Billet de blog 28 mai 2018

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Soutien aux 6 de la Conf' au procès de la ferme-usine des 1000 vaches

En 2013 et en 2014, la Confédération paysanne lors de deux actions non violentes alerte sur les dangers de l’industrialisation de l’agriculture, en démontant symboliquement quelques éléments de la future salle de traite de la ferme-usine des 1000 vaches en construction. Suite à cette action, 6 militants de la Conf' seront jugés au civil ce 31 mai prochain au tribunal d’Amiens.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le 31 mai prochain se tiendra à Amiens le troisième round du procès de la ferme-usine des 1000 vaches. Six militants de la Confédération paysanne sont poursuivis au civil pour leur action syndicale de démontage d’éléments de la salle de traite en mai 2014. Une action collective et non violente d’alerte de la société sur les dangers de l’industrialisation de l’agriculture.

Lors de l’audience pénale, en appel, la justice a reconnu cet acte comme « relevant d’une action de lanceurs d’alerte ». Pourtant, après l’audience pénale, la ferme-usine réclame plus d’une centaine de milliers d’euros de « dédommagement » !

Après les peines de prison, la liberté d’action syndicale est une nouvelle fois menacée par des sanctions financières totalement disproportionnées pour essayer de nous faire taire !

Car cette ferme-usine est un modèle à bout de souffle. Face à ce modèle prétendument « moderne » – qui en concentrant sa production principale sur celle de fumier destiné à la méthanisation a fait du lait un sous-produit des déjections animales ! – nous défendons une autre modernité : celle d’une agriculture qui fasse vivre les paysan·ne·s du revenu qu’ils en tirent ; une agriculture qui permette des paysan·ne·s nombreux partout sur le territoire ; une agriculture résiliente qui rende aux paysan·ne·s l’autonomie dans leurs savoir-faire ; une agriculture respectueuse de l’environnement et garante de la biodiversité ; une agriculture productrice d’une alimentation saine et de bonne qualité accessible à tous·tes.

Pour permettre à ce modèle de se développer, la Confédération paysanne se mobilisera partout contre toutes les fermes-usines. C’est pourquoi, nous sollicitons votre soutien dans ce combat au service de la société et de paysan·ne·s nombreux sur tout le territoire.

Pour rejoindre le Comité de soutien : confederationpaysanne@confederationpaysanne.fr

Premiers signataires :

Ariane Ascaride, actrice ; Violette Auberger, co-présidente des Amis de la Confédération paysanne

Hervé Bédouet, président de la FADEAR ; Jean-Marie Le Boiteux, secrétaire général du SNETAP-FSU ; Patrick Bougeard, pour le Conseil d’administration de Solidarité Paysans ; José Bové, ancien porte-parole de la Confédération paysanne et député européen 

Dominique Cellier, président de Sciences citoyennes ; Monique Dallet, présidente de l’Association des Amis de l'Accueil paysan ; Etienne Davodeau, auteur de bande dessinée ; Colette Dinahet, co-présidente des Amis de la Confédération paysanne ; Fabrice Doublet, co-président des Amis de la Confédération paysanne ; Marc Dufumier, agronome, professeur émérite à AgroParisTech 

Paul-André Fluixa, secrétaire régional de la Via Campagnola

Nicolas Galepides, secrétaire Général de Sud PTT ; Andoni Garcia Arriola, membre du comité de coordination de la Coordination européenne Via Campesina (ECVC) ; Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU ; Robert Guédiguian, réalisateur ; Brieuc Guinard, président du MRJC

Laurent Haltel, co-secrétaire général du syndicat SIMPLES 

Michel Jallamion, président de la Convergence nationale des collectifs de défense et de développement des services publics ; Jean-Michel Jedraszak, président d’AIVES ; Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France 

Corinne Masiero, actrice ; Hervé le Meur, de l’association OGM dangers ; Luc Michelon, président de Frères des Hommes

Daniel Reininger, président d’Alsace Nature ; Jean-François Roussot, co-secrétaire général du syndicat SIMPLES 

Malik Salemkour, président de la LDH ; Olivier de Schutter, juriste et membre du Comité des droits économiques, sociaux et culturels de l'ONU ; Arnaud Schwartz, président de FNE Grand Est

Jacques Testart, biologiste ; Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac

Jean Ziegler, vice-président du Comité consultatif du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier