« Fachosphère », « conservatosphère » ou « réacosphère » : les mots ne manquent pas. Mais aucun ne permet de rendre compte de la place occupée par l’extrême droite sur le Web français, car tous recouvrent des courants et des communautés bien différentes. Pour établir une cartographie synthétique, nous avons passé au crible 377 sites et blogs situés à la droite de la droite ou à sa périphérie.

ATTENTION : tous les blogs cités dans cette carte ne peuvent pas nécessairement être considérés comme étant à l’extrême droite de l’échiquier politique. Ils y figurent néanmoins car ils font référence auprès d’une communauté qui, elle, fait partie de la droite de la droite. Il s’agit donc plus d’une carte représentant des réseaux d’influence que des communautés figées.

 


Pas une, mais des communautés

blogs-reacs-300x261.png

 

 

En rouge, à gauche : les blogs à tendance réactionnaire, comme François Desouche, Fromage Plus, I Like Your Style, French Carcan ou encore Brèves 3.0. Beaucoup revendiquent le terme, arborant une étiquette « réacosphère» sur leurs pages.

blogs-tradis-300x261.png

 

 

En jaune, en bas : les sites traditionnalistes, tournés vers la religion catholique et la sauvegarde de ses valeurs. On y trouve pêle-mêle : Le Salon Beige, Liberté Politique, le blog de Bernard Anthony

 

blogs-fn-300x296.png

 

 

 

En bleu foncé, à droite : les blogs liés au Front national. A côté des sites officiels du FN et de Marine Le Pen, on y trouve des blogs d’élus comme ceux des conseillers régionaux FN Pascal Erre (Champagne-Ardenne) ou Michel Guiniot (Picardie) ainsi que des blogs de partisans comme Yann Redekker.

blogs-droite-nationale-281x300.png

 

 

 

En rose, à droite : la droite nationale. Ce sont tous les sites et blogs liés aux autres mouvances de l’extrême droite française : le blog de Thomas Joly (secrétaire général du Parti de la France), les sites de section locale de la Nouvelle droite populaire ou encore le site du mouvement Renouveau français.

 

 

blogs-identitaires-300x281.png

 

En violet, en haut à droite : les identitaires. Tous ces sites sont liés au Bloc identitaire. Ils comprennent les officiels (celui du parti ou le site de campagne d’Arnaud Gouillon), les sites des sections régionales (Aquitaine, Île de France, Jeune Bretagne…) ainsi que ceux tournés vers l’actualité (Novopress et ses déclinaisons locales).

blogs-antisionistes-300x298.png

En vert, en haut : les antisionistes. Cette communauté est relativement petite par rapport aux autres. En font partie des sites de réflexion comme Geostrategie, des sites proches d’Alain Soral (comme Egalité et Réconciliation) ou encore le site du Parti Antisioniste (PAS).

 

 

 

 

 

En gris : catégorie indéfinie. Il s’agit des sites que l’on ne peut classer dans aucun des groupes cités plus haut, soit parce qu’il n’existe pas de réelle communauté structurée autour des thèmes qu’ils développent (exemple : Observatoire de l’Europe), soit parce qu’il s’agit de sites situés à la frontière entre différentes catégories, à l’image de Polemia, au centre de la carte.

Certaines tendances, comme les royalistes, n’apparaissent pas ici car ils ne font pas partie de communautés suffisamment structurées.

 

carte-extreme-droite-legende.png

Star system

 

Chaque communauté s’organise autour de sites pivots. Représentés par des pastilles plus grosses, on mesure leur influence aux nombres de liens pointant vers leurs pages.

Du côté de la communauté traditionaliste, Le salon beige reste la référence première. Créé en 2004 par trois blogueurs, on y parle d’actualité « en abordant des sujets que les médias traitent à travers un prisme idéologique, comme l’immigration, l’insécurité, l’étatisme […] et la perte de souveraineté nationale », comme l’explique l’un de ses fondateurs, Michel Janva. Le blog revendique aujourd’hui 20 000 visiteurs uniques quotidiens.

 

nouvelle-carte_CALQUES-17.png

 

 

La communauté des réactionnaires est également très structurée, avec des blogs fortement connectés entre eux. Parmi eux, c’est François de souche qui occupe la première marche du podium. Ce site vient de franchir la barre des 50 millions de visiteurs depuis sa création en 2005 et en accueille aujourd’hui environ 80 000 par jour. Sa position centrale dans la carte témoigne de son succès auprès des autres communautés.

 

nouvelle-carte_CALQUES-16.png

 

La stratégie des identitaires

Aux côté des réactionnaires, les identitaires représentent sans conteste la communauté la plus structurée de la droite de la droite sur le web français. Un peu moins connectés aux autres courants (position un peu plus excentrée), leurs liens forment néanmoins un maillage particulièrement dense.

 

Si, sans surprise, le site officiel du Bloc identitaire y fait référence, le plus cité reste Novopress. Ce site a été créé par Fabrice Robert (chef de file du Bloc identitaire) et se présente comme une « agence de presse internationale ». En sa qualité d’organe d’information -ses articles sont très souvent repris dans Google actualités- il est régulièrement cité par de nombreux blogs issus d’autres communautés, ce qui explique la place centrale qu’il occupe dans cette carte. Une position qui prouve l’efficacité de la stratégie du Bloc identitaire : faire de la propagande politique sous couvert d’informer.

nouvelle-carte_CALQUES-09.png

 

Olivier Clairouin

Merci infiniment à Alexandre Léchenet (Owni.fr) et Marine Turchi (Mediapart) pour leur aide précieuse.


——————————————————————————————————————————————

 

D’où vient cette carte ?

Pour réaliser cette cartographie, nous avons utilisé un système de « crawl » permettant de répertorier l’ensemble des liens entrants et sortants d’un site.

A partir d’un échantillon de départ constitué d’une cinquantaine de sites reconnus comme étant situés à la droite de la droite, nous avons ainsi pu obtenir une liste de quelques centaines de sites connectés les uns aux autres. Parmi eux, nous avons éliminé les sites d’information généraliste ainsi que les blogs qui n’étaient plus alimentés depuis trop longtemps.

Nous avons ensuite utilisé Gephi, un logiciel de visualisation cartographique. Ce dernier nous a permis de mettre la carte en place en prenant en compte le nombre de liens liant chaque site aux autres, puis de mettre en valeur les différentes communautés (« clusters »).

 

Les limites de la méthode

 

Une subjectivité nécessaire

Chaque site figurant sur cette carte a été visité et validé comme pouvant faire partie de la droite de la droite. Ce choix repose inévitablement, au moins en partie, sur une forme de subjectivité. Nous avons néanmoins essayé de nous appuyer au maximum sur les éléments observés dans les pages de ces sites : type de propos tenus dans les articles et dans les commentaires, types de blogs cités à l’intérieur des articles ou au sein des « blogrolls » (les listes de sites « amis »).

 

Lier n’est pas assimiler

Si un blog figure sur cette carte cela signifie qu’il est une source référente, qu’il gravite au sein ou en périphérie d’un milieu structuré autour de grands thèmes communs. Être mentionné ne signifie donc aucunement que son site est « facho » mais atteste simplement d’une forme de connexion avec une communauté située à la droite de la droite.

 

Une typologie floue

La deuxième difficulté concerne la dénomination des catégories. Ce n’est en effet pas parce que des blogs se citent de temps à autre sur un sujet particulier qu’ils partagent forcément les mêmes points de vue. Si la carte permet de montrer qu’il existe différentes communautés au sein de la droite de la droite, ces dernières ne forment néanmoins pas des ensembles aux frontières imperméables et aux idées parfaitement homogènes.

Article initialement publié le 13 mai sur le site de Trans Europe Extrêmes

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.