Bienvenue à toi Crimée!

«Eh bien bonjour, chers habitants de Crimée ! Contents de vous voir. Laissez-moi tout d’abord vous féliciter: ce référendum était le dernier de votre vie».Voilà comment commence le texte de l'écrivain russe Arkadi Babtchenko, adresse sarcastique aux nouveaux citoyens de la fédération de Russie. Auteur d'un livre sur le conflit en Tchétchénie, La Couleur de la guerre, Arkadi Babtchenko a publié plusieurs reportages sur la révolution ukrainienne depuis novembre 2013.

«Eh bien bonjour, chers habitants de Crimée ! Contents de vous voir. Laissez-moi tout d’abord vous féliciter: ce référendum était le dernier de votre vie».Voilà comment commence le texte de l'écrivain russe Arkadi Babtchenko, adresse sarcastique aux nouveaux citoyens de la fédération de Russie. Auteur d'un livre sur le conflit en Tchétchénie, La Couleur de la guerre, Arkadi Babtchenko a publié plusieurs reportages sur la révolution ukrainienne depuis novembre 2013.

------------------------------------------------------

Eh bien bonjour, chers habitants de Crimée ! Contents de vous voir. Laissez-moi tout d’abord vous féliciter : ce référendum était le dernier de votre vie. Vous n’aurez plus à exercer l’«expression de la volonté populaire». Vous n’aurez plus rien à choisir, jamais, pas même la couleur des haies dans vos cours d’immeubles. Tenez-le vous pour dit.

Ensuite, vous pouvez dire adieu à votre télévision. Au revoir émissions en direct,  talk-shows et  débats. Bonjour les films noirs, les zombies, les blagues salaces et les gags au-dessous de la ceinture. Plus que du Kisselev[1], plus que du hardcore ! En route pour la ligne directe avec Poutine.

Troisième chose, le service militaire. C’est un sujet en soi. En 23 ans d’occupation, vous avez sans doute oublié ce que c’est que de voir vos fils vous être enlevés pour aller à l’armée. C’est pas grave, vous allez vous en souvenir. Vous vous en souviendrez notamment quand vos enfants vont commencer à mourir de maladies dont plus personne ne meurt dans le monde – pneumonie par exemple, à part dans notre armée – pardon c’est aussi la vôtre maintenant. Après le doux climat de Crimée, aller faire son service quelque part à Kounachir – île de Sakhaline (NdT)- c’est impeccable. Et l’inscription « Le Caucase c’est la force » sur les crânes rasés sera du plus bel effet.

Tiens d’ailleurs, notez tout de suite cette adresse http://mright.hro.org/ : c’est celle de la Fondation « Droit de la mère » qui, depuis 20 ans, aide les familles des conscrits décédés. L’an dernier, la Fondation a apporté une aide à 2 465 familles de soldats. Parmi eux, 20% se sont suicidés, 20% ont été poussés au suicide, 15% sont morts de maladies et 5% de mauvais traitements.

En résumé, « ne pleure pas jeune fi-i-ille… »[2]

Et au fait, les pensions pour les mères de soldats, ou les pensions d’invalidité en cas de perte du soutien de famille, sont en Russie de 40 dollars par mois, et on met des années à les obtenir. Bienvenue dans notre système judiciaire !

A propos de système judiciaire, ce serait une trop longue histoire, je me contenterai donc de rappeler que l’incitation à la haine, l’atteinte aux sentiments des croyants, l’apologie du terrorisme et les propos extrémistes, la diffamation sont tous des délits pénaux ; et que la critique de l’histoire, l’entrave à la circulation, le comportement amoral, tout ceci, et encore beaucoup plus, sont des délits administratifs.

Bon, vous avez déjà fait connaissance avec nos Cosaques. Beaux gosses, n’est-ce pas ? Et encore, vous n’avez pas encore vu nos popes. A ce propos, nous avons justement un programme fédéral de développement de la spiritualité, propre à élever les esprits, avec le slogan « faisons entrer l’Eglise dans chaque interstice».

Donc, là où vous pensiez voir une école maternelle ou un aménagement routier, vous aurez une église. Comme devant chez moi, dans un terrain vague au bord du périphérique, ils sont en train d’en sortir une de terre, à la place d’un échangeur. Il y a des bouchons tous les matins mais bien sûr on n’en a pas besoin… C’est d’une église qu’on a besoin. Ce n’est pas grave, ça aussi vous le comprendrez avec le temps.

Ah oui, il faudrait aussi évoquer l’inclusion automatique dans vos factures d’une ligne pour la réfection des églises – ca c’est du cousu main !  . La mairie d’Elektrostal, qui a eu l’idée de cette innovation en matière de vie spirituelle, vous apprendra.

Puisque nous en sommes à parler de facture, il y a la réforme des services communaux, qui dure depuis 10 ans. Une nouvelle étape est en cours, la facture va bientôt passer à 5000 roubles par appartement. Et les avantages sociaux alors ? Les vôtres ont-ils déjà été monétisés [3]? Non ? Je vous envie d’avoir encore tant à découvrir. D’ailleurs, c’est notre division Dzerjinski qui il y a 5 ans a mené des manœuvres intitulées « dispersion d’une foule de retraités mécontents ». Je pense qu’ils pourront volontiers transmettre leur expérience à vos Berkut[4].

Je ne parlerais même pas de broutilles telles que s’accaparer les parcelles de choix pour construire palais et villas, se répartir entre amis le business, faire bruler et s’accaparer des biens, démolir et incendier des maisons pour construire des centres commerciaux, etc. etc. etc. Même chose pour les inspections anti-incendie, sanitaires, fiscales, le parquet, le comité d’enquêtes, les agents du FSB, l’administration etc. Vous vivez essentiellement du tourisme dit-on ? Qu’à cela ne tienne, chez nous on appelle ça « donner des cauchemars au buisness ? » C’est pas grave. Vous vous y ferez.

A propos de tourisme, vous avez bien des petits hôtels privés ? Sur le front de mer ? (En Crimée, pensez) pas mal, pas mal ! Eh bien, terminés les petits hôtels sur le front de mer. En échange, vous allez voir un peu la datcha de Tkatchev ! De Choïgou[5] ! De tous les sénateurs ! Des députés ! De tous les FSBéchniki !! Après viendront tout le Comité d’enquête et toute la procurature ! Quels beaux yachts arrimés aux pontons privés ! Quelles palissades le long de votre mer ! Tous ces maudits banderovtsy[6] seront verts de jalousie. Pour vous, la plage publique de Sébastopol suffira bien.

Je vous recommande aussi d’apprendre la phrase « Vous êtes nombreux et je suis toute seule ! ». La Poste de Russie, le guichet unique, la Caisse d’épargne, le Fonds de pensions, les services sociaux. Tout ça maintenant est à vous. Félicitations.  

D’ailleurs, vous avez vraiment de la chance à propos de Caisse d’épargne : une nouvelle étape de la réforme des retraites arrive. Avant, personne ne comprenait comment elles étaient calculées ; aujourd'hui, personne ne comprend si il y en aura encore ou pas.

Apprenez encore deux termes. « KTO » ou opération antiterroriste. Et « hexogène[7] ». C’est important, vraiment important. Essayez aussi de vous tenir loin des lieux où la foule est concentrée, les gares, les aéroports – surtout les gares et les aéroports – les arrêts d’autobus, les marchés, les lieux de concerts etc. Arrivez à l’aéroport trois heures avant le départ de l’avion, il y a des portiques à chaque entrée. Ne plaisantez pas avec la police, évitez de porter la barbe, éclaircissez-vous les cheveux, retournez vos poches et laissez vous fouiller à la première demande. Ne sortez jamais de chez vous sans vos papiers.

Et n’oubliez pas les sanctions de nos amis de l’étranger, ou plutôt nos ennemis. Vous êtes maintenant en Russie.

Voilà donc toutes ces petites choses.

Les manifestations sont interdites.

Résister à une interpellation illégale est interdit

L’autodétermination, la sortie de la fédération de Russie et le séparatisme sont interdits.

L’adoption d’enfants par des étrangers est interdite.

La propagande homosexuelle est interdite.

Les concerts de Madonna et d’Okean Elzy[8] sont interdits

Les affiches non autorisées sont interdites

La chaîne de télévision « Dozhd’[9] » est interdite

Les transferts d’argent en ligne seront interdits dans les jours qui viennent.

Les prix à Moscou sont le double de ceux de Kiev. Pour tout.

Et pour terminer, chez nous (maintenant chez vous) l’alcool est interdit de 11h du soir à 8h du matin. La prohibition, en somme.

 « Welcome Home » en résumé. Bienvenue.

Arkadi Babtchenko

(texte traduit du russe par Anne Le Huérou)

Arkadi Babtchenko est un écrivain et journaliste indépendant russe. Vétéran du conflit russo-tchétchène, il a longtemps travaillé au journal d’opposition Novaïa Gazeta. Son livre, La couleur de la guerre, a été publié en français chez Gallimard (lire la critique de ce livre faite par Mediapart.) Ses nouvelles et récits, publiés notamment sur le site artofwar dont il est le fondateur ont fait l’objet d’une adaptation théâtrale par Natalia Frolova, Une guerre personnelle, jouée notamment en France en 2010. Il a couvert récemment plusieurs mouvements de mobilisations politiques, notamment en Turquie au printemps 2013 et en Ukraine depuis fin novembre 2013. Il était sur Maïdan durant les journées meurtrières de la mi-février. On peut lire ses chroniques et reportages sur sa page personnelle et sur de nombreux sites internet indépendants russe.

Lire également, en écho à ce texte, l'article d'Agathe Duparc sur la machine à propagande mise en place par le Kremlin en Russie: Propagande et ferveur patriotique en Russie


[1] Dmitri Kisselev est le présentateur vedette directeur du groupe de médias public « Rossia Segodnia » (« La Russie aujourd'hui ») qui regroupe notamment la chaîne Russia Today et l’agence RIA Novosti. Ses reportages très polémiques sur l’opposition politique en Russie, les mobilisations en Ukraine  ou les minorités sexuelles lui ont valu plusieurs dépôts de plaintes. [NdT]

[2] Titre d’une chanson soviétique populaire qui s’adresse à une jeune fille dont le fiancé est parti à la guerre. [NdT].

[3] La « monétisation des avantages sociaux » menée en 2005 a fait disparaître certains avantages sociaux en nature (gratuité des transports, des services communaux ) dont bénéficiaient certaines catégories de la population (retraités en particulier)–  pour les remplacer  par une somme d’argent selon la possibilité des collectivités locales, dans les faits très inférieure aux pris de tous ces services. La réforme a provoqué de fortes protestations, en particulier dans les villes. [NdT].

[4] Forces spéciales du ministère de l’Intérieur ukrainien qui ont participé à la répression de Maïdan

[5] Respectivement gouverneur de la région de Krasnodar et ministre de la Défense. [NdT].

[6] Le terme de banderovtsy désigne - en référence au leader nationaliste ukrainien Stepan Bandera, ayant lutté pour la libération de l’Ukraine pendant la Seconde guerre mondiale en collaborant avec l’envahisseur nazi – dans le discours politique russe aujourd’hui les nationalistes ukrainiens, et par extension tout le mouvement de Maïdan, dont certains ont mobilisé la figure de Bandera, ainsi que les nouvelles autorités de Kiev. [NdT].

[7] Référence à l’explosif retrouvé dans le sous-sol d’un immeuble de la ville de Riazan au moment des attentats attribués à des Tchétchènes dans plusieurs villes de Russie en 1999, qui avait fait porter les soupçons sur une manipulation par les services de sécurité [NdT].

[8] Le plus célèbre groupe de pop-rock ukrainien dont la tournée en Russie a été annulée [NdT].)

[9] Chaîne indépendante  qui a été retirée des réseaux câblés après un sondage sur le blocus de Leningrad considéré comme insultant la mémoire de la Seconde guerre mondiale. [NdT].

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.