Billet de blog 22 août 2011

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

La bataille de la décentralisation énergétique ne fait que commencer

Peggy Kançal, conseillère régionale d'Aquitaine déléguée au plan climat pour Europe Ecologie-Les Verts, souligne le malaise que provoque le désir de certaines régions à vouloir sortir du nucléaire. Selon elle, ces initiatives «dérangent» le ministère de l'écologie, car «le choix d’une autonomie locale au moyen d’énergies renouvelables rompt en effet complètement avec notre système énergétique national en place».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Peggy Kançal, conseillère régionale d'Aquitaine déléguée au plan climat pour Europe Ecologie-Les Verts, souligne le malaise que provoque le désir de certaines régions à vouloir sortir du nucléaire. Selon elle, ces initiatives «dérangent» le ministère de l'écologie, car «le choix d’une autonomie locale au moyen d’énergies renouvelables rompt en effet complètement avec notre système énergétique national en place».

-------------

© 

L’engagement de plusieurs régions, notamment de la Région Aquitaine qui s’est prononcée à la majorité, en séance plénière du 27 juin, en faveur d’un processus de sortie du nucléaire dérange la ministre de l’écologie.

Un malaise tel qu’une circulaire rappelle expressément que les travaux en cours (schémas régionaux climat-air-énergie) «ne doivent pas constituer de prises de position sur la politique énergétique globale», ajoutant que «des motions générales en faveur de la sortie ou du maintien du nucléaire, ou d'appui général aux énergies renouvelables, ne sont pas appropriées dans le cadre de cet exercice».

Comment éluder, d’un coup de circulaire, une question aussi cruciale que le devenir de nos centrales, ou minorer la nécessité de soutenir les filières solaire et éolienne, rudement éprouvées par les différentes directives gouvernementales ? Comment croire que les éléments-clés du débat sur notre avenir énergétique doivent rester confinés entre les quatre murs d'un cabinet ministériel ?

Pendant plus de trente ans, l'Etat nous a imposé le choix du tout-nucléaire, et, alors que la France devient de plus en plus isolée dans ce positionnement devenu obsolète, la ministre ferme le débat tout net. Les démarches de planification énergétique régionale seraient pourtant une occasion de poser les vrais enjeux de la substitution progressive du pétrole et du nucléaire par les énergies renouvelables, à une échelle pertinente.

Derrière cette fin de non recevoir exprimée au sommet de l’Etat, on peut deviner en filigrane une volonté du pouvoir central de casser tout embryon d’autonomie énergétique susceptible d’émerger au sein des territoires… Le choix d’une autonomie locale au moyen d’énergies renouvelables rompt en effet complètement avec notre système énergétique national en place. Lorsque l’on observe des communes en autonomie énergétique en Allemagne et en Autriche, des traits de développement communs montrent à quel point un système énergétique local bouge les lignes des institutions.

D'un point de vue politique, il est intéressant d’observer que ces projets d'autonomie sont principalement initiés portés par les habitants, et rarement par les élus ; la production d’énergie y est souvent gérée sous forme de coopératives. Aucun de ces projets n’a de caractère «partisan», mais au-delà, il s'agit d'une nouvelle répartition des pouvoirs qui voit le jour: entre habitants et élus, entre commune et région, voire à l’échelle nationale. Les territoires découvrent alors une plus grande liberté politique: en France, le réseau "Territoires à énergie positive", qui fédère des territoires ruraux autour de politiques énergétiques vertueuses, est né en juin dernier et participe pleinement de ce mouvement.

Cette autonomie a également une dimension économique. L’énergie est produite et consommée localement, ce qui permet une réflexion sur l'acte de consommation, et de nouvelles ressources financières. Les habitants s’affranchissent des monopoles énergétiques et ont la liberté de fixer le prix de l’énergie, qui devient moins chère. Cette localisation de l’énergie crée des emplois (plus de 1000 emplois en 10 ans dans une ville allemande de 4000 habitants) et d’en conserver d’autres (maintien des commerces locaux, des associations, des services publics…).

Au final, l’autonomie énergétique des territoires crée du lien social à l’intérieur des communes, et autour, à travers des partenariats, des jumelages, etc. C’est ainsi toute une dynamique locale qui se met en œuvre, dépassant largement l'aspect technique de l’énergie. Si le système énergétique peut être considéré comme un «fait social total», selon l’expression de Marcel Mauss, c’est parce qu’à travers lui, s’exprime un faisceau d’institutions, et c’est parce qu’un changement énergétique radical signifierait une modification de ces institutions, c’est-à-dire une société différente. La phrase de Cornélius Castoriadis, prononcée en 1980, «La crise de l’énergie n’a de sens comme crise, et n’est crise, que par rapport au modèle présent de société», exprime à quel point l’énergie doit être l’objet d’un débat et d’un choix démocratique.

Madame la ministre de l'écologie n'ignore certainement pas que la question du devenir des centrales ne peut pas être confisquée de cette manière par une circulaire. En cas d'incident ou d'accident sur l'un de nos 58 réacteurs, ce sont bien les habitants, nous, nos enfants, les acteurs locaux qui seront touchés de plein fouet, et mobilisés pour gérer la situation sanitaire. Puisqu'il s'agit bien de notre vie, de notre santé, de nos emplois etc., pas d'un anodin et banal "exercice" (selon les termes employés par Madame la ministre). Les citoyens, les acteurs associatifs et économiques comme les élus locaux sont bien légitimes pour s'exprimer et faire valoir leur opinion sur notre devenir énergétique en région ! Ouvrons le débat efficacement et honnêtement, au lieu de le fermer. A moins que l'esprit du Grenelle ne nous ait définitivement quitté...

La bataille de la décentralisation énergétique ne fait que commencer !

Peggy Kançal, conseillère régionale d'Aquitaine déléguée au plan climat, pour Europe Ecologie-Les Verts

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT