Billet de blog 28 avr. 2015

Produits des colonies israéliennes en France et en Europe : étiqueter ou interdire ?

Etiqueter les produits en provenance des colonies israéliennes, est-ce une bonne idée? C'est la question à laquelle François Dubuisson, professeur à l’Université libre de Bruxelles, Claude Leostic, présidente de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, Ghislain Poissonnier, magistrat, et Rabab Khairy, coordinatrice de la campagne « made in illegality » au Centre national de coopération au développement, tentent de répondre.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Etiqueter les produits en provenance des colonies israéliennes, est-ce une bonne idée? C'est la question à laquelle François Dubuisson, professeur à l’Université libre de Bruxelles, Claude Leostic, présidente de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine, Ghislain Poissonnier, magistrat, et Rabab Khairy, coordinatrice de la campagne « made in illegality » au Centre national de coopération au développement, tentent de répondre.



Le 13 avril dernier, 16 Etats de l’Union européenne (UE), dont la France, ont envoyé à la Haute représentante de l’UE pour les Affaires étrangères, Federica Mogherini, une lettre lui demandant d’œuvrer en faveur d’une politique européenne d’étiquetage des produits en provenance des colonies israéliennes.

Les Etats de l’UE importent chaque année pour plus de 200 millions d’euros de biens agricoles ou de produits fabriqués dans les colonies israéliennes de Cisjordanie et Jérusalem-Est. Ces mêmes Etats considèrent, tout comme l’ensemble de la communauté internationale, que les colonies israéliennes construites à l’Est des frontières de 1967, sont illégales au regard du droit international. Dès lors, que doit faire l’Europe face à ces marchandises : leur imposer un étiquetage spécifique ou interdire leur importation ?

Si, comme le demande la lettre du 13 avril, une mesure d’étiquetage était décidée, tant les pouvoirs publics européens et nationaux que les acteurs économiques du marché devront s’attacher à veiller à ce que la mention « fabriqué dans les colonies israéliennes de Palestine » soit apposée sur lesdits produits, de manière identifiable et lisible par tous les consommateurs.

La solution parait séduisante au premier abord puisqu’il s’agit de faire respecter la loi européenne déjà en vigueur : éviter que le label « made in Israël » s’applique à des produits qui ne sont pas fabriqués sur le sol israélien et permettre au consommateur européen d’être mieux informé de l’origine des produits qui lui sont proposés afin de pouvoir écarter de son panier ceux issus des colonies.

Cependant, cette solution est-elle vraiment conforme au droit international, dont le respect doit être, aux yeux de l’Europe, la pierre-angulaire de toute solution de règlement du conflit israélo-palestinien ?

Il est permis d’en douter. Dans son avis de 2004 sur le mur construit en territoire palestinien occupé, la Cour internationale de Justice de La Haye a indiqué clairement que les Etats membres de la communauté internationale ont pour obligations de « ne pas reconnaitre » la situation illicite découlant de la construction du mur de séparation et de « ne pas prêter aide et assistance » au maintien de cette situation. La formule est applicable aux colonies, dont l’avis rappelle l’illégalité. Or, l’étiquetage des produits des colonies ne permettra pas de remplir ces deux obligations.

En effet, « ne pas reconnaître » les colonies implique de « ne pas reconnaître » les faits et conséquences attachés à leur existence. Pourtant, en étiquetant les produits des colonies, l’Europe permet le commerce avec ces entités déclarées illégales et reconnait dans sa législation l’activité économique qui y est conduite. Cela revient à accepter le point de vue israélien selon lequel ces produits sont légaux, alors qu’ils sont fabriqués sur des terres confisquées aux Palestiniens et à l’aide de ressources naturelles issues de leur territoire. Les colons et tous les partisans de la colonisation ne pourront y voir qu’une forme de reconnaissance juridique par la réglementation européenne d’un fait accompli sur le terrain. Les autres y verront surtout un nouveau symptôme de l’incapacité politique européenne à prendre des positions claires et fermes afin d’agir pour un règlement du conflit israélo-palestinien. Il y a en effet un certain paradoxe à rappeler très régulièrement l’illégalité des colonies israéliennes, tant en légalisant les produits qui en sont issus.

L’étiquetage ne permettra pas non plus à l’Europe de respecter son obligation de « ne pas prêter aide et assistance » au maintien des colonies, obligation qui suppose de ne leur fournir aucun moyen, y compris matériel, commercial et financier.

L’étiquetage spécifique servira certes de repoussoir pour les consommateurs européens engagés ou bien informés mais il n’empêchera pas la poursuite de l’importation et de la vente de ces produits sur le sol européen. Il est cependant clair, comme l’a rappelé cette année le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, dans une résolution votée par les Etats de l’UE, que la commercialisation de ces produits favorise l’activité économique et l’emploi dans les colonies israéliennes. Elle contribue ainsi à la création, la consolidation et l’extension des colonies, aggravant sans cesse leurs conséquences négatives sur le développement économique et social des Palestiniens. Le nombre de colons a doublé depuis 15 ans, pour atteindre 600.000. Cela n’aurait pas été possible ou aurait été rendu beaucoup plus difficile en l’absence de liens économiques avec l’Europe.

En réalité, pour se conformer pleinement au droit international, c’est l’interdiction de l’importation des produits des colonies que l’Europe doit décider et que les Etats membres, et notamment la France, doivent réclamer. Le marché européen ne doit pas constituer un débouché à des activités commerciales conduites dans des entités illégales. Il est possible d’agir : refusant l’annexion de la Crimée par la Russie, l’Europe a été cohérente en interdisant l’importation sur son sol des produits originaires de Crimée. Ne devrait-elle pas suivre une voie identique vis-à-vis d’Israël ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal — Éducation
« On veut comprendre pourquoi le collège n’a rien fait »
Près d’un mois après le suicide de Dinah, 14 ans, ses parents ont déposé plainte pour « harcèlement » et accusent le collège de non-assistance à personne en danger. Plusieurs témoins dénoncent la passivité de l’établissement. La direction dément tout dysfonctionnement.
par David Perrotin
Journal
Étudiants précaires : une petite prime et des bugs
Plutôt que de réformer le système des bourses, le gouvernement a décidé d’accorder une prime inflation de 100 euros aux étudiants boursiers. Les serveurs du Crous n’ont pas tenu le choc, les bugs se sont multipliés et nombre d’étudiants n’ont pas pu faire leur demande dans les délais.
par Khedidja Zerouali
Journal
Professeurs non remplacés : la Cour des comptes dénonce une « défaillance institutionnelle »
Dans un rapport publié jeudi, les magistrats financiers se penchent sur les absences des enseignants qui font perdre aux élèves 10 % d’heures de cours dans les lycées. Les deux tiers sont liés à une mauvaise organisation de l’Éducation nationale.
par Faïza Zerouala

La sélection du Club

Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.
Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss