Billet de blog 22 nov. 2011

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

L'université sous tutelle

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur, a annoncé le placement de huit universités sous la tutelle de leur rectorat. Pour Stéphane Tassel, secrétaire général du Syndicat national de l'enseignement supérieur (Snesup), la loi Libertés et responsabilités des universités(LRU) est responsable des problèmes financiers rencontrés par ces établissements.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Laurent Wauquiez, ministre de l'Enseignement supérieur, a annoncé le placement de huit universités sous la tutelle de leur rectorat. Pour Stéphane Tassel, secrétaire général du Syndicat national de l'enseignement supérieur (Snesup), la loi Libertés et responsabilités des universités(LRU) est responsable des problèmes financiers rencontrés par ces établissements.

-----------

© 

La loi Libertés et Responsabilités des Universités ouvre une nouvelle ère glaciaire pour les universités: gels d'emplois statutaires à la chaîne, suppressions de milliers d'heures d'enseignement, licenciements de contractuels et mise sous tutelle pour les universités «autonomes» qui ne se plieraient pas à l'austérité ambiante. A six mois de l'élection présidentielle, la réforme phare du quinquennat de Nicolas Sarkozy, engagée contre la communauté, montre son vrai visage. Le scénario qui se joue est une démonstration de son échec et de l'hypocrisie entourant la prétendue liberté offerte par la loi LRU.

Nous n'avons eu de cesse de le dire, au risque de passer pour des Cassandre: jamais les libertés des universitaires n'ont été mises sous une surveillance aussi resserrée. Le gouvernement se vante de faire de la recherche une priorité et de ne pas supprimer d'emplois. Et il prescrit aux établissements le gel de la masse salariale pour réduire un déficit dont il porte seul la responsabilité. La communaute universitaire n'a pas à en subir les conséquences.

Depuis quatre ans, des équipes de technocrates, nommés, dépourvus de toute légitimité et éloignés de toute considération pour la science, ont multiplié les contrôles tatillons, au risque de mettre en péril l'ensemble du système d'enseignement supérieur et de recherche, faisant fi des processus complexes de maturation de la connaissance en devenir, et de la prise en compte de la diversité des modes de diffusion du savoir.

Passée parmi les premières à «l'autonomie financière», l'université de Limoges, déficitaire pour la deuxième année consécutive, a été mise sous la tutelle du recteur. Ce n'est que le début, Laurent Wauquiez annonce que, dès maintenant, huit universités relèvent d'une situation analogue! Avec un budget de l'enseignement supérieur en berne, contrairement à ce que cherche à faire croire le gouvernement, les comptes des universités virent, l'un après l'autre, au rouge. Il n'est pas une journée sans qu'un établissement annonce un nouveau plan d'austérité (Pau, Bretagne Sud, Bordeaux 3...). Gare à celui qui se risquerait à refuser de le mettre en œuvre, la tutelle rectorale s'en chargerait!

Cette mise sous surveillance des budgets, mais aussi des politiques d'établissements, par le recteur d'académie est une conséquence à rebours de l'application de la loi LRU et en particulier du décret financier. Elle bâillonne la démocratie universitaire et, intervenant à la veille des délibérations budgétaires dans les conseils d'administration, constitue une intimidation pour qui voudrait dénoncer l'état de pénurie chronique de l'enseignement supérieur. Cette attaque contre la démocratie universitaire n'est pas sans rappeler les renversements d'exécutifs européens par des marchés financiers se substituant désormais aux instances politiques, au profit de technocrates conciliants.

Comme la liberté des scientifiques à choisir leurs champs d'investigation, celle des peuples à se déterminer est la cible récurrente des politiques néolibérales. Ce parallélisme n'est pas le seul. Toute mesure gardée, dans l'enseignement supérieur et la recherche, la course effrénée à «l'excellence», la chasse aux «A+» désignés par les experts nommés et la mise au ban de l'immense majorité, fait écho avec la fuite en avant des Etats européens pour conserver leur «triple A».

Les établissements d'enseignement supérieur, secoués par une mise en concurrence stérile, creusant de manière ciblée et choisie les inégalités entre établissements, équipes pédagogiques et de recherche, collègues..., ont besoin de la garantie d'un engagement massif de l'Etat. Cet engagement pluriannuel ne peut se faire qu'au travers d'une nouvelle loi qui garantisse le recul des inégalités.

Au printemps 2009, les universitaires, les scientifiques se sont mobilisés à un niveau inégalé depuis 50 ans, les attentes des la communauté exigent des réponses fortes, au niveau de la colère exprimée... Pour que les enseignants-chercheurs puissent explorer avec curiosité le champ sans limite de la connaissance, pour qu'ils puissent produire et diffuser de la connaissance dans l'échange et en irriguer toute la société, une rupture est nécessaire avec pour lignes de force: disposer enfin de temps, de la liberté d'enseignement et de recherche, de démocratie et de collégialité revitalisée.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
Politique de l’eau : il faudra « passer par des interdictions »
La carte n’a pas bougé depuis cet été : 93 départements sont toujours en alerte sécheresse et de nombreux arrêtés empêchent les prélèvements d’eau habituels. L’agriculture pourra-t-elle continuer de consommer comme avant ? Entretien.
par Amélie Poinssot
Journal — Agriculture
Changeons cette agriculture prédatrice
L’été est terminé. Mais la sécheresse continue. Les nappes souterraines mettront des mois à retrouver leur niveau normal. Il est temps de réduire la consommation d’eau de l’agro-industrie. Parti pris en vidéo.
par Amélie Poinssot
Journal — Défense
Défense française : le débat confisqué
Le ministre des armées répète que les questions militaires sont l’affaire de tous. En France, en 2022, tout le monde n’est pourtant pas invité à en débattre.
par Justine Brabant
Journal
« Bloc syndical » policier : un mariage scellé par Alliance et béni par Darmanin
Treize syndicats de police ont annoncé leur rapprochement en vue des prochaines élections professionnelles. Mercredi, à la Bourse du travail de Paris, le ministre de l’intérieur s’est félicité de cette union née à l’initiative d’Alliance, une organisation très ancrée à droite.
par Pascale Pascariello

La sélection du Club

Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES
Billet de blog
Violences en politique : combats anciens et avancées récentes
Même si les cellules de signalement sont imparfaites, même si le fonctionnement de certaines d’entre elles semble problématique à certains égards, aujourd’hui, une organisation politique ou syndicale qui ne dispose pas a minima de ce mécanisme interne n’a plus aucune crédibilité sur le sujet des violences faites aux femmes. 
par eth-85
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas