Billet de blog 23 sept. 2021

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Vaccins Covid et crise mondiale : où est l’éthique, où est l’efficacité ?

Deux mois après la mise en place du « Pass sanitaire » en France, les inégalités dans l’accès aux vaccins à l’échelle de la planète se creusent de plus en plus. Le danger criant que ces inégalités font courir non seulement aux personnes dans les pays pauvres, mais aussi dans les pays riches, doit conduire à un changement radical de politique.

Mérôme Jardin
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Communiqué de presse – Jeudi 23 septembre 2021

Observatoire de la transparence dans les politiques du médicament (OTMeds)

Les inégalités, un danger pour tous et toutes

Si la vaccination massive dans les pays du nord permet aujourd’hui de limiter l’afflux de patient-es vers les hôpitaux et de limiter les contaminations, le manque d’accès à la vaccination dans les pays en développement compromet la lutte globale. En d’autres termes : non seulement ce manque d’accès condamne des milliers de personnes dans les pays pauvres, mais en plus, il augmente le risque que la pandémie ne finisse pas dans nos pays. Laisser le virus circuler au sud, c'est augmenter les risques d'émergence de nouveaux variants, plus virulents, dont certains pourraient résister aux vaccins existants.

Et cela fait le jeu de l’industrie pharmaceutique, en particulier Pfizer et Moderna qui aujourd’hui contrôlent le marché mondial de vaccins et souhaitent prolonger leurs ventes et leurs bénéfices sur la durée.

Des inégalités criantes et des atteintes à l'éthique

Dès le lancement des campagnes vaccinales, en décembre 2020, les pays riches, qui représentent à peine 14 % de la population mondiale, avaient acheté 96 % des vaccins les plus prometteurs. Moins de 1 % des 6 milliards de doses administrées dans le monde l'a été dans des pays pauvres, 80 % de ces doses ont été livrées aux pays riches. La Suède par exemple a reçu 9 fois plus de vaccins de Pfizer que tous les pays à bas revenus ensemble.

L’augmentation de la vaccination dans les pays riches, notamment ceux d'Europe de l’ouest, se fait aujourd’hui aux frais de principes éthiques. C'est le cas avec le gâchis de doses non utilisées et accaparées par ces pays. La France a acheté bien plus de de ses besoins nationaux en vaccins. Et des pays d’Europe de l’ouest commencent à octroyer massivement des troisièmes doses à des personnes déjà vaccinées, bien que l'Organisation Mondiale de la Santé ait à appeler à un moratoire sur ces « boosters » et qu'aucune étude ne tend à prouver sa nécessité à ce stade de la pandémie.

Presqu’un an après la mise sur le marché des vaccins de Pfizer et Moderna, les pays en développement n’ont toujours pas l’autorisation de produire ces vaccins pour vacciner leur population. L'Europe, et en son sein la France, refuse toujours de soutenir la demande de levée des barrières de propriété intellectuelle déposée il y a maintenant un an à l'Organisation Mondiale du Commerce.

Pourtant, l’importance de la vaccination est reconnue par les gouvernants des pays riches, puisque des pass sanitaires ont été mis en place. Une récente étude menée par l’Université de Sienne et publiée dans la revue Scientific Reports estime que l’accent doit être mis sur l’accès aux vaccins dans les pays en développement. C'est une nouvelle preuve scientifique que les inégalités vaccinales au niveau mondial menacent tout le monde.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Ceci n'est pas mon féminisme
Mardi 20 septembre, un article publié sur Mediapart intitulé « Face à l’immobilisme, les féministes se radicalisent » a attiré mon attention. Depuis quelque temps, je me questionne sur cette branche radicale du féminisme qu’on entend de plus en plus, surtout dans les médias.
par Agnès Druel
Billet de blog
Il n’y a pas que la justice qui dit le juste
Dans les débats sur les violences sexistes et sexuelles, il y a un malentendu. Il n’y a pas que l’institution judiciaire qui dit le juste. La société civile peut se donner des règles qui peuvent être plus exigeantes que la loi. Ce sont alors d’autres instances que l’institution judiciaire qui disent le juste et sanctionnent son non respect, et ce n’est pas moins légitime.
par stephane@lavignotte.org
Billet de blog
Cher Jean-Luc
Tu as dit samedi soir sur France 2 qu’on pouvait ne pas être d’accord entre féministes. Je prends ça comme une invitation à une discussion politique. Je l'ouvre donc ici.
par carolinedehaas
Billet de blog
La diffamation comme garde-fou démocratique ?
À quoi s’attaque le mouvement #MeToo par le truchement des réseaux sociaux ? À la « fama », à la réputation, à la légende dorée. Autrement dit à ce qui affecte le plus les femmes et les hommes publics : leur empreinte discursive dans l’Histoire. Ce nerf sensible peut faire crier à la diffamation, mais n’est-ce pas sain, en démocratie, de ne jamais s’en laisser conter ?
par Bertrand ROUZIES