mot de passe oublié
1 euro 15 jours

Construisez avec nous l'indépendance de Mediapart

Accédez à l'intégralité du site en illimité, sur ordinateur, tablette et mobile à partir d'1€.

Je m'abonne
Le Club de Mediapart jeu. 29 sept. 2016 29/9/2016 Édition du matin

Construisons la Nouvelle Gauche Socialiste !

Liêm Hoang-Ngoc, ancien député au Parlement européen, lance un appel aux déçus du PS qui ne se reconnaissent pas dans le social-libéralisme. « Nous partageons en cela de nombreux points communs avec les forces du Front de gauche, du mouvement écologique et du mouvement social. Nous leur proposons de faire émerger, comme en Grèce, une coalition des gauches sociales, écologiques et radicales, alternative au PS ». 

Liêm Hoang-Ngoc, ancien député au Parlement européen, lance un appel aux déçus du PS qui ne se reconnaissent pas dans le social-libéralisme. « Nous partageons en cela de nombreux points communs avec les forces du Front de gauche, du mouvement écologique et du mouvement social. Nous leur proposons de faire émerger, comme en Grèce, une coalition des gauches sociales, écologiques et radicales, alternative au PS ». 


 Appel aux déçus du PS

 

Le tournant opéré par le président de la République en faveur du « socialisme de l’offre » a profondément désorienté celles et ceux qui espéraient un changement en 2012.

 

Il faut malheureusement se rendre à l’évidence. La « fronde » est dans l’impasse. Le débat qui aurait dû avoir lieu au congrès de Poitiers a été esquivé par les tenants de la ligne majoritaire.  Le PS, godillot, soutiendra jusqu’au bout la politique que la cinquième République permet à un seul d’imposer à tous. Ce choix n’est ni juste sur le plan social, ni efficace sur le terrain économique. La finance règne plus que jamais. Le chômage et les inégalités s’aggravent. La transition écologique attend toujours son heure. Les salaires et les pensions sont gelés. Les services publics souffrent de la réduction des dépenses publiques. Les collectivités territoriales sont étranglées par la baisse des dotations de l’Etat. Maintenir ce cap conduira le PS à la déroute lors de l’échéance électorale majeure en 2017.

 

L’existence même du parti d’Epinay est désormais menacée. Les adhérents désertent massivement les sections. L’ancien ministre de l’économie a dénoncé, avec un banquier d’affaire, cette « marche vers le désastre ». Son ex-ministre délégué appelle à mettre un pied en dehors du PS. Un député ayant mené la « fronde parlementaire » propose de créer un mouvement citoyen de type nouveau. La référence à Podemos et Syriza est devenue le lieu commun de tous les déçus du PS. Il est temps de passer aux travaux pratiques.

 

C’est pourquoi nous nous adressons à toutes les citoyennes et citoyens qui se sentent socialistes dans l’âme, à celles et ceux qui s’abstiennent désormais à chaque élection, aux adhérents du PS d’hier et d’aujourd’hui qui se désespèrent de n’avoir pu changer leur parti. Nous leur proposons de nous rassembler hors du PS, dans un nouveau mouvement : la Nouvelle Gauche Socialiste (NGS).

 

Nous ne sommes pas des sociaux-libéraux. Nous sommes des socialistes dont l’ambition est d’étendre le contrôle démocratique de la production et de la répartition des richesses, dans le respect de notre planète et des droits fondamentaux de l’être humain. Nous partageons en cela de nombreux points communs avec les forces du Front de gauche, du mouvement écologique et du mouvement social. Nous leur proposons de faire émerger, comme en Grèce, une coalition des gauches sociales, écologiques et radicales, alternative au PS. Nous souhaitons, comme en Espagne, que  nos concitoyens s’approprient la chose publique. Pour cela, il est nécessaire de leur offrir les moyens de participer à l’éclosion et au contrôle de cette nouvelle coalition. A cet effet, certains appels ont d’ores et déjà appelé à la constitution d’assemblées citoyennes pour désigner les candidats qui en seraient issus pour la prochaine élection régionale. Nous y répondons positivement.

 

Dans toutes les régions, La Nouvelle Gauche Socialiste entamera le dialogue avec toutes les forces du Front de gauche du mouvement écologique et de la gauche radicale qui forment, à ce stade, l’embryon d’une telle coalition et participera aux assemblées citoyennes qui se constituent. Des différends opposent parfois nos partenaires potentiels. Mais des liens se sont peu à peu tissés, lors d’initiatives publiques communes contre l’austérité, contre la loi Macron, ou encore en défense des services publics et en soutien au peuple grec. Il faut consolider ces liens pour offrir au peuple des régions de France l’occasion de se tourner vers une alternative de poids à un PS incarnant désormais la défense de l’ordre établi.

 

Il est urgent que les socialistes de conviction prennent la mesure de leur responsabilité. La France est à la croisée des chemins.

 

Pour signer cet appel :

http://www.emailmeform.com/builder/form/dEcFu74PJDT8

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

La forme d'association "parti", telle qu'elle est majoritairement vécue, avec "ligne du parti", "leader(s)", bureaucratie et apparatchiks, n'est pas à même d'impulser l'activité politique citoyenne quotidienne devenue indispensable dans notre société actuelle..

Il nous faut inventer autrechose...d'autres xchoses, au pluriel. Ce à quoi participe Annie Lasorner(réflexion-vases communicants entre associations de tout poil chaque volonyaire de la réflexion en cvommun apportant des matériaux de son associatiopn, et lui ramenant des idées d s réunions informelles de réflexion entre personnes de diverses "appartenances", si j'ai bien compris), me paraît ,à la fois, susceptible de se montrer fertile, de susciter des flux "à la base" ; et incapable de répondre aux besoins de maillage d'une société de plus de sept milliards d'individus.Les questions des "niveaux intermédiaires de responsabilité", et d'une "coordination mondiale"  nous ne savons pas les traiter correctement.

C'est, en tout cas, mon opinion actueller...

Construisez l'indépendance de Mediapart

onze euros par mois

Souscrivez à notre offre d'abonnement à 11€/mois et téléchargez notre application mobile.
Je m'abonne

L'édition

suivi par 373 abonnés

Les invités de Mediapart

À propos de l'édition

Tribunes, points de vue et libres opinions des invités de la rédaction de Mediapart.