Bénédicte Desforges et Marc Louboutin, deux spécialistes de la police et auteurs de plusieurs ouvrages, reviennent sur les récents suicide de policiers. Ils font plusieurs préconisations pour, enfin, faire baisser ce nombre de morts qui reste stable année après année -une cinquantaine par an-.

___________________

puceinvite.jpgDepuis des années, l'un comme l'autre, lors de nos carrières respectives de policiers puis au cours de nos activités d'auteurs de livres spécialisés sur la police, nous n'avons eu de cesse de nous préoccuper de manière active du phénomène des nombreux suicides dans l'institution policière.

La moyenne de ces décès reste désespérément stable (entre 45 et 50 par an) malgré la mise en place après le pic de l'année 1996 du Service de Soutien Psychologique Opérationnel (SSPO). Notre but n'est pas la polémique partisane, une telle utilisation serait indécente pour la douleur des familles et des proches des victimes qui, même des années plus tard, reste vive.

Les quatre suicides du 22 septembre dernier sont un nouvel appel, terrible par sa répétition, à une réaction la plus déterminée et prompte possible.

L'urgence pour les policiers, mais aussi, nous en sommes persuadés, pour la majorité des citoyens, n'est plus au constat mais à une recherche volontaire de solutions novatrices de prévention, attendues depuis des années par les effectifs, pour endiguer enfin de manière sensible cette hécatombe.
Nos ouvrages, nos contacts quotidiens avec les milliers de policiers qui font partie de nos réseaux, nous ont permis, avec eux, de rédiger une série de propositions pertinentes pour agir avec volonté et plus d'efficacité dans la prévention des suicides qui endeuillent trop souvent la Police Nationale. Les voici:
- Engager, par le Ministère de l'intérieur, dans ses indicateurs de suivi des unités une démarche de mesure qualitative des relations d'écoute et d'échanges entre les personnels de tous grades et la hiérarchie, intermédiaire ou sommitale, dans les différents services. La prise en compte en temps réel de problèmes personnels ou familiaux, souvent passagers, peut désamorcer un sentiment (réel ou supposé) "d'abandon" ou de mépris par les fonctionnaires. Une recherche d'humanisation optimisée du commandement, sans en perturber la pertinence ni la performance, pourrait court-circuiter certaines démobilisations génératrices de tendances dépressives.
- Recentrage du SSPO sur sa mission initiale (et non comme élément intégré, trop souvent, à la chaîne hiérarchique). Retour aux consultations uniquement sur volontariat (et non comme devenu parfois sur saisine du commandement) Réaffirmation d'une confidentialité stricte des entretiens et saisine de la hiérarchie du problème rencontré avec accord express de l'intéressé(e). Possibilité de consultation d'un(e) psychologue extérieure à l'administration. Recherche de solutions graduées d'aide ne déqualifiant pas d'emblée les fonctionnaires requérant parfois un simple soutien moral.
- Immersion régulière obligatoire des psychologues de soutien du SSPO avec les services actifs pour les imprégner de la réalité du métier, leur permettre d'avoir une analyse pertinente des stress rencontrés dans les missions, d'être plus accessibles, et renouer un lien de confiance (et de confidences) parfois dissous avec les effectifs de leurs zones de compétence. La possibilité de constatation "de visu" des situations possiblement traumatisantes (lorsque c'est possible et sécurisé) ne pourrait de plus qu'accroître la compétence de ces professionnels reconnus et leur appréhension des effets possibles.
- Mise en place d'un réseau de cellules de veille et d'écoute par fonctionnaires référents volontaires (avec expérience de services actifs et élus par l'ensemble du personnel du service concerné, bénéficiant d'une formation adaptée) dans les services et de détection et d'alerte aux psychologues professionnel(le)s du SSPO et/ou de relais avec des structures sociales ad hoc. Il ne s'agit pas de créer des "inactifs" mais des personnels en activité détachables en fonction de l'urgence de leurs saisines de cas préoccupants. Affichage de ce recours d'écoute dans les services. Là également, confidentialité stricte des entretiens et avis à la hiérarchie du problème abordé avec accord express de l'intéressé(e).
- Mise en place d'une écoute nationale permanente, centralisée (par téléphone, mails, intranet et sms), permettant d'optimiser le recours à un soutien même la nuit, une autre voie de saisine du référent sectorisé, éventuellement de prendre des mesures d'urgence motivées. Cette cellule centraliserait et d'analyserait les retours d'expérience des dossiers traités par les référents de service. Mise en place d'un réseau Intranet des réactions et commentaires des personnels de service ayant connu un suicide d'un de leurs collègues. Analyse (éventuellement extérieure pour plus de crédibilité) de ces témoignages et des enquêtes de faits de suicide. Personnel bénéficiant d'une formation adaptée, d'une expérience de terrain préalable significative et recruté après un sérieux entretien de motivation.
(cela fonctionne, nous avons testé avec succès de telles écoutes aux policiers en difficultés psychologiques affirmées lors "d'appels au secours", qui effectivement se confient avec beaucoup plus de spontanéité à des collègues "comprenant" et appréhendant totalement leur univers. D'une part par les centaines de courriers reçus par l'un et l'autre d'entre nous, suite à la visibilité conférée par notre expérience éditoriale, puis via nos sites et pages internet, notamment "Le blog de police" depuis deux ans - avant que la direction de FaceBook ne supprime les groupes de plusieurs milliers de policiers à trois reprises. L'utilisation, comme personnes ressources de policiers ayant surmonté de telles difficultés est un plus.)
- Meilleure affirmation, appréhension et règlement des enquêtes internes pour harcèlement.( Il semblerait apparemment - de source syndicale - que l'un des fonctionnaires s'étant donné la mort s'était déclaré victime dans une telle procédure en cours.)
- Enfin, reconnaissance de possibilités d'états de stress post-traumatique (ESPT) à court (événement exceptionnel), moyen ou long terme (par répétition des situations) et possibilité d'adoption sur dossier médical d'un statut de reconnaissance de maladie professionnelle. L'ESPT s'ajoute à des traumatismes extérieurs à la fonction, de même que certains syndromes possible dits de "Burn out" (usure professionnelle), et même sans les admettre de manière dogmatique comme une cause primordiale ou essentielle dans la mortalité par suicide dans la police, il est difficile d'en contester la part, souvent rajoutée à des traumatismes personnels (divorce, difficulté familiales, endettement...etc etc...)
- Debriefing systématique du personnel concerné par un suicide dans un service et association de celui-ci aux mesures locales de prévention*, de même qu'association du référent élu "prévention suicide" du service à l'enquête interne, avec communication par la hiérarchie des conclusions au personnel concerné. (*Le retrait systématique de l'arme en fin de service à tous les fonctionnaires d'un des services concernés par les suicides du 22/09/2011, dérogatoire à l'article 8 du Code de déontologie entendant une obligation d'intervention en flagrant délit hors service, est considéré par eux comme une infantilisation et une déqualification par suspicion générale de faillibilité)
- Présentation d'un bilan qualitatif annuel des interventions nationales de prévention et de celles du SSPO, du nombre de suicides et du décryptage (anonymisé) technique de leur causalité en association avec les centres d'aide aux policiers (ex : centre du Courbat de l'ANAS) et mise en place d'une journée nationale de consultation des personnels dans chaque service sur le "malaise" éventuel des effectifs, l'importance locale des ESPT et du "burn out", et des solutions préconisées par le personnel, de même qu'un état de la gestion locale des interventions (anonymisées) du référent sus-mentionné. Retour qualifié de ces réunions à la cellule centrale, et affichage au personnel dans chaque service de ce bilan local, de même que de celui qualitatif et quantitatif national. Définition d'objectifs pour l'année à venir.

Marc Louboutin
Journaliste et auteur de "Métier de chien" et "Flic c'est pas du cinoche"
marclouboutin@gmail.com
http://fr.wikipedia.org/wiki/Marc_Louboutin
Bénédicte Desforges
auteur de "FLiC" et "Police Mon Amour"
b-desf@neuf.fr
http://police.etc.over-blog.net/

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.