Billet de blog 13 juil. 2021

Macron enterre la santé publique

Les annonces faites par le président de la République ce lundi 12 juillet contreviennent aux fondements de la santé publique. Inéthiques, inefficaces, elles vont renforcer les divisions dans la société alors que l'adhésion vaccinale repose sur le sens du collectif.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – 13 juillet 2021

OTMeds (Observatoire de la Transparence dans les Politiques du Médicament)

Vaccination dans le monde : des annonces dérisoires

Pour garantir un accès universel et effectif à la vaccination et lutter contre les inégalités mondiales, Emmanuel Macron s'est contenté dans ses annonces de valoriser une politique de dons, qui a montré toutes ses limites : moins de 2 % des personnes vivant en Afrique sont vaccinées. Il y a un mois pourtant, le président de la République s'engageait à soutenir à l'OMC la levée des brevets demandée depuis octobre 2020 par l'Inde et l'Afrique du sud, seul moyen d'augmenter rapidement la production mondiale. L'allocution de ce lundi soir constitue donc une nouvelle régression par rapport aux engagements passés de la France.

La contrainte est un levier inéthique et contre-productif

Extension du Pass Sanitaire, obligation vaccinale pour les soignants, tests PCR payants : l'essentiel des mesures annoncées pour garantir l'adhésion vaccinale en France passe par la contrainte. Les travaux en santé publique et les nombreuses expériences de terrain ont montré que la contrainte était le plus souvent contre-productive, notamment en matière d'adhésion vaccinale.

En l'espèce:

  • Le président de la République assimile non-vaccinés et promoteurs de discours anti-vaccins pour omettre les inégalités dans l'accès au système de santé. Les revenus, l'origine, le handicap, le territoire sont par exemple des facteurs accroissant les inégalités vaccinales. Le travail de l'État pour les lever a été inexistant. Rendre les tests PCR payants ou étendre le pass sanitaire pénaliseront donc des personnes déjà confrontées à des inégalités. Que va-t-il par ailleurs se passer pour les personnes pour qui le vaccin est contre-indiqué?

  • Rendre les tests PCR payants pour les non-vaccinés, c'est rendre l'accès au dépistage plus difficile pour la population qui en aura le plus besoin. C'est une aberration en matière de santé publique et de lutte contre la pandémie.

  • Rendre les tests PCR payants pour les non-vaccinés, c'est conditionner la gratuité d'un dispositif de santé à un jugement moral sur leur choix. Cela pourrait amener à ne plus rembourser des soins contre le cancer pour des fumeurs, par exemple.

  • Concrètement, une personne non vaccinée souhaitant accéder aux espaces publics sans discontinuité devra-t-elle effectuer 15 tests PCR par mois à ses frais ?

  • Quel travail le gouvernement a-t-il effectué pour faire baisser les prix des tests PCR et des vaccins ?

L'adhésion vaccinale ne se décrète pas par des mesures qui divisent, mais par de la pédagogie et la recherche du collectif

  • En refusant de répondre aux interrogations des personnes qui s'inquiètent des vaccins, en les assimilant tous aux militants des mouvements obscurantistes anti-vaccins, le président de la République ne peut que renforcer ces derniers en leur donnant des arguments faciles pour convaincre. Il polarise ainsi un débat dans des postures simplistes, l'opposition contre l'obligation, là où la nuance et la pédagogie sont indispensables.

  • Les pouvoirs publics ont consacré des moyens dérisoires pour assurer de la pédagogie sur les vaccins contre le COVID-19 et répondre aux inquiétudes légitimes d'une part de la population. De même, les efforts fournis par le gouvernement pour contrer le discours des anti-vaccins, notamment sur les réseaux sociaux, ont été totalement insuffisants.

  • La confiance vaccinale se construit par la transparence. Depuis le début de la crise, les dirigeants politiques ont refusé d'exiger toute la transparence sur les essais menés, en grande partie financés par l'argent public. Pourtant, cette transparence aurait permis d'informer plus vite, et de façon nuancée, de l'intérêt et des limites de chaque vaccin, d'élaborer et mettre à jour des stratégies en pensant les produits de façon complémentaire. Une telle transparence doit être mise en place sur les candidats vaccins actuels et sur toutes les recherches.

  • Alors que la société est éprouvée par les 18 derniers mois de crise sanitaire et sociale, alors que l'enrichissement des plus riches depuis le début de la pandémie est avéré, annoncer s'en prendre aux retraites est une énième provocation d'un pouvoir incompétent et injuste.

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot