre en question l'acquis fondamental de la liberté de circulation se cachent un pouvoir frileux et un chef d'Etat qui tente cyniquement et avec peine de séduire un électorat d'extrême droite.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Maltraitance en Ehpad : une indignation feinte et insuffisante
Les pouvoirs publics font mine de découvrir que le puissant groupe Orpea se joue des règles dans ses Ehpad. Mais la maltraitance, les conditions de travail dégradées et la répression syndicale sont sur la table depuis des années,  sans que jamais le système de financement ne soit remis en cause.
par Mathilde Goanec et Leïla Miñano
Journal — France
Macron 2017 : la preuve que l’affaire a été enterrée
Le préfet Cyrille Maillet, nommé par Emmanuel Macron à la tête d’un service du ministère de l’intérieur, a personnellement classé l’enquête concernant des prestations de sécurité suspectes durant la campagne présidentielle, avec des motifs fallacieux et contre l’avis de trois sous-directeurs.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange
Journal
Gérald Darmanin, le ministre qui dissout plus vite que son ombre
Après une manifestation antifasciste à Nantes, le ministre de l’intérieur a annoncé son intention de dissoudre le collectif « Nantes révoltée », animateur d’un média alternatif local. Outil administratif conçu contre les groupes factieux, la dissolution est avant tout utilisée comme une arme de communication et de neutralisation politique. 
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Fermer une prison, y ouvrir une école et un musée
« Ouvrir une école, c’est fermer une prison », aurait dit Victor Hugo. Avec la fermeture imminente de la prison de Forest, un projet stratégique unique se présente aux acteurs politiques bruxellois : traduire la maxime d’Hugo en pratique et, en prime, installer un musée de la prison au cœur de l’Europe ! Par Christophe Dubois
par Carta Academica
Billet de blog
Le bracelet électronique, facteur et révélateur d'inégalités
Chercheur à l’École normale supérieure, Franck Ollivon propose une approche géographique du placement sous surveillance électronique. Il analyse notamment la façon dont, en reposant sur la restriction spaciale, le bracelet redessine les contours d’un espace carcéral, dans lequel les situations individuelles des placés sont inévitablement facteurs d’inégalités.
par Observatoire international des prisons - section française
Billet de blog
« Rien n’a été volé »
Chronique d'audience. Abderrahmane B., pas même vingt ans, né à Alger et SDF a été arrêté avant le week-end. Il comparaît pour un vol à la roulotte. Néanmoins, il y a une difficulté dans la qualification de l’infraction : rien n’a été volé.
par La Sellette
Billet de blog
Un système pénal à abolir : perspectives féministes
Dans son essai Pour elles toutes. Femmes contre la prison, Gwenola Ricordeau propose une réflexion sur l'abolition du système pénal (police, justice, prison) d'un point de vue féministe, à contre-courant des courants dominants du féminisme qui prônent un recours toujours plus accru au pénal.
par Guillaume_Jacquemart