Pour la paix et la justice au Proche-Orient

33 députés socialistes appellent « chaque citoyen à faire entendre sa voix » et à user de son « droit à manifester pacifiquement » pour la paix au Proche-Orient mercredi à Paris. Ils demandent à la France de « tenir des positions fermes » exigeant un cessez-le-feu immédiat, le retrait des troupes israéliennes de Gaza, l'arrêt des tirs de roquette sur Israël et l'installation d'une force internationale de protection.

33 députés socialistes appellent « chaque citoyen à faire entendre sa voix » et à user de son « droit à manifester pacifiquement » pour la paix au Proche-Orient mercredi à Paris. Ils demandent à la France de « tenir des positions fermes » exigeant un cessez-le-feu immédiat, le retrait des troupes israéliennes de Gaza, l'arrêt des tirs de roquette sur Israël et l'installation d'une force internationale de protection.


Nous sommes aux côtés des citoyens qui veulent faire entendre la voix de la paix. Depuis plusieurs semaines, nous assistons à une escalade de violences dans la région, dont l’horreur et les conséquences sur les civils ne sauraient être tolérées plus longtemps. Au total, l’offensive israélienne a fait plus de 500 morts et 3 000 blessés, des civils pour l’essentiel. La situation est dramatique.

C’est pourquoi nous appelons chaque citoyen à faire entendre sa voix pour condamner les actes de violence visant notamment les enfants et les femmes. Ensemble, nous avons le devoir d’user de notre liberté d’expression et de notre droit à manifester pacifiquement ! Mais en aucun cas, nous ne tolérons d’acte ou de parole qui puisse faire ressurgir l'antisémitisme et le racisme. Nous ne laisserons pas s’instaurer un autre conflit en France, nous soutenons la paix.

Dans ce conflit, la France doit tenir des positions fermes. Nous exigeons un cessez-le-feu immédiat, un couloir humanitaire, le retrait des troupes israéliennes hors de Gaza, l’arrêt des tirs de roquette sur Israël et l’installation d’une force internationale de protection.

Notre message est clair : ni Hamas, ni Likoud, mais le parti de la paix, de la justice et du droit international !

En aucun cas la France ne doit laisser penser qu’elle cautionne les violences ou les représailles militaires. Ainsi, nous appellerons également lors de la manifestation du mercredi 23 juillet les autorités françaises et européennes à user de toute leur influence pour faire cesser immédiatement et sans délai les violences qui durent depuis le 8 juillet.

Députés cosignataires : 

Pouria Amirshahi, député des Français établis hors de France 
Guillaume Balas, député européen d’Île-de-France 
Alexis Bachelay, député des Hauts-de-Seine
Karine Berger, député des Hautes-Alpes 
Yves Blein, député du Rhône 
Kheira Bouziana, députée de la Côte-d’Or 
Fanélie Carrey-Conte, député de Paris 
Nathalie Chabanne, députée des Pyrénées-Atlantiques 
Marie-Anne Chapdelaine, députée de L’Îlle-et-Vilaine 
Dominique Chauvel, députée de Seine-Maritime 
Pascal Cherki, député de Paris 
Guy Delcourt, député du Pas-de-Calais 
Françoise Descamps-Crosnier, députée des Yvelines 
Yann Galut, député du Cher 
Razzy Hammadi, député de Seine-Saint-Denis 
Mathieu Hanotin, député de Seine-Saint-Denis 
Régis Juanico, député de la Loire 
Chaynesse Khirouni, députée de Meurthe-et-Moselle 
Arnaud Leroy, député des Français établis hors de France 
Lucette Lousteau, députée de Lot-et-Garonne 
Edouard Martin, député européen du Grand Est 
Martine Martinel, députée de Haute-Garonne 
Kleber Mesquida, député de l’Hérault 
Monique Orphé, députée de la Réunion 
Hervé Pellois, député du Morbihan 
Michel Pouzol, député de l'Essonne 
Valérie Rabault, députée de Tarn-et-Garonne 
Denys Robiliard, député de Loir-et-Cher 
Barbara Romagnan, députée du Doubs 
Suzanne Tallard, députée de Charente-Maritime 
Isabelle Thomas, députée européenne
Patrick Vignal, député de l’Hérault 
Jean-Michel Villaume, député de Haute-Saône

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.