Billet de blog 28 janv. 2010

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Le français, poumon des autres disciplines

Plus de 600 signataires ont déjà apposé leur nom au bas de la pétition «pour défendre l'enseignement du français». Mediapart publie cette «Lettre ouverte aux professeurs de français et à tous ceux que l'enseignement de notre langue et de la littérature concerne».

La rédaction de Mediapart
Retrouvez ici les actualités de la rédaction de Mediapart.
Journaliste à Mediapart

Plus de 600 signataires ont déjà apposé leur nom au bas de la pétition «pour défendre l'enseignement du français». Mediapart publie cette «Lettre ouverte aux professeurs de français et à tous ceux que l'enseignement de notre langue et de la littérature concerne».

-------------------

La nouvelle réforme prévue par Luc Chatel, l'actuel ministre de l'Education nationale, a suscité de nombreux remous à propos de la suppression de l'Histoire-Géographie en classe de Terminale S. Il est étonnant que la suppression, sur trois années de lycée, d'à peu près 4 heures d'enseignement obligatoire du français ait suscité si peu de réactions, à croire que cette suppression est passée inaperçue. De fait, elle est bien camouflée et pourtant...

En classe de seconde, les élèves ne feront plus, sous le régime Chatel, que 4 heures de français en classe entière, l'heure de module par quinzaine disparaît ainsi que l'heure d'aide individualisée. Dans un document remis aux proviseurs des établissements, il est dit très clairement que les heures de modules de français et d'histoire géographie ont été ôtées à ces deux matières pour la mise en place de l'accompagnement personnalisé. Or, l'heure d'accompagnement personnalisé n'est pas une heure de français, ce qu'était l'heure d'aide individualisée. Les élèves perdent environ 1h 30 de français par semaine, ce qui met la matière au même rang que les autres. Certes les établissements auront tout loisir de rétablir ce manque grâce au volant de dix heures complémentaires par division, mais celui-ci est « volant », ajustable, et sera réparti selon les projets, les volontés et personnalités plus ou moins fortes des équipes, autant dire que la rivalité entre les équipes d'enseignants et les matières risque de s'amplifier. Il va sans dire aussi que moins d'heures pour les élèves signifie moins d'heures par classe pour les professeurs et que les enseignants de français vont tôt ou tard voir leur nombre de classes augmenter, donc le nombre de leurs copies, ce qui risque de porter préjudice à leur enseignement. L'enseignement « Littérature et monde contemporain » ouvert comme enseignement d'exploration est une proposition intéressante, mais, optionnel, il ne saurait concerner chaque classe, il regroupera sans doute les élèves qui en feront le choix si l'établissement propose un tel enseignement et cet enseignement se fera sur 1h30. Là encore, c'est aux équipes de se mobiliser sans doute et de convaincre le chef d'établissement d'ouvrir une telle option, mais comment convaincre les élèves de la choisir lorsqu'une telle option est mise en concurrence avec l'économie (SES), les méthodes et pratiques scientifiques (MPS), déjà présentes dans les établissements ?

En classe de première, peu de changement apparemment, sinon que l'horaire de français est réduit à 4 h en première L, dont la spécificité était jusque là d'être littéraire. Désormais, pour former un futur lettré, quatre heures devraient suffire. Un enseignement de spécialisation obligatoire de deux heures vient certes remplacer les deux heures perdues, mais l'on peut s'inquiéter de l'intitulé « littérature française » qui présuppose que les 4 h allouées au français soient destinées à autre chose qu'à étudier la littérature française. De plus, il y a fort à parier que cet enseignement dit de spécialisation soit confié à un autre professeur que celui qui assurera, toutes séries confondues, les 4 premières heures de la matière. Quelle sera la cohérence d'un enseignement ainsi morcelé ? La perte de formation véritablement littéraire, quoique diffuse et difficilement quantifiable, sera réelle. Là encore, les professeurs auront sans doute moins d'heures à assurer par classe et verront ainsi leur nombre de classes augmenter.

Enfin, en classe de Terminale L, l'enseignement de la littérature passe à deux heures par semaine, malgré une expérience convaincante de quatre heures, qui fonctionnait bien depuis plusieurs années et permettait d'asseoir la spécificité littéraire de la filière sur un programme sérieux et exigeant. L'enseignement de spécialisation obligatoire de Première L et intitulé Littérature française disparaît et aucune option spécifiquement littéraire n'est plus proposée aux élèves.

Le plus étrange dans cette réforme est qu'elle prétend vouloir « renflouer » la filière L. Or, avec 3 heures 30 de français par semaine en moins sur trois ans pour un élève suivant le cursus littéraire (soit 126 heures supprimées au total), les mots du ministère résonnent comme un habile camouflage d'une diminution radicale de la place du français dans l'enseignement.

Le français n'est pas une matière comme une autre. Est-ce une matière de moindre importance qu'une autre ? Déjà, depuis plusieurs décennies, les professeurs ne disposent que de deux ans pour préparer leurs élèves à deux épreuves de baccalauréat, tandis que les autres matières disposent de trois ans pour les préparer à une seule épreuve ! Cet écart, de plus en plus nuisible à la maîtrise et de la langue et des exercices requis, explique peut-être la médiocrité des résultats de nos élèves au baccalauréat. Un véritable «renflouement» et de la filière L et de l'enseignement du français aurait consisté à ajouter des heures de français en terminale S et ES ainsi qu'une heure hebdomadaire dans tous les niveaux. Le français est le poumon des autres disciplines. Sans maîtrise de celui-ci, il est fort difficile de réussir dans les autres matières, quelles qu'elles soient.

La suppression de 126 heures d'enseignement obligatoire du français sur trois ans, ainsi que la perte objective de contenus proprement littéraires dans une partie des heures restantes (144 heures), fait clairement apparaître l'esprit de cette réforme : on ne donne plus aux élèves les moyens de progresser dans la maîtrise de leur langue ni dans la connaissance de la littérature. Matière d'éveil et de réflexion au même titre que l'Histoire et la Géographie, le français fait l'objet de coupes claires pour que l'école ne soit surtout pas le lieu d'un apprentissage de l‘esprit critique. Priver le peuple de sa propre langue, c'est délibérément chercher à le priver de son outil de pensée. Il n'est pas besoin d'avoir lu George Orwell pour comprendre qu'une langue appauvrie donne des esprits plus accessibles aux slogans et à l'absence de logique.

Les belles paroles du projet cachent mal de surcroît son objectif majeur : faire passer les restrictions budgétaires pour une réforme de l'enseignement. Les prévisions du budget 2010 sont claires : - 5200 postes seront supprimés dans le second degré public. En ne remplaçant pas un professeur sur deux qui part à la retraite, il faut bien faire en sorte que ceux qui restent travaillent plus, sans être payés plus : les professeurs de français seront les premiers à en faire les frais dès la rentrée prochaine où ils verront leur nombre de classes augmenter.

Nous demandons le retrait immédiat de ce projet de réforme et nous appelons les parents d'élèves, les syndicats, les partis à exiger, avec nous que l'enseignement du français garde une place de premier plan dans le cursus des élèves.

Signer la pétition

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les Chinois défient la répression dans la rue sur l’air de «L’Internationale»
Le mouvement de protestation contre les mesures anti-Covid s’est étendu ce week-end à l’ensemble de la Chine. Plus d’une cinquantaine d’universités se sont également mobilisées. Des slogans attaquent le Parti communiste chinois et son numéro un Xi Jinping. Une première depuis 1989. 
par François Bougon
Journal — Défense et diplomatie
Ukraine : cette gauche qui n’a rien appris
Une partie de la gauche radicale aborde la guerre en Ukraine avec des grilles de lecture vieillottes. Celles-ci négligent excessivement la nature des régimes en compétition sur la scène internationale. 
par Joseph Confavreux et Fabien Escalona
Journal
Congrès EELV : Marine Tondelier en passe de prendre « la suite »
L’élue municipale à Hénin-Beaumont et cadre dirigeante de longue date est arrivée largement en tête du premier tour du congrès d’Europe Écologie-Les Verts. Mélissa Camara, candidate proche de Sandrine Rousseau, arrive troisième derrière la proche de Yannick Jadot, Sophie Bussière. 
par Mathieu Dejean
Journal — Police
À Bure, les liens financiers entre gendarmes et nucléaire mélangent intérêts publics et privés
En vigueur depuis 2018, une convention entre la gendarmerie nationale et l’Agence nationale de gestion des déchets radioactifs permet la facturation de missions de service public. Mais alors, dans l’intérêt de qui la police agit-elle ? Mediapart publie le document obtenu grâce à une saisine de la Cada.  
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
À la ferme, tu t’emmerdes pas trop intellectuellement ?
Au cours d'un dîner, cette question lourde de sens et d'enjeux sociétaux m'a conduite à écrire cet article. Pourquoi je me suis éloignée de ma carrière d'ingénieure pour devenir paysanne ? Quelle vision de nombreux citadins ont encore de la paysannerie et de la ruralité ?
par Nina Malignier
Billet de blog
Bifurquons ensemble : un eBook gratuit
L’appel à déserter des étudiants d'AgroParisTech nous a beaucoup touchés, par sa puissance, son effronterie et l’espoir en de nouveaux possibles. C’est ainsi qu’au mois de mai, Le Club de Mediapart a lancé un appel à contribuer qui a reçu beaucoup de succès. Nous vous proposons maintenant ce livre numérique pour mettre en lumière la cohérence de toutes ces réflexions. Un eBook qui met des mots sur la révolte des jeunes qui aujourd’hui s’impatientent de l’inaction gouvernementale et qui ouvre des pistes pour affronter les désastres écologiques en cours.
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Acte 2 d’une démission : la métamorphose, pas le greenwashing !
Presque trois mois après ma démission des cours liés à une faculté d’enseignement de la gestion en Belgique et la publication d’une lettre ouverte qui a déjà reçu un large écho médiatique, je reviens vers vous pour faire le point.
par Laurent Lievens