Billet de blog 29 nov. 2014

Face au «national-poutinisme»

« L’identité nationale plutôt que la diversité et le partage » : c'est le projet poutinien relayé avec succès par les partis du repli et de l'extrême droite, à travers le continent, au dernier scrutin européen – et particulièrement en France par le Front national – mettent en garde le député Noël Mamère et Alexis Prokopiev, président de l'association Russie-Libertés.

Les invités de Mediapart
Dans cet espace, retrouvez les tribunes collectives sélectionnées par la rédaction du Club de Mediapart.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« L’identité nationale plutôt que la diversité et le partage » : c'est le projet poutinien relayé avec succès par les partis du repli et de l'extrême droite, à travers le continent, au dernier scrutin européen – et particulièrement en France par le Front national – mettent en garde le député Noël Mamère et Alexis Prokopiev, président de l'association Russie-Libertés.


Nous pensions que ces images dormaient pour toujours dans les tiroirs de l’Histoire. Pourtant, depuis plusieurs mois, nous assistons quasi impuissants, à des scènes d’horreur aux portes de l’Union européenne. Combats sanglants dans l’Est de l’Ukraine, tragédie du vol MH17, avec 283 passagers à son bord, des milliers de soldats sans insigne, sans nom, sans visage… Et dans le même temps, en Russie, des militants sont enfermés, tel l’écologiste Evgueni Vitichko, condamné à trois ans de camp, des opposants sont privés de parole, tel l’activiste anti-corruption Alexeï Navalny, assigné à résidence, et des médias sont sous pression, telles la chaîne de télévision Dojd’ TV ou la radio Echo de Moscou.
Ces faits sont là, sur la place publique, relayés par des ONG, par des médias indépendants, par les institutions internationales, qui les constatent sur place. Malgré cette évidence, ils sont constamment contestés par une théorie de personnalités politiques, plus ou moins has been, d’« experts » et de commentateurs qui s’acharnent à défendre le régime de Poutine en utilisant souvent des arguments identiques – comme s’ils étaient fournis en « kits d’éléments de langage ». Les dossiers parus dans les journaux Libération et Le Monde en font des listes non-exhaustives mais très éclairantes. Les récentes révélations de Mediapart confirment qu'il existe aussi des liens financiers entre Poutine et certains de ses relais étrangers. Nous assistons bien à un mouvement particulier qui, sur fond de crise économique et de crise de confiance, touche toute l’Europe.
Ce mouvement est notamment illustré par la montée des partis d’extrême droite et du repli identitaire lors des dernières élections européennes. Il ne s’agit malheureusement pas d’actes isolés ou de simples expressions de colère. La crise de confiance dans les institutions nourrit l’envie d’un autre projet, qui offrirait l’illusion d’une assurance, d’une protection, d’un « retour aux sources » rassurant. Ce discours qui fait appel à un imaginaire de la peur prétend revenir à un passé « ordonné », promettant de défendre les uns contre les autres, dans un monde incertain… Et peu importe si l’autre devient l’exclu ou l’« ennemi ».


L’Europe vit actuellement une véritable montée du « national-poutinisme ». En Grande-Bretagne, l’Ukip est arrivé en tête aux européennes. En Hongrie, Viktor Orban cite comme exemples de développement « la Russie, la Turquie, la Chine et Singapour » et veut limiter la liberté d’expression sur Internet. Il n’est pas inutile de rappeler ici la proximité qu’entretient le Front national de Marine Le Pen avec le Kremlin. En mai 2014, elle avait insisté sur les « valeurs communes » qu’elle défend avec Vladimir Poutine dont le projet politique est devenu la référence pour tous ces mouvements de l’extrême droite européenne. Un projet qui allie retour à « l’imaginaire du passé » et attaques contre les ONG, l’opposition, les médias indépendants, le droit de manifester, l’égalité des droits de toutes et tous. 
Faute d’un affrontement des idées au niveau européen, laisserons-nous le « national-poutinisme » marcher sur l’Europe ? Celle-ci tente de résister. Ses sanctions prises contre certains dirigeants russes et oligarques proches du pouvoir vont dans le bon sens. Elles doivent être élargies à tous ceux qui sont accusés par la société civile de violations de droits humains ou de corruption. Toutefois, l’Europe doit bien se garder de sanctions qui toucheraient l’ensemble de la population russe et n’auraient comme effet que le renforcement du régime de Poutine. La décision prise par la France de suspendre la livraison de navires de guerre « Mistral » à la Russie était, dans ce contexte, la seule bonne décision à prendre. Aujourd’hui, c’est à l’Europe d’assumer collectivement ce choix, en mutualisant ces navires pour ce qui pourrait être le début d’une Défense européenne commune.
 Si ces sanctions sont réelles, elles sont encore insuffisantes. 
Les indignations soulevées par l’avancée du « national-populisme » ne doivent pas écarter tout débat d’idées. L’objectif des forces du repli est simple : devenir « mainstream », promouvoir l’identité nationale plutôt que la diversité et la partage, construire une société de « chacun pour soi » plutôt qu’une société des échanges et de la coopération. La réponse doit être claire : quelle société voulons-nous construire ? C’est sur ce terrain du débat que les nouveaux mouvements d’idées doivent se repenser et se reconstruire. L’urgence est absolue de reconnecter ces mouvements avec la société civile et avec la société tout court. Partir de l’ordinaire, du quotidien, chercher ce qui bouge, ce qui se mobilise dans cette société pleine de doutes.

C’est en trouvant des réponses innovantes qu’on répondra aux incertitudes, en portant un contre-projet crédible qu’il sera possible de s’opposer à l’avancée des idées du repli. Il nous faut inventer un autre imaginaire européen, solidaire et partagé, si nous voulons que le retour vers un passé obscur soit évité. Il n’est pas trop tard.

Noël Mamère, député de la Gironde et membre de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale

Alexis Prokopiev, président de l'association Russie-Libertés


[i]     http://www.liberation.fr/monde/2014/10/24/les-sept-familles-dans-la-manche-du-kremlin_1129065

[ii]    http://www.lemonde.fr/international/article/2014/11/18/les-reseaux-francais-de-poutine-une-intelligentsia-heteroclite_4525583_3210.html

[iii]   http://www.mediapart.fr/journal/france/261114/le-fn-attend-40-millions-deuros-de-russie

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND