Une crise de la démocratie

Après la Contre-démocratie, Pierre Rosanvallon poursuit en historien mais aussi de plus en plus en théoricien de la politique, sa réflexion sur la crise de la démocratie. Dans son nouvel ouvrage, La Légitimité démocratique, il décrit les mutations des régimes de légitimation démocratique, en s’appuyant, notamment, sur des travaux de plus jeunes chercheurs issus de différentes disciplines. Trois d’entre eux, un politiste, un historien et un philosophe de la politique débattront avec lui de cette crise de la démocratie et des transformations de ses processus de légitimation.

Après la Contre-démocratie, Pierre Rosanvallon poursuit en historien mais aussi de plus en plus en théoricien de la politique, sa réflexion sur la crise de la démocratie. Dans son nouvel ouvrage, La Légitimité démocratique, il décrit les mutations des régimes de légitimation démocratique, en s’appuyant, notamment, sur des travaux de plus jeunes chercheurs issus de différentes disciplines. Trois d’entre eux, un politiste, un historien et un philosophe de la politique débattront avec lui de cette crise de la démocratie et des transformations de ses processus de légitimation.

 

Pierre Rosanvallon est historien, professeur au Collège de France, il vient de publier La Légitimité démocratique (Le Seuil).

 

Bastien François, professeur de science politique à l’Université Paris-I, est notamment l’auteur de Misère de la cinquième République (Points Seuil).

 

Vincent Duclert, professeur d’histoire à l’Ecole des hautes études en sciences sociales, a publié cette année La France, une identité démocratique (Le Seuil).

 

Serge Audier est maître de conférence en philosophie à l’université Paris-IV, il a publié cette année La Pensée anti-68 (La Découverte).

 

Mercredi 22 octobre à 17 heures

Débat
Collège de France
17h00 /
11, Place Marcelin Berthelot, Paris 5e.

 

A lire sur Mediapart

Pierre Rosanvallon : «Un journal doit produire des révélations»

Edition Politolog

Le blog de Vincent Duclert

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.