Billet de blog 16 sept. 2015

Calais : la jungle non, la misère oui !

Daniel Keller, Grand Maitre du Grand Orient de France tire la sonnette d'alarme concernant la situation des réfugiés à Calais. « Il est temps que notre pays s'organise pour prendre la mesure de la catastrophe humanitaire dont Calais est devenu le symbole. »

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Daniel Keller, Grand Maitre du Grand Orient de France tire la sonnette d'alarme concernant la situation des réfugiés à Calais. « Il est temps que notre pays s'organise pour prendre la mesure de la catastrophe humanitaire dont Calais est devenu le symbole. »


Qui est allé à Calais ? Non pour ses bourgeois, mais pour ce que l'on nomme avec condescendance la jungle. Et pourtant il n'y a pas de jungle à Calais, on n'y voit ni lions ni serpents. Pas non plus de forêt tropicale, d'ailleurs il n'y a pas d'arbres... On les abat pour que nul ne cherche à se cacher derrière...

En revanche à Calais, on rencontre à chaque pas la misère humaine à l'état nu, des milliers de gens, jeunes pour la plupart, vivant dans le dénuement le plus total. Ils sont les victimes de pays à feu et à sang. Ils ont fait des milliers de kilomètres essentiellement depuis la Syrie, l'Afghanistan, le Pakistan le Soudan et l'Érythrée.

Pour la plupart, ils veulent aller en Grande-Bretagne, ce soi-disant nouvel eldorado vendu  par des passeurs avides d'argent. Certains espèrent aussi y retrouver parfois un parent. Beaucoup sont là depuis plusieurs mois, car gagner l'Angleterre est devenu de plus en plus difficile. Il y a ceux qui essaient de traverser le tunnel à pied au risque d'être broyés par les TGV qui passent. D'autres préfèrent sauter avec femmes et enfants depuis un pont sur la bâche de la remorque d'un camion lorsque le trafic ralentit le flux des passages. D'autres encore s'en remettent à des passeurs qui leur proposent le coffre d'une voiture qui aux heures de grand trafic ne sera pas systématiquement fouillé.

En attendant, ils sont plus de trois mille à s'entasser dans des bidonvilles appelés pudiquement "la lande". On découvre là, une église, une école, un bordel, des échoppes. On y trouve aussi un dispensaire de médecins du monde qui ne suffira pas à endiguer le péril sanitaire qui s'annonce et dont la gale, la tuberculose, les avortements réalisés sans garantie médicale, les blessures subies par ceux qui s'accrochent aux grillages anti intrusion, sont les premières manifestations.

Au milieu de cette immense détresse, les associations font ce qu'elles peuvent avec l'appui de bénévoles, qui se raréfient au fil du temps, pour fournir des repas, une douche, des sanitaires, une prise électrique pour recharger les téléphones, des dortoirs pour une centaine de femmes et enfants. Les pouvoirs publics nationaux et locaux mettent à disposition des terrains, des bennes à ordure, au nom du principe d'humanité, mais la flagrante insuffisance de ces mesures fait injure au principe de réalité.

Ils étaient mille cinq cents il y a un an ils sont aujourd'hui plus de trois mille, combien seront ils dans un an ?

Il est temps que notre pays s'organise pour prendre la mesure de la catastrophe humanitaire dont Calais est devenu le symbole. Il est temps que notre pays offre des conditions d'hygiène décentes à ces nouveaux damnés de la terre. Il est temps que nos politiques, quelle que soit leur appartenance, réagissent. L'ensemble des intervenants doit décupler ses efforts pour résorber cet enfer sans nom en attendant que des solutions politiques pérennes viennent tourner la page de ce cauchemar. À défaut, ce camp de réfugiés où chacun cherche à survivre humainement avec rien deviendra rapidement un nouveau cimetière.

Au nom de l'humanité tout entière, nous ne pouvons accepter cela.

Daniel Keller Grand Maitre du Grand Orient de France             

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart