Billet de blog 21 avr. 2011

Même pas peur !

Remonté contre l'instrumentalisation électorale de la peur, Animafac, un réseau où se retrouvent des associations étudiantes et de jeunes, lance en cette journée symbolique du 21 avril une campagne participative: «2012 même pas peur», afin d'inciter la jeunesse à s'emparer du débat public. Leur manifeste.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Remonté contre l'instrumentalisation électorale de la peur, Animafac, un réseau où se retrouvent des associations étudiantes et de jeunes, lance en cette journée symbolique du 21 avril une campagne participative: «2012 même pas peur», afin d'inciter la jeunesse à s'emparer du débat public. Leur manifeste.

----------------

Tous les cinq ans notre pays est pris du même étrange cauchemar: il se voit «envahi par des hordes barbares venues du sud, assailli par des légions de tueurs en série appuyés par des chefs de bandes qui pratiquent sans vergogne rackets, pillages et manifestations étudiantes, déserté par les entreprises et leurs chefs qui lui préfèrent des cieux plus cléments, dépouillé par le reste du monde qui lorgne sur ses richesses, son patrimoine historique, son héritage chrétien et sa langue multi-séculaire». Anxiété généralisée qui atteint son paroxysme lors des premiers jours d'avril. Et qui ne retombe, comme par enchantement, qu'au lendemain de l'élection présidentielle.

Tous les cinq ans, la grande peur organisée réapparaît avec le même objectif: faciliter l'élection du Protecteur en chef. Celui qui saura protéger les français. Sauvegarder le modèle social français. Préserver l'identité française. Rassurer les familles. Magnifier le passé. S'accrocher au présent. Conjurer l'avenir.

Tous les cinq ans nous ratons ainsi l'élection présidentielle. Notre grand rendez vous démocratique, nous en faisons un mauvais film d'épouvante. Nos discussions d'avenir, nous les transformons en concours de rhétorique sur un thème unique: quelle doit être la peur prioritaire, la plus vive, la plus contraignante.

Nous nous sommes résignés à ce que mobiliser les électeurs consiste d'abord à les terroriser. A ce que la conjuration de la peur prime sur la liberté d'imaginer. La plupart des électeurs ne sont pas dupes: aux partis politiques qui ont la belle mission de concourir à l'expression du suffrage et de faire vivre le débat démocratique, ils ne sont que 13% à accorder leur confiance.

Nous ne parlons plus, nous ne savons plus parler, de ce que nous voulons faire ensemble. De nos aspirations communes. De nos projets. Nous ne savons plus parler d'avenir, nous avons oublié que nous avons une jeunesse, qu'elle n'est pas qu'une catégorie sociologique, que même les seniors peuvent imaginer un avenir.

A ceux, quel que que soit leur bord, qui voudront une fois encore rejouer la comédie des peurs, opposons notre refus préalable. Répondons leur dès maintenant que ça ne marchera pas. Que ça n'est pas cette campagne là que nous voulons. Qu'une société qui ne pense qu'à se protéger n'a pas d'avenir. Pour déjouer leurs manœuvres d'intimidation, nous lançons un slogan: «Même pas peur.» Nous appelons chacun, quel que soit son âge, ses origines et ses opinions à se l'approprier et à le diffuser.

Ne voulant pas nous contenter de dénoncer la confiscation du débat, nous lançons le nôtre au sein de la jeunesse. Il n'est délimité par rien d'autre que notre capacité à imaginer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Face aux recommandations du GIEC, comment réconcilier l’écologie avec le nucléaire
L'écologie politique a toujours manifesté une aversion contre le nucléaire. Pourtant, cette source d'énergie décarbonée n'est pas dénuée d'intérêt. D'où vient alors ce désamour pour le nucléaire ? Le nucléaire devrait se guérir de deux maux: sa filiation militaire qui met en exergue sa dangerosité, et l'absence d'une vision stratégique renouvelée et forgée avec l'adhésion de la société.
par francois brechignac
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier