Billet de blog 1 déc. 2017

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

Pour ses dix ans, Mediapart sera en accès libre ce week-end

Annoncé le 2 décembre 2007, puis lancé le 16 mars 2008, Mediapart commence à fêter son dixième anniversaire. Organisé à Grenoble ce samedi, le premier événement sera retransmis en direct sur notre site qui sera en accès libre tout ce week-end. Et nous vous donnons rendez-vous par avance les 16 et 17 mars à Paris pour un colloque international et un festival populaire qui se tiendront au Centquatre.

Edwy Plenel
Journaliste, président de Mediapart
Journaliste à Mediapart

De vendredi soir 1er décembre à minuit jusqu’au dimanche 3 décembre minuit, tout Mediapart sera en accès libre. Toutes celles et tous ceux qui ne nous connaissent que par ouï-dire pourront juger sur pièces en découvrant dix ans de journalisme indépendant, d’enquêtes et d’analyses, de révélations et de dossiers, de reportages et d’interviews, de vidéos et de photos, de débats et de documentaires, etc. Et si, d’aventure, la visite vous a convaincu, n’hésitez pas à vous abonner (c’est ici, ça ne coûte qu’1 euro pour essayer, puis ensuite 11 euros par mois ou 110 euros par an).

Le projet Mediapart a été publiquement annoncé le 2 décembre 2007 avec la mise en ligne sur Internet d’un pré-site qui a accompagné notre campagne de lancement jusqu’à la véritable création de Mediapart, le 16 mars 2008 (lire notre premier article : Le prix de la liberté). La date du 2 décembre, qui tombait un dimanche en 2007, n’avait pas été choisie par hasard : elle signifiait l’engagement démocratique de ce journal inédit, totalement numérique et participatif, face à la tentation française du pouvoir personnel, ce présidentialisme hérité du bonapartisme que symbolise le coup d’État du 2 décembre 1851 contre la Deuxième République, renversée par son propre président élu, le futur Napoléon III (lire l’article de Laurent Mauduit : D’un 2 décembre à l’autre).

Nous commençons donc cette période de dixième anniversaire par le colloque de Grenoble, organisé à l’enseigne du Crieur, cette revue qui prolonge l’intention de notre logo, ce crieur de journal qui alerte, informe, surprend et réveille. Accueilli par la Ville de Grenoble, il sera retransmis en direct, puis repris en vidéos, sur notre site (tout le programme est ici). La question qu’il pose – Que faire ? – entend interpeller tous les défis de l’émancipation, c’est-à-dire des espoirs et des combats menés au nom de l’égalité de toutes et tous, pour toutes et tous, sans distinction d’origine, d’apparence, de croyance, de genre.

Après Grenoble d’autres événements, rencontres ou débats, auront lieu en janvier et février 2018, à Paris comme en régions, que cette édition spécifiquement dédiée au dix ans de Mediapart annoncera et relaiera. Puis aura lieu le véritable événement public de ce dixième anniversaire, auquel nous convions tous nos lecteurs. Il se tiendra les vendredi 16 et samedi 17 mars 2018 dans les murs, salles et travées, du Centquatre-Paris, cet établissement artistique et culturel innovant installé par la Ville de Paris dans le 19e arrondissement (le découvrir ici).

Le 16, il s’agira d’un colloque international intitulé « Le droit de savoir », avec plusieurs invités étrangers, qui, à propos du journalisme mais pas seulement, déclinera la question de la vérité à l’heure du numérique, de ses techniques comme de ses réseaux, de ses défis démocratiques face aux tentations autoritaires. Quant au 17, ce sera un grand festival populaire, en entrée libre, qui durera toute la journée avec toutes sortes d’événements répartis dans les murs et travées du Centquatre-Paris, expositions, projections, rencontres, débats, surprises, concerts, etc.

Toute l’année 2018, l’équipe de Mediapart sera à votre disposition pour aller à votre rencontre si vous souhaitez organiser des événements locaux pour fêter ce dixième anniversaire. Toute proposition, suggestion ou demande est bienvenue. Il suffit de nous écrire à l’adresse suivante : 10ans@mediapart.fr

Vous n’avez jamais été aussi nombreuses et nombreux à lire Mediapart, et sans vous toutes et tous nous n’existerions pas. Nous ne vous en remercierons jamais assez.

Pour découvrir Mediapart:

Son Journal est ici

Son Club est ici

Les derniers billets de blogs sont ici

Le Studio de Mediapart est ici

Nos émissions «En direct de Mediapart» sont ici

Nos documentaires sont ici

Et nos dossiers sont ici

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Noémie Calais, éleveuse : ne pas trahir l’animal
Noémie Calais et Clément Osé publient « Plutôt nourrir » qui aborde sans tabou et avec clarté tous les aspects de l’élevage paysan, y compris la bientraitance et la mort de l’animal. Entretien exclusif avec Noémie.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT