Canada (encore....) : "Pour quelques barils de plus"

Il s'agit d'un reportage diffusé par Antenne2 (26 mn) - dont il est dit qu'il a été interdit de diffusion au Canada - sur l'extraction du pétrole des sables bitumineux dans la province d'Alberta. La deuxième réserve de pétrole au monde après l'Arabie Saoudite, et où il faut utiliser en énergie, produits chimiques, eau, l'équivalent d'un baril de pétrole pour en produire deux (coût : 40 $, prix de vente : environ 100 $).

Conséquences sur l'environnement, les gens qui habitent ces espaces ("plus personne ne boit l'eau de ce lac car il est pris de diarhhées immédiatement !", déclare un habitant), les indiens notamment, qui en plus ne bénéficient pas des retombées économiques de cette exploitation, ce documentaire dresse le bilan actuel d'un problème déjà ancien mais qui ne va pas en s'améliorant, hélas....

L'émission se termine par les propos de la journaliste qui mentionne que l'exploitation des sables bitumineux devrait être multipliée par 4 dans les années à venir, avec des besoins en energie tels que la construction de centrales nucléaires est envisagée.... le pompon....

 

 

 

 

 http://www.youtube.com/watch?v=XRy1v4_VrgA

 

A lire, une toute petite avancée juridique :

"La Cour d'appel de l'Alberta accordera un procès aux Cris Beaver Lake"

La Cour d'appel de l'Alberta a accepté d'entendre la plainte de la Première Nation Cri Beaver Lake au sujet des effects environnementaux de la prolifération de projets énergétiques dans la région de Lac-La-Biche, au nord-est d'Edmonton.

La petite communauté de 800 membres crie victoire, après cinq ans de lutte pour tenter d'arrêter le développement de l'industrie des hydrocarbures dans sa région.

Les Cris ont dénombré 300 projets liés au gaz, au pétrole et aux sables bitumineux qui ont été autorisés par les gouvernements de l'Alberta et du Canada.

Selon eux, cette présence porte atteinte aux droits de chasse, de pêche et de trappe qui leur sont reconnus par traité. Ils demandent par conséquent des compensations financières pour cette perturbation causée par les projets pris, non pas individuellement, mais dans leur ensemble.

La plainte de la Première Nation Cri Beaver Lake porte donc essentiellement sur les effets cumulatifs de l'exploitation des sables bitumineux.

Les gouvernements concernés ont tenté de convaincre les juges que cette demande n'était pas justifiée.

Le 30 avril, trois juges de la cour d'appel de l'Alberta ont confirmé que la question méritait d'être posée et qu'il devrait y avoir un procès dans cette affaire.

 

SOURCE RADIO-CANADA ICI

 


 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.