Faire du Front de gauche un véritable mouvement politique

« Militantes, militants du Front de gauche, nous souhaitons que se mettent en place sans tarder à tous les niveaux, à commencer par les localités et les entreprises, des modes de fonctionnement associatifs et participatifs à la base »: un appel lancé par Christophe Aguiton, Razmig Keucheyan, Pierre Khalfa, Stéphane Lavignotte, Monique Pinçon-Charlot, Evelyne Sire-Marin...

« Militantes, militants du Front de gauche, nous souhaitons que se mettent en place sans tarder à tous les niveaux, à commencer par les localités et les entreprises, des modes de fonctionnement associatifs et participatifs à la base »: un appel lancé par Christophe AguitonRazmig Keucheyan, Pierre Khalfa, Stéphane Lavignotte, Monique Pinçon-CharlotEvelyne Sire-Marin...


 

Le Front de gauche est devenu le point de ralliement de tous celles et ceux qui entendent briser l’emprise destructrice du néolibéralisme et ouvrir une perspective sociale et écologique en rupture avec lui. Il s’est constitué au sommet, comme une alliance entre partis et organisations. S’il veut s’affirmer dans le temps comme une vraie force politique, il doit aussi maintenant s’enraciner à la base.

Le Front de gauche doit associer tous ceux et celles, membres ou non d’un parti, qui se sont retrouvé/e/s en lui au cours des deux campagnes électorales et qui sont désormais engagé/e/s à militer ensemble, à prendre ensemble l’initiative au jour le jour. Il doit inventer les formes capables d’assurer une dynamique durable, fondée sur la confiance partagée, l’égalité des droits et devoirs, sur un esprit de communauté politique, en même temps que sur le respect du rôle et de l’identité des partis et organisations qu’il regroupe, et dans une recherche constante de dialogue avec les mouvements sociaux.

D’ores et déjà, au niveau local, des expériences diverses ont commencé à s’ébaucher qui témoignent dans de nombreux endroits de la volonté partagée de faire du Front de gauche un véritable mouvement politique. Le Conseil national du Front de gauche, réuni le 8 décembre 2012, a décidé d’élargir sa composition jusqu’à compter 50 % de personnes non membres d’une organisation politique. Il donne en ce sens un signal fort qui prend acte de cette nécessité. La campagne contre les politiques d’austérité doit être l’occasion d’amplifier cette dynamique en permettant à la base un travail en commun de toutes celles et tous ceux qui se reconnaissent dans le Front de gauche.

Militantes, militants du Front de gauche, nous souhaitons que se mettent en place sans tarder à tous les niveaux, à commencer par les localités et les entreprises, des modes de fonctionnement associatifs et participatifs à la base, qui permettent l’engagement commun de tous ceux et celles qui se reconnaissent dans son orientation politique.

Cet appel a été proposé par Jacques Bidet, Jean-Michel Drevon, Janette Habel, Razmig Keucheyan, Pierre Khalfa, Roger Martelli, et Evelyne Sire-Marin, se sont joints Christophe Aguiton,  Nils Anderson, Paul Bouffartigue, Jacques Cossart, Claude Debons, Bernard Defaix, Jean Ducange, Olivier Frachon, Richard Lagache, Françoise Laroche, Stéphane Lavignotte, Frédéric Lebaron, Jacques Lerichomme, Jean Lojkine, Myriam Martin, Jean-René Pendariès, Aline Pénitot, Michel Pinçon, Monique Pinçon-Charlot, Jacques Rigaudiat,Michèle Riot-Sarcey, Jean-Pierre Terrail, Catherine Tricot, Marcel Trillat, Marie-Christine Vergiat, Dominique Vidal, Louis Weber, Serge Wolikow.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.