David BIZET
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Municipales 2014

Suivi par 24 abonnés

Billet de blog 20 févr. 2014

Des listes citoyennes pour contrer l'abstention

Dernièrement, l'article des Invités de Mediapart intitulé "nous ne resterons pas sans bouger" mettait à l'honneur l'initiative d'un certain Ahmed Chaouki. Issu des quartiers populaires, de cette France d'en bas dont les classes politiques ignorent tout ou presque du mode de vie, ce dernier s'est fait le porte parole d'une liste citoyenne à Toulouse, dont il est tête de liste. Cette initiative n'est pas sans me rappeler celle de Kadir Ekici à Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Sa liste indépendante "Le Renouveau Mulhousien" tient exactement le même message. Et si la solution à l'abstention était l'engagement citoyen ?

David BIZET
Conférencier, spécialiste de l'histoire de l'islam en France, exilé en Turquie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dernièrement, l'article des Invités de Mediapart intitulé "nous ne resterons pas sans bouger" mettait à l'honneur l'initiative d'un certain Ahmed Chaouki. Issu des quartiers populaires, de cette France d'en bas dont les classes politiques ignorent tout ou presque du mode de vie, ce dernier s'est fait le porte parole d'une liste citoyenne à Toulouse, dont il est tête de liste. Cette initiative n'est pas sans me rappeler celle de Kadir Ekici à Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Sa liste indépendante "Le Renouveau Mulhousien" tient exactement le même message. Et si la solution à l'abstention était l'engagement citoyen ?


Il y a à peine un an, rien ne prédisposait ce commercial de 49 ans à devenir tête de liste d'un mouvement citoyen. Pourtant, au fur et à mesure de ses rencontres, l'homme déçu par les prestations des différentes politiques tant de gauche que de droite qui se sont succédées jusqu'à maintenant se rend à l'évidence : pour faire bouger les lignes, il faut s'engager dans la politique. C'est ainsi qu'avec plusieurs de ses amis, Kadir se lance dans la course. Une vocation est née... L'homme n'a pas froid aux yeux et ne manque pas de motivations. Ça fait plus de quarante ans que j'habite ici à Mulhouse mais j'ai l'impression que rien n'a été fait concrètement, que les décisions prises ne vont pas dans les bonnes directions. Il y a comme une rupture  entre la classe politique traditionnelle et l'électorat, de plus en plus de gens se sentent mis de côté".
Kadir Ekici entend donc mener sa campagne sur des valeurs et axe cette dernière sur trois mots d'ordre : proximité, transparence et solidarité.
 
Sur son tract de campagne, on peut lire je m'engage avec une équipe représentative de la population mulhousienne, des hommes et des femmes engagés dans le quotidien de Mulhouse. Notre liste sera à l'image de Mulhouse, composée de personnes conscientes des difficultés de notre ville.
Initié tardivement, son mouvement a bel et bien une ampleur palpable : en quelques semaines, plusieurs dizaines de personnes se sont inscrites sur les listes électorales, des dizaines d'autres qui n'ont jamais voté car désabusés ont pris l'initiative de voter cette année. En apprenant ma démarche, j'ai même été rejoins par des anciens du PS et d'autres partis, se réjouit-il avant d'assurer que l' On ne gagne pas une élection parce qu'on s'y prend tôt, on gagne une élection parce qu'on s'y prend comme il faut, que l'on est sur le terrain, que les gens nous connaissent et croient en nos valeurs et notre projet

Officiellement, Kadir n'est pas dangereux car il n'est pas connu. Enfin, pas connu dans les milieux de la politique politicienne mais il demeure connu et populaire sur le terrain. Ainsi, officieusement,  M. Ekici est un véritable gros cailloux dans la chaussure des partis traditionnels car il va là où les autres ne vont pas : il a accès aux quartiers populaires d'où il est issu et où l'électorat se reconnait en lui, et, dans une ancienne grande ville ouvrière composée de grands quartiers où l'abstention frôle les 50% (49,7% au premier tour pour les dernières municipales), où l'élection municipale de 2008 a été remportée avec seulement 168 voix d'écart, l'annonce de sa liste en a perturbé plus d'un du côté du PS comme de l'UMP.
Le Renouveau Mulhousien n'a pourtant pas les moyens d'un parti traditionnel : il n'a pas le luxe de s'offrir des locaux de campagne, ni un site internet sophistiqué, juste une page Facebook, une adresse mail dédiée à la campagne et des réunions organisées sur le terrain.
Quand on l'interroge sur d'éventuelles négociations pour rejoindre les autres partis, Kadir est catégorique : Les gens qui me soutiennent le font parce que je suis indépendant. Si je devais rejoindre un parti, je trahirais la confiance qu'ils ont placé en moi, au projet que je porte. Et quand on lui demande pour qui il votera au deuxième tour, l'homme sourit :Mais nous serons au deuxième tour. Au deuxième tour nous voterons pour nous, tout simplement.
Un air de David contre plusieurs Goliath...

Pour contacter Kadir, vous pouvez contacter à l'adresse mail lerenouveaumulhousien@gmail.com



Voici la déclaration de Kadir Ekici le  lundi 23 décembre au centre-ville de Mulhouse.


Chers mulhousiens, chères mulhousiennes,
Je m'appelle Kadir EKICI et j’ai 49 ans, dont 42 passés à Mulhouse. Mulhouse est une ville à laquelle je porte une attention particulière : c’est la ville où j’ai grandi, la ville qui a marqué mon enfance, où j’ai passé plus de quarante années à côtoyer ses habitants.
Nous sommes donc réunis aujourd'hui en ce lieu emblématique de Mulhouse afin d'honorer un devoir de citoyen. En effet, dans à peine quelques mois, les mulhousiens seront appelés aux urnes pour élire le nouveau maire de leur ville. Conformément au système démocratique, le jour des élections chaque citoyen, chaque citoyenne pourra exprimer son opinion et faire son choix.
Néanmoins, des constats alarmants hantent les esprits et je me dois de vous en faire part :
Une fois de plus, les mulhousiens ne sont pas représentés et feront sans doute leurs choix par dépit.
Une fois de plus, seuls les hautes sphères politiques se lancent dans la course à la mairie et se disent être capables de gérer notre ville.
Une fois de plus, le citoyen mulhousien se sentira peu ou prou concerné par les programmes électoraux qui défileront dans sa boîte aux lettres.
Une fois de plus, ce sont les partis politiques, invisibles jusqu’alors, qui traverseront les quartiers mulhousiens afin de vendre du rêve dans le seul but de récupérer le maximum de voix.
Une fois de plus, des calculs électoralistes seront faits sur le dos des mulhousiens.
C'est pour mettre fin à cela que aujourd'hui, moi Kadir EKICI, citoyen lambda, Monsieur "tout le monde", encarté à aucun parti politique, je m'engage à proposer une alternative à nos citoyens pour les prochaines élections municipales.
Je déclare en ce jour ma candidature à la tête d'une liste "citoyenne" fidèle à l'image de la population mulhousienne, composée de personnes dénuées de toute couleur ou étiquette politiques et dont l’intitulé est le Renouveau Mulhousien!
Je m'engage auprès de nos citoyens qui en ont assez de ces défilés politiques, proches des échéances électorales et absents le reste du temps de leurs proposer une équipe qui leur ressemble.
Je m'engage auprès de nos citoyens qui ne se sentent pas ou plus concernés par l'argumentaire politique digne d'une bonne annonce publicitaire de porter un programme sincère mais surtout réaliste et réalisable pour notre Ville.
Mais surtout, je déclare ici même que notre liste et moi-même sommes animés par un élément qui pour nous est essentiel, la PROXIMITE.
En effet, éloignés de la population, les politiques sont aujourd'hui dans l'incapacité d'entendre ou de voir les difficultés, les problèmes, les maux de nos habitants.
D'autre part, l'autre valeur qui nous est très chère, c'est l'UNION.
Je m'engage dès aujourd'hui à œuvrer pour le "rassemblement". Le rassemblement de tous les habitants de Mulhouse autour d'un même projet pour notre ville. Mais surtout, le rassemblement de tous nos habitants autour d'une même volonté, la volonté de bâtir Mulhouse "tous ensemble"!
Conscients de cela, ce sont des hommes et des femmes, voulant faire bouger les lignes qui s'engagent autours de moi à proposer aux mulhousiens au mois de mars prochain un discours de "vérité".


Des hommes et des femmes libres de toute pression politique, citoyens mulhousiens, vivant Mulhouse au quotidien mais surtout qui aiment leurs ville!
Et c'est pour cet attachement fort à notre ville que je décide, que nous décidons de nous engager.
Nous engager afin d'accorder enfin à notre Ville l'intérêt qu'elle mérite, d'accorder aux mulhousiens l'effort qu'ils méritent.
Nous mulhousiens, mulhousiennes nous nous engageons à travailler pour le bien-être de notre ville.
PARCE QUE MULHOUSE EST A NOUS, PARCE QUE MULHOUSE C'EST NOUS!!!!

Kadir EKICI


Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Monsieur le président, aujourd’hui je suis en guerre !
Monsieur le président, je vous fais une lettre que vous ne lirez sûrement jamais, puisque vous et moi ne sommes pas nés du même côté de l’humanité. Si ma blouse est blanche, ma colère est noire et ma déception a la couleur des gouttes de givre sur les carreaux, celle des larmes au bord des yeux. Les larmes, combien en ai-je épongé ? Combien en ai-je contenu ? Et combien en ai-je versé ? Lettre d'une infirmière en burn-out.
par MAURICETTE FALISE
Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES