Billet de blog 22 juil. 2014

Pour la paix et la justice au Proche-Orient

33 députés socialistes appellent « chaque citoyen à faire entendre sa voix » et à user de son « droit à manifester pacifiquement » pour la paix au Proche-Orient mercredi à Paris. Ils demandent à la France de « tenir des positions fermes » exigeant un cessez-le-feu immédiat, le retrait des troupes israéliennes de Gaza, l'arrêt des tirs de roquette sur Israël et l'installation d'une force internationale de protection.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

33 députés socialistes appellent « chaque citoyen à faire entendre sa voix » et à user de son « droit à manifester pacifiquement » pour la paix au Proche-Orient mercredi à Paris. Ils demandent à la France de « tenir des positions fermes » exigeant un cessez-le-feu immédiat, le retrait des troupes israéliennes de Gaza, l'arrêt des tirs de roquette sur Israël et l'installation d'une force internationale de protection.


Nous sommes aux côtés des citoyens qui veulent faire entendre la voix de la paix. Depuis plusieurs semaines, nous assistons à une escalade de violences dans la région, dont l’horreur et les conséquences sur les civils ne sauraient être tolérées plus longtemps. Au total, l’offensive israélienne a fait plus de 500 morts et 3 000 blessés, des civils pour l’essentiel. La situation est dramatique.

C’est pourquoi nous appelons chaque citoyen à faire entendre sa voix pour condamner les actes de violence visant notamment les enfants et les femmes. Ensemble, nous avons le devoir d’user de notre liberté d’expression et de notre droit à manifester pacifiquement ! Mais en aucun cas, nous ne tolérons d’acte ou de parole qui puisse faire ressurgir l'antisémitisme et le racisme. Nous ne laisserons pas s’instaurer un autre conflit en France, nous soutenons la paix.

Dans ce conflit, la France doit tenir des positions fermes. Nous exigeons un cessez-le-feu immédiat, un couloir humanitaire, le retrait des troupes israéliennes hors de Gaza, l’arrêt des tirs de roquette sur Israël et l’installation d’une force internationale de protection.

Notre message est clair : ni Hamas, ni Likoud, mais le parti de la paix, de la justice et du droit international !

En aucun cas la France ne doit laisser penser qu’elle cautionne les violences ou les représailles militaires. Ainsi, nous appellerons également lors de la manifestation du mercredi 23 juillet les autorités françaises et européennes à user de toute leur influence pour faire cesser immédiatement et sans délai les violences qui durent depuis le 8 juillet.

Députés cosignataires : 

Pouria Amirshahi, député des Français établis hors de France 
Guillaume Balas, député européen d’Île-de-France 
Alexis Bachelay, député des Hauts-de-Seine
Karine Berger, député des Hautes-Alpes 
Yves Blein, député du Rhône 
Kheira Bouziana, députée de la Côte-d’Or 
Fanélie Carrey-Conte, député de Paris 
Nathalie Chabanne, députée des Pyrénées-Atlantiques 
Marie-Anne Chapdelaine, députée de L’Îlle-et-Vilaine 
Dominique Chauvel, députée de Seine-Maritime 
Pascal Cherki, député de Paris 
Guy Delcourt, député du Pas-de-Calais 
Françoise Descamps-Crosnier, députée des Yvelines 
Yann Galut, député du Cher 
Razzy Hammadi, député de Seine-Saint-Denis 
Mathieu Hanotin, député de Seine-Saint-Denis 
Régis Juanico, député de la Loire 
Chaynesse Khirouni, députée de Meurthe-et-Moselle 
Arnaud Leroy, député des Français établis hors de France 
Lucette Lousteau, députée de Lot-et-Garonne 
Edouard Martin, député européen du Grand Est 
Martine Martinel, députée de Haute-Garonne 
Kleber Mesquida, député de l’Hérault 
Monique Orphé, députée de la Réunion 
Hervé Pellois, député du Morbihan 
Michel Pouzol, député de l'Essonne 
Valérie Rabault, députée de Tarn-et-Garonne 
Denys Robiliard, député de Loir-et-Cher 
Barbara Romagnan, députée du Doubs 
Suzanne Tallard, députée de Charente-Maritime 
Isabelle Thomas, députée européenne
Patrick Vignal, député de l’Hérault 
Jean-Michel Villaume, député de Haute-Saône

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose