Billet de blog 24 janv. 2014

Moi président, la France n’extradera pas Pinar Selek vers la Turquie

A quelques jours d'une visite officielle de François Hollande en Turquie, une vingtaine de chercheurs, parmi lesquels Luc Boltanski, Annie Collovald, Edgar Morin, Gisèle Sapiro... et plusieurs associations de sociologues interpellent François Hollande sur la situation de Pinar Selek, réfugiée en France mais sous le coup d'une demande d'extradition, et lui demandent de clarifier la position du gouvernement.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A quelques jours d'une visite officielle de François Hollande en Turquie, une vingtaine de chercheurs, parmi lesquels Luc Boltanski, Annie Collovald, Edgar Morin, Gisèle Sapiro... et plusieurs associations de sociologues interpellent François Hollande sur la situation de Pinar Selek, réfugiée en France mais sous le coup d'une demande d'extradition, et lui demandent de clarifier la position du gouvernement.


Monsieur le président, vous vous rendez les 27 et 28 janvier prochains en Turquie. C’est la première fois depuis vingt ans qu’un chef de l’Etat français se déplace à Ankara. Cette visite est censée relancer le dialogue autour d’importants dossiers économiques et politiques.

A cette occasion sera posé le problème de l’extradition de notre collègue Pinar Selek que les autorités d’Ankara ont demandée à la France. Cette sociologue turque est persécutée depuis une quinzaine d’années pour avoir refusé de donner les noms de militants kurdes sur lesquels elle menait des enquêtes. Elle fait aujourd’hui l’objet d’une condamnation à la prison à vie à la suite d’un procès dénoncé par les organisations de droits de l’homme et de nombreuses associations de chercheurs dans le monde.

Injustement accusée de terrorisme, Pinar Selek a été emprisonnée avant d’être lavée de tout soupçon par plusieurs rapports d’experts et d’être acquittée à trois reprises par les tribunaux d’Istanbul. L’acharnement de la justice s’est toutefois poursuivi inlassablement jusqu’aux récentes décisions la condamnant à l’emprisonnement à perpétuité et exigeant son extradition par la France.

Tenant compte des menaces qui pèsent sur elle, la France lui a accordé l’an passé le statut de réfugiée. Pinar Selek termine d’ailleurs actuellement une thèse qui sera soutenue en mars prochain à l’université de Strasbourg. Elle a également reçu l’an passé un doctorat honoris causa de l’Ecole normale supérieure de Lyon contresigné par le ministre des affaires étrangères.

Alors pourquoi cette tribune ? Malgré de multiples demandes de clarification de la position française sur ce dossier, le silence de vos services devient gênant. Depuis que Pinar Selek a été mise par la Turquie sur la liste rouge des personnes recherchées par Interpol, le gouvernement n’a publiquement manifesté aucune réaction. Nous attendons toujours de la part du gouvernement français une prise de position publique claire et ferme : « Non, la France ne livrera pas Pinar Selek ». Certains points de principe ne peuvent s’accommoder du cadre feutré qui régit habituellement les relations diplomatiques.

Défendre clairement, dès avant votre visite en Turquie, le droit de Pinar Selek de rester sur notre sol, c’est défendre la liberté de la recherche tant pour les universitaires qui ont été obligés de fuir la Turquie que pour les chercheurs qui y sont régulièrement emprisonnés pour avoir osé dire la vérité sur la société turque à un pouvoir qui ne veut pas l’entendre.

Annoncer clairement, et dès maintenant, la position du gouvernement sur le cas Pinar Selek serait dire ce que la France pense du traitement qui a été réservé aux journalistes et citoyens ordinaires qui ont osé se soulever sur la place Taksim en inscrivant symboliquement le nom de notre collègue sur certaines de leurs banderoles.

Il reste encore quelques jours pour qu’une parole forte se fasse entendre sur ce dossier, encore quelques jours avant que les discussions sur les libertés politiques ne soient reléguées en fin de liste protocolaire des « questions diverses » à traiter.

Signataires

L’association française de sociologie,

L’association des sociologues de l’enseignement supérieur ,

L’association Champ libre pour les sciences sociales,

Ainsi que :

Paola Bacchetta (sociologue, Berkeley, co-fondatrice du Caucus on Transnational Approaches to Gender and Sexuality de l’American Sociological Association) ;
Stéphane Beaud (sociologue, ENS) ;
Luc Boltanski (sociologue, EHESS) ;
Annie Collovald (sociologue, Nantes, IUF) ;
Anne-Marie Devreux (sociologue, CNRS) ;
Jules Falquet (sociologue, Paris 7) ;
Didier Fassin (professeur à l’Institute for Advanced study, Princeton) ;
Eric Fassin (sociologue, Paris 8) ;
Azadeh Kian (sociologue, Paris 7, co-responsable fédération Ring) ;
Rose-Marie Lagrave (sociologue, EHESS) ;
Frédéric Lebaron (président de l’association Savoir / Agir) ;
Catherine Marry (sociologue, ENS) ;
Olivier Martin (président du Conseil National des Universités de Sociologie-Démographie) ;
Gérard Mauger (sociologue, CNRS) ;
Edgar Morin (sociologue) ;
Serge Paugam (sociologue, EHESS) ;
Gisèle Sapiro (sociologue, EHESS) ;
François de Singly (sociologue, Paris 5) ;
Beverley Skeggs, (sociologue, Goldsmiths College, London) ;
Loïc Wacquant (sociologue, Berkeley) ;
Laurent Willemez (président de l’ASES) .

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot
Journal — Histoire
Le docteur est-il encore en vie ?
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Aucune retenue : l'accaparement de l'eau pour le « tout-ski »
J'ai dû franchir 6 barrages de police et subir trois fouilles de ma bagnole pour vous ramener cette scandaleuse histoire de privatisation de l'eau et d'artificialisation de la montagne pour le « tout-ski » en Haute Savoie.
par Partager c'est Sympa
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement