SUDS
Abonné·e de Mediapart

Billet publié dans

Édition

Plein Suds

Suivi par 93 abonnés

Billet de blog 11 juil. 2017

Minotaures, une création joyeusement numérique d’Henri Maquet et Florent Di Bartolo

Compte rendu de la création sonore et visuelle d’Henri Maquet et Florent Di Bartolo, le lundi 10 juillet 2O17 dans la cour de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie, pour les Suds à Arles.

SUDS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Minotaure numérique © benjamin MiNiMuM

 
Dans un nuage de pixels noirs et blancs, la tête d'un taureau flotte à la naissance des branches d'un arbre et attend les spectateurs. Il flotte, il ondule mais on a l'impression que d’une minute à l’autre il pourrait lui prendre l’envie de nous charger.

Henri Maquet et Florent Di Bartolo prennent position derrière leurs postes de commandes respectifs au centre de la cour de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie et le taureau s’évanouit.

La réunion des deux hommes vient de la volonté du festival Les Suds,à Arles et de L’ENSP de créer ensemble un événement qui préfigurerait de l’esprit qui doit animer le FabLab que l’école va mettre sur pied dans ses locaux. Une fabrique d’idées, un laboratoire de rencontres, un espace où les élèves photographes pourront expérimenter avec des créateurs venus de la société civile. Yannick Vernet, le responsable du FabLab, a imaginé la cohérence possible entre le travail visuel de l’artiste numérique et chercheur enseignant basé en région parisienne, Florent Di Bartolo et la musique d’Henri Maquet qu’il a choisie parmi trois propositions des Suds, sans pour autant connaître la proximité du musicien avec le festival.

Seul arlésien des trois choix possibles, Henri Maquet symbolise l’avant garde du folklore provençal à travers ses différents projets, Bal Pop Tronic ou Delta Sonic. Tour à tour conférencier, maître de stage, ce musicien multi-instrumentiste est l’un de ceux auxquels le festival est le plus fidèle.

Une flûte déchire le silence. Au rythme de ses trilles, une myriade d'étoiles prend forme, les constellations peu à peu se densifient, se multiplient. Le rythme apparaît et incite un monde à naître. Vibrations sonores et visuelles font corps.

En quelques journées intenses de résidence, les deux artistes ont réussi à trouver un langage commun. Florent capte en direct des formes et des mouvements à partir d’une caméra à infrarouge Kinect, un modèle vendu en complément d’une console de jeu. Grâce à elle, il récupère un nuage de points qui indiquent des positions dans l'espace et lui permettent de reconstruire une image tridimensionnelle, qu’il traite et anime en s’aidant d’un programme informatique écrit par ses soins.

Henri Maquet utilise aussi bien des instruments traditionnels : flutes de roseaux, guitarron, percussions corporelles et voix, des technologies musicales contemporaines : looper, logiciels de musiques commandés à partir d’une tablette ou d’un téléphone, une gameboy et une calculatrice transformées en instrument de musique et l‘un des symboles futuristes des années soixante-dix : la guitare synthé.

Henri maquet et Florent Di Bartolo à leur poste de commande © B.MiNiMuM

Le taureau revient et se dédouble. Sans perdre le contrôle de son flux d’images Florent, a enfilé un masque de taureau argenté. Alors que les sons programmés suivent leur évolution, Henri pose cérémonieusement devant son visage un masque de taureau blanc. Minotaures, derrière et devant l’écran où s’animent des filaments de pixels noirs et blancs et accueillent la silhouette du musicien qui suggère la force de l‘animal. Il danse, se dirige vers le public comme dans une arène. Et l’on imagine que les formes qui vibrent sous nos yeux représentent peut-être ce qui défile devant le regard de la bête légendaire ou dans ses rêves. Parfois les sons électroniques mêlés aux voix décrivent ses râles et ses souffles.

A un moment on découvre d’autres paysages familiers, des animaux qui paraissent s’évaporer, des champs, d’autres arbres et d’autres taureaux, s’animent sur des rythmes païens.

Une voix enregistrée nous prévient qu’il y a eu un sabbat hypnotique à l’étang de Vaccarés. En coulisses, on a appris que les deux complices, accompagnés de deux élèves, Sara Szabo & Timothée Pugeault ont capturé des images additionnelles en Camargue. La voix nous dit aussi que l’histoire se déroule entre deux siècles que 600 ans séparent. Les musiques festives que Maquet triture, ont traversé l’histoire et elles sont tout aussi fières et fortes aujourd’hui dans leurs habits électroniques sur des pulsations jaillies d’une calculatrice 1 bit qui, nous dit-on, crache ses tripes et son âme.


Le public à chaque courte pause montre son enthousiasme. Il est si rare de conjuguer l’avant garde et le populaire sans perdre en route les qualités essentielles de l’un ou de l’autre. L’impression de nouveauté est joyeusement et collectivement ressentie.

Près du terme du spectacle Henri dépose son masque sur la tête d’une femme dans le public. Ainsi coiffée elle devient à son tour Minotaure. Elle s’avance vers l’écran en dansant. Son corps suit non seulement les indications musicales mais épouse aussi les ondulations des pixels. Le numéro semble parfaitement calé, sauf qu’il n’y a pas de numéro et seulement le fruit d’un hasard un peu magique. Henri a masqué sans la connaître Fanny Brancourt, une danseuse semi professionnelles venue à Arles suivre un stage pendant le festival.

Une danse improvisée


Pour finir, un morceau composé autour d’un reportage, réalisé par Antoine Chao, instigateur de la radio du festival, nous ramène à la réalité. Une musique grave, belle et obsédante, habille des propos collectés lors des manifestations qui ont conduit à la mort du militant Remy Fraisse mais aussi à l’arrêt du projet contesté de barrage à Sivens.

A l’écran des formes défilent comme lorsque l’on rentre à la maison dans un véhicule qui traverse la Camargue.

Les mouvements s’arrêtent, le voyage est à son terme. Dans une semi-obscurité, les minotaures nous saluent depuis le centre de l’arène. Ils ont gagné leur combat, leur défi. Et la passionnante cinquantaine de minutes qu’aura duré ce spectacle s’achève sur des applaudissements et des vivats longs, nourris et sincères.

Benjamin MiNiMuM

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Europe
Bruxelles vole au secours des travailleurs « ubérisés »
La Commission européenne propose de considérer que les chauffeurs VTC et autres livreurs à vélo ne sont pas des travailleurs indépendants, mais des salariés des plateformes numériques avec qui ils travaillent. Une prise de position puissante, et opposée à celle de la France, qui prend en janvier la présidence de l’Union européeenne.
par Dan Israel
Journal
Attendre les vaccins français (Sanofi ou Valneva) : pourquoi c’est une fausse bonne idée
Plus d’un an après les premiers vaccins contre le Covid-19, ceux des firmes françaises devraient arriver sur le marché début 2022. Pas sûr que leur composition convainque les plus réfractaires à recevoir leur première injection.
par Rozenn Le Saint
Journal — Industrie
Colère à la SAM, fonderie abandonnée par Renault et l’État
Lâchés par le constructeur automobile, qui a refusé de soutenir un ultime plan de reprise, et par le gouvernement, qui avait promis des millions d’euros, les 333 ouvriers de la fonderie de Viviez-Decazeville s’apprêtent à passer les fêtes dans leur usine occupée. Un baroud d’honneur.
par Nicolas Cheviron

La sélection du Club

Billet de blog
Alprazolam Team
Les travailleurs sociaux ont appris à faire face aux difficultés des publics accompagnés. C'est même leur raison d'être. S'ils ne réussissaient pas à le faire, ils n'auraient rien à faire là ! Ce qui les mine, ce sont, à l’image des soignants de l'hôpital public ou du monde la justice, leurs conditions de travail. En réduisant l’État social, ce sont ses acteurs qu’on pousse au bord du gouffre.
par lien-social
Billet de blog
Travail social : « le fil ténu d’une humanité qui s’étiole »
Le 7 décembre, c’était journée d’actions dans toute la France dans le secteur du travail social et médico-social. Les mots d’ordre portent sur les conditions salariales, actuellement désastreuses, sur le fonctionnement du secteur qui va à vau-l’eau. Mais aussi sur le sens de l’action menée, alors que l’État et les médias, le plus souvent, ignorent ou méprisent cette activité sociale fondamentale.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
À Montpellier, le secteur médico-social en colère dénonce l'incurie de l'État
Le médico-social se mobilise nationalement ce mardi 7 décembre pour tirer le signal d'alarme sur une situation de précarité dramatique et exponentielle, dont les effets ne peuvent être endigués par des conditions d'exercice toujours plus difficiles. À Montpellier, la mobilisation s'inscrit dans un contexte marqué par la politique d'expulsions du préfet Hugues Moutouh.
par lamuledupape
Billet de blog
Éduquer et soigner, malgré tout
Ce mardi 7 décembre, le médico-social a chaussé ses meilleurs souliers pour défiler ; montrer qu’elles et ils existent et luttent quotidiennement pour assurer leurs missions. Nous avons rencontré ces professionnel.le.s et avons découvert une mosaïque non exhaustive des métiers de l’éducation, de l’accompagnement, au travers de ces récits pluriels. Avec un constat hélas unanime : la galère.
par Mouais, le journal dubitatif