Billet de blog 17 mars 2008

Visite de Nicolas Sarkozy au plateau des Glières

Samuel KUHN
Enseignant d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Demain, mardi 18 mars 2008, Nicolas Sarkozy doit se rendre au plateau des Glières, en Haute-Savoie.

Haut lieu symbolique de la Résistance, le plateau des Glières abrita entre janvier-mars 1944 près de 465 maquisards sous le commandement du lieutenant Tom Morel, puis du capitaine Anjot. Aujourd’hui, le plateau est devenu le lieu de sorties pédagogiques. Chaque année, des milliers d’élèves viennent avec leurs enseignants tenter de comprendre ce qui a forgé la légende de la Résistance, admirant au passage le monument du sculpteur Emile Gilioli. La visite du musée de Morette, dans la vallée, les aide ensuite à compléter leurs cours pour mieux replacer l’événement dans le contexte plus large de la guerre.

Monument de la Résistance du plateau des Glières (Cliché : Conseil Général de Haute-Savoie)

Ce n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy se rend au plateau. A l’occasion de la dernière élection présidentielle, l’idée lui était même venue d’en faire un lieu de pèlerinage mémoriel et civique. En guise de consensus, l’initiative suscita surtout l’indignation. Le candidat de l’U.M.P. fut accueilli le 13 mai 2007 par une foule nombreuse soutenue par quelques figures de la Résistance haute savoyarde, au premier rang desquelles Walter Bassan, ancien résistant et déporté à Dachau, Robert Lacroix, ancien résistant, Constant Paisant, ancien résistant et maquisard des Glières.

Ce n’était pas tant le droit de rendre un hommage aux hommes tombés au combat qui était contesté au candidat Sarkozy, que sa volonté (déjà) de vouloir récupérer un symbole historique, de le réduire au seul sacrifice, pour mieux contrôler le débat public et tenter d’introduire un culte unanimiste de la nation. Et puis, s’indignait Walter Bassan : « non seulement il usurpe des situations, mais il a un programme politique qui tourne le dos au programme du Conseil National de la Résistance ».

Demain, au plateau des Glières, l’ambiance devrait être plus calme. A en croire Le Dauphiné libéré (14/03/08), l’entourage du président a décidé de faire dans la sobriété et en petit comité (selon la même source, une lettre aurait été envoyée de l'Elysée, et signée du président, aux rescapés du maquis afin de prévenir toute polémique). En guise de réaction, seulement quelques communiqués de presse. Pas de manifestation annoncée. De la lassitude ? Peut-être.

De la résignation, certainement pas.

Samuel Kuhn

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Politique économique
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin
Journal
Variole du singe : « J’ai un ami qui l’a attrapée, ça m’a convaincu de me faire vacciner »
Selon les derniers chiffres, 25 000 personnes ont été vaccinées en France contre le Monkeypox. Une campagne jugée insuffisante par certaines associations. Le gouvernement s’en explique par les difficultés logistiques liées au stockage des doses. Reportage au Checkpoint, à Paris, qui a déjà vacciné un millier de personnes.
par Christophe Gueugneau

La sélection du Club

Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement