Billet de blog 19 mars 2014

La Crimée, ou la fuite en avant du «système Poutine»

En jouant sur l'histoire de la Crimée, Vladimir Poutine « démontre une fois de plus sa capacité à tourner la situation à son avantage en plaçant la mémoire et le patriotisme au cœur de la crise », analyse le chercheur Kevin Limonier, pour qui cette mise en scène de la puissance russe a été une nouvelle occasion de faire oublier les problèmes internes à la Russie. 

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En jouant sur l'histoire de la Crimée, Vladimir Poutine « démontre une fois de plus sa capacité à tourner la situation à son avantage en plaçant la mémoire et le patriotisme au cœur de la crise », analyse le chercheur Kevin Limonier, pour qui cette mise en scène de la puissance russe a été une nouvelle occasion de faire oublier les problèmes internes à la Russie. 


Depuis l'officialisation mardi du rattachement de la Crimée à la Russie, le pays est traversé par une immense vague d'enthousiasme patriotique. Pourtant, la mise en spectacle de la puissance russe à laquelle se livre Vladimir Poutine depuis le début de la crise ne dissimule que mal la grave crise politique interne que traverse actuellement le pays. Car le positionnement aussi radical que surprenant du Kremlin dans cette affaire est surtout dû à la faiblesse d'un système de domination par la rente qui atteint aujourd'hui ses limites. Aussi assistons-nous peut-être à la dangereuse fuite en avant d'un président contraint de susciter le réflexe nationaliste pour préserver un pouvoir dont l'origine remonte au début des années 2000.

A cette époque, Vladimir Poutine hérite d'un pays en crise et solidement tenu par de vastes réseaux d'allégeances dont les oligarques constituent le centre. Progressivement, ceux-ci sont évincés et l'on proclame bientôt, à travers le thème de la « verticale du pouvoir », le retour d'un Etat fort et d'une Russie souveraine. Mais cette rhétorique ne marque pas la fin du système dont les oligarques tiraient leur pouvoir, bien au contraire : grâce à une stratégie qui mêle habilement investigations, confiscations et persuasions, Vladimir Poutine parvient à obtenir que la plupart des responsables politiques régionaux, dont certains avaient bâti dans leurs circonscriptions de véritables empires économiques dans les années 1990, lui jurent fidélité en lieu et place des oligarques. Une hiérarchie parallèle à celle de l'administration s'instaure, très vite alimentée par la rente énergétique grandissante du pays : tel maire, tel gouverneur ou tel chef d'entreprise peuvent se voir attribuer de très importantes subventions dans une perspective de relance économique, les autorités centrales fermant les yeux sur les détournements de fonds en échange de la fidélité du responsable en question. L'argent récupéré a ainsi permis de constituer de vastes réseaux d'obligés dont le poids conditionne la position et l'influence de leurs chefs vis-à-vis de Moscou.

En 2007, ce système de domination par la rente est à son zénith : l'économie russe va bien et il y a peu d'opposants – si bien que le président décide de céder son siège à un proche pendant quatre ans plutôt que de modifier la Constitution. Mais cette apogée est de courte durée. La crise financière de 2008 fait chuter le prix des hydrocarbures entraînant une diminution de la rente, et donc une réduction de la quantité d'argent disponible pour irriguer le « système Poutine » : les obligés sont alors contraints d'élargir leurs horizons de prospection de ressources « grises » afin de maintenir leur rang, suscitant le mécontentement d'une population qu'une décennie de croissance et de stabilité a portée vers des aspirations de transparence et d'égalité sociale. Amplifiés par Internet et les réseaux sociaux, de nombreux scandales locaux ont éclaté jusqu'à ce que, en décembre 2011, de grandes manifestations soient organisées contre Russie Unie, le parti de Vladimir Poutine alors surnommé « parti des escrocs et des voleurs ».

Ayant perdu le soutien des classes moyennes urbaines, Poutine est contraint de se replier sur son électorat traditionnel, conservateur et provincial, très attaché aux mythes de la puissance et du patriotisme russe. Alors que se poursuivent les scandales de corruption et de détournement et que monte une sourde colère dans les grandes villes, l'affaire des Pussy Riot, la préparation des jeux olympiques de Sotchi ou encore ses succès diplomatiques en Syrie ont jusqu'ici permis à Vladimir Poutine de monopoliser une scène médiatique qu'il ne peut abandonner sous peine de voir son pouvoir contesté.

L'affaire de Crimée est la dernière et la plus spectaculaire de ces actions médiatiques. Si tout le monde fut surpris par la tournure que prit la contestation en Ukraine, le soutien sans faille de Moscou aux russophones de la région représente une opportunité supplémentaire de mettre en scène une certaine vision de la puissance russe tout en faisant oublier les vicissitudes internes. En jouant sur l'histoire complexe de cette presqu'île et sur celle du port de Sébastopol, véritable monument de l'héroïsme militaire russe, Vladimir Poutine démontre une fois de plus sa capacité à tourner la situation à son avantage en plaçant la mémoire et le patriotisme au cœur de la crise. Il en va de la survie politique d'un président dont l'assise interne apparaît comme de plus en plus incertaine et contraint, comme ses obligés, à des actions de plus en plus audacieuses.

Kevin Limonier, chercheur à l'Institut français de géopolitique

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille