Billet de blog 27 oct. 2011

Tranströmer et le Prix Nobel de l'ignorance

Il faut lire le Suédois, «immédiatement accessible à tous», estime Jean-Pierre Siméon, poète et dramaturge, directeur artistique du Printemps des Poètes, malgré les critiques littéraires qui ont fait si peu de cas d'un écrivain «traduit dans 60 pays».

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il faut lire le Suédois, «immédiatement accessible à tous», estime Jean-Pierre Siméon, poète et dramaturge, directeur artistique du Printemps des Poètes, malgré les critiques littéraires qui ont fait si peu de cas d'un écrivain «traduit dans 60 pays».


-----------------

Fort caractéristiques de la façon dont les médias traitent généralement aujourd'hui la poésie ont été l'embarras ou la désinvolture, voire le mépris sentencieux avec lesquels ils ont accueilli l'annonce du Prix Nobel de littérature. Apparemment crime de lèse-majesté contre les princes de la critique littéraire, lâchement pris à revers, la décision du jury Nobel aurait consacré un parfait inconnu, obscur tâcheron du vers tombé des nues du grand nord (voir le billet de La Montagne), ou pour le dire comme le rédacteur de Libération, «n'importe qui», un poète «bof»...

Outre que cela est inutilement insultant, c'est d'une consternante sottise. Inconnu, Thomas Tranströmer? Traduit dans 60 pays, célébré aux Etats-Unis, salué par Brodsky, invité partout depuis deux décennies (y compris en France par les Parvis poétiques de Marc Delouze), traduit en France dans les années 90 grâce à la sagacité de Jean-Yves Reuzeau au Castor astral, disponible en poche chez Gallimard: décidément, comme «n'importe qui», on fait mieux, semble-t-il! Inconnu de qui donc? Hélas, particulièrement de ceux dont le métier serait de le connaître, ces critiques littéraires qui, au pays de Villon, Rimbaud, Apollinaire ou Aragon, par paresse intellectuelle autant que par soumission au diktat économique qui règle le marché du livre, ont globalement exclu du champ littéraire la poésie au profit du roman-roi.

L'affaire Tranströmer est le symptôme d'une ignorance injustifiable, plus: d'une incompétence. Que la plupart de nos journalistes s'en soient tenus à reproduire la dépêche AFP, informée certes, mais purement factuelle et impersonnelle, en dit long. La place qu'y occupe par exemple «l'apoplexie» du lauréat est aussi curieuse que dérisoire. Mais peut-on s'en étonner? Quand on compare la place réservée à la poésie dans la presse française de référence (à l'exception notable de l'Humanité qui offre régulièrement deux pleines pages sur les parutions poétiques) par rapport à ce qui se pratique en Grande-Bretagne, dans le monde arabe, en Corée du Sud ou en Russie, la preuve est quotidiennement donnée que nos critiques ne lisent pas les poètes. Or je le répète, cela relève quasi de la faute professionnelle. Ignorer Tranströmer pour un critique littéraire, c'est à peu près pour un journaliste sportif ignorer jusqu'au nom du footballeur à qui on remet le ballon d'or annuel. Au reste, nous avions connu le même ébahissement embarrassé lorsque le Nobel avait couronné la poétesse polonaise Szymborska... L'occasion était pourtant belle avec Tranströmer d'appeler à lire avec empressement un poète immédiatement accessible à tous, dont l'œuvre exprime notre actuel sentiment du monde, vulnérable et incertain, sans jamais céder à un cynisme commode qui agit trop souvent chez nous comme un exutoire. Ç'aurait pu aussi être l'occasion de se pencher, à travers l'exemple du Castor astral, sur l'effort constant de ces petits éditeurs qui, quant à la poésie d'ici et d'ailleurs, sauvent l'honneur. On aurait profit ainsi à découvrir la collection D'une voix l'autre dirigée par Jean-Baptiste Para à Cheyne-éditeur; peut-être la chance de ne pas être pris au dépourvu lorsque le prochain poète des horizons lointains sera distingué...

Et qu'on ne nous dise plus, de grâce, que la poésie n'intéresse personne: le Printemps des Poètes –qui a ses défauts sans doute– prouve le contraire: il mobilise en quinze jours bien plus de public que le Salon du livre de Paris et la Foire du livre de Brive réunis. Ni que la poésie contemporaine serait illisible: illisibles William Cliff, Jean-Pierre Verheggen, André Velter, Jean-Michel Maulpoix, Jean-Claude Pirotte ou Ludovic Janvier? La mauvaise foi heureusement ne tue pas... Allons, peut-être faut-il s'en tenir à ce que disait Saint-John Perse dans son allocution lors de la remise de son prix Nobel en 1960: «C'est assez pour les poètes d'être la mauvaise conscience de leur temps.»

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À LR, des alertes jamais vraiment prises au sérieux
L’affaire Damien Abad concerne d’abord la majorité d’Emmanuel Macron qui l’a promu ministre. Mais elle interpelle aussi son ancien parti, Les Républicains, alors que plusieurs élus affirment avoir été alertés de longue date.
par Lénaïg Bredoux et Ilyes Ramdani
Journal — Politique
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani
Journal — International
Au Pakistan, la température frôle les 50 °C et accable les plus pauvres
Classé en 8e position parmi les pays les plus à risques face au changement climatique, le Pakistan vient de subir une vague de chaleur quasi inédite. D’Islamabad à Karachi, des millions de personnes ont fait leur possible pour assurer le quotidien dans des conditions extrêmement difficiles.
par Marc Tamat
Journal — Écologie
Planification écologique : un gouvernement à trous
Emmanuel Macron avait promis, pendant l’entre-deux-tours, un grand tournant écologique. Si une première ministre a été nommée pour mettre en œuvre une « planification écologique et énergétique », le nouvel organigramme fait apparaître de gros trous et quelques pedigrees étonnants.
par Mickaël Correia, Jade Lindgaard et Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Habiter
Les humains ne sont pas les seuls à « habiter » : pour les animaux aussi, c'est une préoccupation. Sous la pression économique, les humains n'abandonneraient-ils pas la nécessité d'«habiter » pour se résigner à « loger » ?
par Virginie Lou-Nony
Billet de blog
Raphaël Boutin Kuhlmann : « Les coopératives locales portent l'intérêt général »
Parti s’installer dans la Drôme en 2016, où il a fondé la coopérative foncière « Villages Vivants », Raphaël Boutin Kuhlmann est devenu une figure des nouvelles manières de faire territoire. Dans cet entretien, il revient sur la nécessité de penser autrement l’intérêt général et sur les espoirs qu’il place, face aux crises contemporaines, dans l’innovation et le lien dans les villages.
par Archipel des Alizées
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
L'espace public, un concept « vide » ?
Comme le souligne Thierry Paquot dès l’introduction de son ouvrage, « l’espace public est un singulier dont le pluriel – les espaces publics – ne lui correspond pas. » Alors que le premier désigne grossièrement la scène du débat politique, les seconds renvoient à une multiplicité de lieux (rues, places, jardins, etc.) accessibles à tous et la plupart du temps relevant d’une propriété collective.
par Samuel PELRAS