Des victimes en trompe l’œil... !

Le mercredi 08 août, un homme de 51 ans, s'est rendu à la CAF de Mantes-la-Jolie dans les Yvelines, pour tenter de sauvegarder son RSA..., sa seule bouée de sauvetage... ! Bataillant pour une histoire de papier manquant depuis le mois de mai..., ce quinquagénaire a appris que son seul revenu de subsistance... - un RSA ne pèse pas lourd face aux dépenses pour le logement, des factures diverses qui explosent, et des déplacement puis la nourriture qui augmentent avec ce qu'il reste... - allait être suspendu... ! Dans un silence glacial et certainement du à un désespoir profond..., cette suspension incompréhensible d'un des droits fondamentaux de notre constitution..., a conduit ce pauvre, au sens stricte du terme, à envisager la pire des solutions..., soit..., il s'est immolé dans les locaux de cette administration, devant les employés(es) et d'autres tributaires de prestation, très choqués... !

Cette information a été largement diffusée sur l'ensemble des médias hébétant leur auditoires (chaînes d'info continue) à longueur de journée..., avec un tout fait de rien..., en ne présentant que l'impact psychologique tragique que les employés(es) et d'autres ont pu subir... ! Certes..., cet aspect des choses n'est pas négligeable et méritait d'être traité... ! Mais dans son développement et son approche réductrice..., de ce coté là du guichet..., il n'a fait que montrer une seule forme de souffrance, mais pas celle de la pauvre victime aujourd'hui hospitalisée avec un pronostic vital réservé... ! Mais pire encore..., c'est une forme d'autisme médiatique et peut être aussi politique (aucun des représentants du gouvernement et autres à cette heure se sont exprimés sur ce sujet..., bonnes vacances...?) plus grave qui s’installe dans cette manière d'aborder l'information... ! Il n'a été prononcé aucun mot, au cours des reportages visionnés, à l'encontre de la douleur de la famille de cet homme déchu de ses droits..., qui..., il est sur..., même si elle n'a peut être pas souhaité témoigner, devait être plus que peinée d'apprendre cet acte suicidaire... ! Par ce biais..., en tronquant, déformant..., un fait d'actualité..., en suscitant une compassion légitime mais réductrice, uniquement sur les employés(es) et autres personnes choqués(es)..., c'est l'ensemble des personnes se voyant radiée et/ou suspendues de la même manière, qui sont alors considérées comme secondaires, voir insultées, dans la hiérarchisation et l'agencement des mots..., de cette information bouleversante tout de même... !

Rappelons qu'en France, la pauvreté ne cesse de croître et d’aprèsle rapport de 2011 du MNCP (voir bas de page 13), c'est plus de 2 millions de personnes qui vivent avec pas plus de 15 euros/jour... ! Là existe une notion du revenu minimum vital qu'il convient de revoir d'urgence surtout si on le ramène à l'autre bout de l'échelle, comme par exemple, le montant journalier de M. Bernard Arnault (LVMH) qui est de 24 658 euros/jour rien que pour la part salariale (sans les revenus du patrimoine et autres primes...)... ! Chercher l'erreur... !!!!

Je vous propose de vous forger votre interprétation en visionnant deux journaux comme exemple des propos que je vous présente.., et d'en tirer les conclusions qui en découlent ici et la... !

Je vous communique aussi un courrier du Mouvement National des Chômeurs et Précaires, le MNCP, qui a communiqué à ce sujet.

 

RSA : effroi et compassion après une tentative de suicide à la CAF

C’est avec effroi et compassion que le MNCP a appris la triste nouvelle de l’immolation par le feu d’un homme privé de son RSA dans les locaux de la CAF de Mantes-la-Jolie (Yvelines) ce mercredi 08 août. Nous lui exprimons notre soutien, en espérant de tout cœur son prompt rétablissement.

Cet acte illustre de façon dramatique le désespoir d’un grand nombre de chômeurs. Le manque de réponse des pouvoirs publics à l’urgence sociale, partout en Europe, se traduit par une vague de suicides sans précédent.

Dans son rapport 2011 sur la situation des chômeurs et précaires, le MNCP attirait l’attention sur cette situation. On pouvait lire notamment :

« Le suicide au sein des entreprises privées ou publiques est devenue une question de société que les médias prennent désormais en compte surtout depuis l’affaire France Télécom. Les suicides de chômeurs n’ont pas cette visibilité. On meurt encore du chômage dans le silence de la presse, des pouvoirs publics et des responsables politiques. »*

Bien entendu, il n’est pas question pour le MNCP d’encourager des tels actes de désespérance. Nous appelons les chômeurs et précaires à l’action et à la solidarité contre le chômage, ce qui est la manière la plus efficace pour que de tels drames ne se reproduisent pas.

Mais le MNCP constate que face à la profondeur de la crise les pouvoirs publics ne répondent pas à la demande de soutien réclamé par les associations de chômeurs et que la situation exige.

 

L'organisation d'un mouvement national de solidarité et de soutien..., une marche blanche par exemple..., envers cette victime et toutes les autres victimes d'un système et d'une philosophie qu'il devient urgent de corriger..., permettrait de prouver notre forte mobilisation et notre vive émotion ressentie, ainsi que notre désir d'être bien entendu et compris dans la perceptive des prochaines négociations au cours du sommet social de la rentré.. !

 

 ! Pensez à suivre le nombre de signataires et les 15 mesures d'urgences du manifeste roosevelt 2012... !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.