Moment précieux !

Quelques enchanteresses notes enrobées de silence parcourent les pierres d’un patrimoine faussement endormi. Atine nous envoûte dans ce théâtre naturel que sont les Alyscamps où le raffinement de la musique persane se retrouve au rendez-vous.

Les cinq musiciennes, aux trajectoires personnelles riches de diversité, parcourent cette musique savante et populaire à la fois et l’amènent à travers la profondeur méditative du chant, l’enchevêtrement précieux des notes du târ et du qanûn , la douceur des percussions et la sombritude calme de la viole de gambe, vers une sensibilité raffinée, ancrée dans le présent et pour autant sans concessions.

Et puis la pluie s’est invitée... Et avec elle, la réaction spontanée du public invitant les spectateurs prévenants à venir ouvrir leurs parapluies pour protéger les musiciennes et leurs précieux et fragiles instruments anciens.

 Merveilleux moment de respect et de galanterie. Dépitée, la pluie est allée se faire voir ailleurs…

Atine, mot persan qui veut dire « réunies » mais aussi « inédit ». Comment faire plus explicite ?

 

Stéphane Barbier Stéphane Barbier

Anselme Koba

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.