Carton rouge pour la FIFA

Depuis le début de cette coupe du monde au Brésil, une gêne revient immanquablement pour tout amateur de ballon rond: les matches joués à 13 heures, heure locale, soit 18 heures "cheunou", sont de moindre qualité tant la chaleur est étouffante

Depuis le début de cette coupe du monde au Brésil, une gêne revient immanquablement pour tout amateur de ballon rond: les matches joués à 13 heures, heure locale, soit 18 heures "cheunou", sont de moindre qualité tant la chaleur est étouffante. Hier soir, l'alléchante affiche France-Allemagne n'a abouti qu'au pénible spectacle de joueurs cloués sur le gazon vert, cherchant en permanence un second souffle impossible à trouver. Les Allemands ayant eu la chance de marquer en tout début de partie, il ne leur restait plus qu'à attendre que le temps passe en espérant que les jeunes joueurs français n'aient pas la réussite espérée. Comme rien ne se passa, l'Allemagne put passer le tour de cette manière peu glorieuse, à la différence du Mexique précédemment et de l'Italie contre l'Uruguay lors des matches de poules.

Visiblement, la FIFA privilégie la manne des droits de télévision au détriment de la qualité du spectacle sportif et sans grand respect pour les athlètes. On parle souvent de la future coupe du monde au Qatar avec cette difficulté pour les Européens d'accepter qu'elle se passe en hiver. Pourtant, il y a quatre ans, la coupe du monde en Afrique du Sud se déroulait dans l'hiver africain, ce qui ne gênait aucun européen, tant que ça se passe en été pour nous... ou tant que ça se passe le jour et le soir pour nous, peu importe pour les aficionados du reste du monde.

Autant dire qu'une coupe du monde en Australie ne verra pas le jour de sitôt car la FIFA n'aurait pas les moyens de faire jouer les matches autrement que pendant nos heures de sommeil (il nous arrive pourtant bien de descendre aux premières lueurs du jour quelques pintes dans les pubs lors des coupes du monde de rugby!)... Carton rouge donc pour une organisation corrompue qui, finalement, préfère l'argent au sport et contribue à donner le pire exemple des écarts de richesse dans le monde de nos jours!

Carton rouge aussi pour l'équipe du Brésil et son entraîneur: en voulant systématiquement nuire au stratège colombien James Rodriguez (révélation et vraie star de ce Mondial!) hier soir, la réaction dans le même style d'un autre joueur colombien conduisit le stratège brésilien Neymar directement à l'hôpital... Bravo à Scolari qui tient tant à faire de ses joueurs des soldats maîtres de leurs émotions. Nous sommes très loin d'une fête du football quand on voit cette équipe jouer...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.