Rappel historique: arrivée du Bachaga Boualam à Mas Thibert

Il y a 54 ans, le 18 mai 1962, s'installait en Camargue le Bachaga Boualam dans un vieux domaine délabré "Le Mas Fondu" au milieu de gravats et de détritus. Ces rescapés de la guerre d'Algérie furent accueillis et installés dans de lamentables conditions. Rappelons-nous.

Près de Arles, le village de Mas Thibert situé dans la plaine de La Crau, "infestée de moustiques", a vu son destin changé avec l'arrivée du Bachaga Boualam* accompagnée de sa famille et de ses fidèles.  C'étaient des rescapés du massacre des harkis qui se déroulait sans justice en Algérie et qui avait debuté au lendemain des accords d'Evian avant même la proclamation de l'indépendance. Ces faits se sont déroulés dans l'indifférence de la métropole et du monde. 

Les harkis désarmés et abandonnés par l'armée française qui les avait recrutés, étaient livrés à la vindicte populaire, une populace incitée et excitée contre eux, et aux "combattants" de la dernière heure. 

C'est ainsi que les harkis et leurs familles restés en Algérie subirent un terrible massacre. On parle de 150000 morts.** 

Voici ci-dessous un petit extrait du livre du Bachaga Boualam: "Mon pays...la France".

Ce livre est à lire absolument pour comprendre cette tragédie de l'histoire de la décolonisation. 

 

Extraits:

"...je dois dire que sans l'armée française, sans certains de ses officiers, je ne serais pas en vie aujourd'hui, ni moi, ni ceux de ma famille...tous mes harkis, tous mes hommes avaient été désarmés...

Partir était un devoir, si je voulais préserver tous ces enfants que j'ai prés de moi, ces orphelins dont les familles ont été égorgées par le FLN, ces petites têtes que je vois à chaque instant surgir des tentes de notre campement et qui me rappellent que, là-bas, le massacre des innocents continue. Ce n'était pas pour nous une question de jours, c'était une question d'heures. Il a fallu partir pour l'exil dans le pays que j'ai choisi, mon pays: LA FRANCE. ".

Mas Thibert 9 septembre 1962

 

 

*Bachaga Boualam, député jusqu'à juillet 1962, vice président de l'Assemblée Nationale, commandant, ancien combattant de la guerre 39/45, commandeur de legion d'honneur, il était le chef de la première "harka" de défense de son village. 

 ** voir sur ce blog les articles :

-le 12 mai 1962 l'abandon des Harkis

-reflexion sur la question des Harkis

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.