Billet de blog 13 oct. 2015

Une « répliques » de trop

Considérant que les propos tenus par Georges Bensoussan, responsable éditorial du Mémorial de la Shoah, lors de l'émission Répliques, sont racistes, un groupe d'enseignants, chercheurs, et journalistes (1) demandent au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d'intervenir en condamnant ses propos. 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Considérant que les propos tenus par Georges Bensoussan, responsable éditorial du Mémorial de la Shoah, lors de l'émission Répliques, sont racistes, un groupe d'enseignants, chercheurs, et journalistes (1) demandent au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel d'intervenir en condamnant ses propos. 


L'émission "Répliques" a une fois de plus franchi, ce matin du samedi 10 octobre, le seuil du tolérable. On sait que, depuis des années, son philosophe-animateur Alain Finkielkraut s'échine à mettre en scène un semblant de débat démocratique, en invitant des intellectuels aux positions antagonistes. Bien qu'il ne sorte souvent pas grand-chose de ces face-à-face, certains se plaisent encore à y trouver quelques références, et l'opportunité d'un débat d'idées policé. Mais de fait, cette émission est devenue depuis longtemps l'antichambre faussement feutrée de la banalisation des idées les plus réactionnaires.

Jusqu’ici, nous nous contentions d’en regretter l’audience et la publicité. Mais lors de l’émission consacrée au « sens de la République », les propos tenus par l'un des invités, Georges Bensoussan, historien, rédacteur en chef de la Revue d'histoire de la Shoah et responsable éditorial au Mémorial de la Shoah, ont très largement dépassé le cadre de ce que le service public peut accepter en son sein.

À la 28e minute, Georges Bensoussan, souhaitant étayer son hypothèse d'un antisémitisme généralisé des populations dites « musulmanes » en France, prononce ces mots : « Aujourd'hui nous sommes en présence d'un autre peuple au sein de la nation française, qui fait régresser un certain nombre de valeurs démocratiques qui nous ont portés. (...). Il n'y aura pas d'intégration tant qu'on ne se sera pas débarrassé de cet antisémitisme atavique qui est tu, comme un secret. Il se trouve quun sociologue algérien, Smaïn Laacher, dun très grand courage, vient de dire dans le film qui passera sur France 3 : "Cest une honte que de maintenir ce tabou, à savoir que dans les familles arabes, en France, et tout le monde le sait mais personne ne veut le dire, lantisémitisme, on le tète avec le lait de la mère". » À cet instant, nous assistons en direct au glissement assumé d’un racisme culturel à un racisme biologique, condamnant au délit, sans distinction, une partie de la population française dès la naissance.

Nous souhaitons remercier vivement son interlocuteur, l'historien Patrick Weil, qui a fort opportunément répondu : « C'est une honte que vous puissiez dire une chose pareille parce que vous condamnez quatre millions de nos compatriotes », avant d’argumenter avec ténacité, malgré d’incessantes interruptions et interpellations vindicatives — il fut ainsi accusé de se livrer à un « véritable terrorisme intellectuel », de ne pas effectuer de « travail de terrain » ou de ne pas maîtriser son sujet.

Mais nous tenons surtout à exprimer notre colère face à ces généralisations proprement racistes, à ces paroles haineuses, juridiquement condamnables, politiquement et moralement insupportables, et surtout totalement indéfendables pour celles et ceux qui connaissent réellement le terrain et travaillent sérieusement ces questions. La Commission nationale consultative des droits de l’homme (CNCDH) l’écrit par exemple dans son dernier rapport : « La France issue de la diversité n'est pas plus antisémite que la moyenne, elle l'est autant ».

Qu'il soit possible aujourd'hui, en France, sur une radio de service public, de prononcer impunément de telles paroles, teintées de complotisme et sans le moindre fondement scientifique - Georges Bensoussan rappelant plusieurs fois lui-même que ce dont il parle n’est pas quantifiable - nous paraît d'une extrême gravité. Que ces propos émanent d'un historien pleinement associé à la mission éducative du Mémorial de la Shoah est proprement sidérant. Enfin, qu’un membre de cette institution, partenaire agréé du ministère de l’Éducation nationale, dont les nombreux stages de formation rencontrent un succès croissant et justifié, puisse ainsi porter l'étendard de la stigmatisation xénophobe nous semble entacher gravement sa mission d’« endiguer cette montée de la haine et des préjugés qui sévissent dans notre pays ».

Georges Bensoussan a tout à fait le droit de penser ce qu’il veut, de refuser d’analyser la complexité de notre société et de reprendre à son compte les discours les plus simplistes et les plus nauséabonds. Il a tout loisir de jouer de l’intimidation intellectuelle et de crier à la censure dès qu’il rencontre une contradiction argumentée. Il n’est ni le seul, ni le premier. C’est même devenu aujourd’hui le meilleur moyen d’attirer l’attention lorsqu’on s’exprime publiquement. Rien que de tristement banal, en somme.

Néanmoins, il est de la responsabilité du service public de lutter contre ces propos qui entretiennent des divisions artificielles dans notre société. Ainsi, nous demandons une condamnation ferme du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, dont c'est la responsabilité que de réguler ces dérapages, et affirmons haut et fort que la violence de tels propos ne fait pas honneur à notre mission collective de prévention des dérives de cette nature.

(1) Signataires :

Tewfik Allal, militant associatif; Gregory Bekhtari, enseignant; Hervé Bismuth, enseignant-chercheur en littérature; Vincent Capdepuy, enseignant; Zoé Carle, enseignante; Grégory Chambat, enseignant; Nathalie Coste, enseignante, élue à Mantes la Jolie; Vincent Casanova, enseignant; Laurence De Cock, enseignante; Sophie Ernst, enseignante; Eric Fournier, enseignant-chercheur en histoire; Stany Grelet, enseignant; Alain Gresh, journaliste; Hayat El Kaaouachi, enseignante; Fanny Layani, enseignante; Erwan Le Nader, enseignant; Laurent Lévy, essayiste; Gilles Manceron, historien, LDH; Philippe Marlière, politiste (Londres); Servane Marzin, enseignante; Shlomo Sand, enseignant-chercheur en histoire (Tel Aviv); Véronique Servat, enseignante; Christophe Tarricone, enseignant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
L’Âge de pierre, de terre ou de raison ?
Le monde du BTP doit se réinventer d’urgence. Les récents événements internationaux ont révélé une nouvelle fois son inadaptation face aux crises de l’énergie et des matières premières. Construire avec des matériaux locaux et peu énergivores devient une évidence de plus en plus difficile à ignorer pour ce secteur si peu enclin au changement.
par Les Grands Moyens
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées