Billet de blog 18 mars 2008

L’histoire, pour quoi. Petite chronique locale.

Samuel KUHN
Enseignant d'histoire-géographie
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est un jeudi. Un jour comme un autre aux archives départementales. Bonjour. Clés de vestiaires récupérées à l’accueil. Affaires déposées. Bloc-notes et crayon à papier. Quelques-uns flânent devant la machine à café délivrant un breuvage infect.

En salle d’inventaire une jeune étudiante qui entame un travail sur l’histoire d’une inondation découvre avec un peu d’appréhension les méandres de la série S (Travaux publics et transports). En salle de lecture, bondée ce jour-là, l’ambiance feutrée est rompue par une discussion animée entre deux septuagénaires généalogistes. Monsieur A., célèbre figure de l’érudition locale, membre de nombre de sociétés savantes locales, se charge de les rappeler vertement à l’ordre. Avec forces minauderies rougissantes, les deux dames s’exécutent. Un étudiant lève vers elles un regard agacé et se replonge dans ses archives préfectorales. Monsieur F., chercheur en retraite, émérite professeur médiéviste, ne s’est pas laissé distraire, lui, de son cartulaire. Les yeux plongés sur des archives de fonds privés, je songe qu’une fois encore il fait décidemment trop chaud dans cette salle.

Vendredi. Je fais un saut au musée. Quelques détails à régler en prévision d’une visite d’étudiants. Je savoure le calme et la fraîcheur du lieu. Je contemple les œuvres illuminées qui contrastent avec la pénombre du lieu et je songe à cette belle phrase de Jean-Noël Pelen : « La traversée mentale de cette pénombre, de l’obscur au clair, c’est la traversée de l’histoire ».

En sortant, je repense à la conférence que j’ai donné le week-end précédent à la Société C., honorable institution savante fondée il y a plus de 120 ans. La présence de jeunes collègues enseignants fut à peine suffisante pour diminuer la moyenne d’âge d’un public essentiellement composé de retraités. Une quarantaine de personnes venues écouter un jeune universitaire s’exprimer sur les liens qui unissent la pratique de l’histoire locale au sentiment d’appartenance à un territoire. Certes, le public des sociétés savantes n’est plus tout à fait le même. Les notables et instituteurs, anciens porte-parole de l’érudition locale, ont quelque peu cédé la place à un public plus diversifié. Les professionnels de la culture, les universitaires, côtoient désormais les retraités. La massification de l’université entamée dans les années 1960 a également changé le profil de ce type d’institutions. Sans être des historiens professionnels, nombre de ces érudits locaux ont pourtant fait des études d’histoire à l’université et se targuent, parfois non sans raison, de leurs compétences en la matière. La presse régionale elle-même aime à laisser leur place aux chroniqueurs de cette histoire locale.

Samedi matin. Au bureau de tabac-presse à l’angle de ma rue, j’achète mon quotidien préféré. L’esprit à mes réflexions de la veille, je me demande ce que peut bien représenter l’histoire des universitaires au regard de celle de ces praticiens amateurs de l’histoire locale. Sans doute peu de choses, ne puis-je m’empêcher de penser en regardant autour de moi. Sur un présentoir trônent en effet quantité non négligeable d’ouvrages d’histoire locale et régionale. Celle-ci a ses éditeurs spécialisés et ses réseaux commerciaux.

A la librairie C., petite librairie indépendante où se relaient séances de dédicaces et « cafés littéraires », le constat est le même. Les étagères près de l’entrée regorgent de ces ouvrages improprement qualifiés de « régionalistes ». Pour les livres spécialisés d’universitaires, il faudra se contenter de quelques titres. Il faut dire qu’il n’y pas d’université ici. Qu’est-ce qui peut bien motiver cette dame qui demande à la libraire si le dernier opus de Monsieur G., Chronique des rues de ma ville, est disponible ? Ici, les débats sur l’instrumentalisation du passé par le président semblent loin.

Pourquoi l’histoire à l’échelle locale ? Ou plutôt l’histoire pour quoi ? Pour combler un déficit de tissu social ? Pour satisfaire à quelque tendance passéiste, à la volonté de tout conserver et au refus de jeter ? A un certain goût du macabre ? La « beauté du mort » semble guider ce nouveau rapport au passé. L’histoire fait peut-être alors fonction de mythe ; non pas tant au sens légendaire du terme qu’au sens d’un récit qui se réfère au passé pour éclairer le présent. Vieil héritage de l’idée d’exemplarité de l’historia magistra vitae jamais tout à fait disparue.

Une semaine écoulée. Bribes d’histoire partout. L’histoire pour quoi ; l’histoire pour soi ; l’histoire comme construction identitaire. Postulée comme vecteur de mémoire partagée, elle est racontée et représentée comme référence et socle d’identification. Un capital symbolique en somme. Elle introduit une relation personnelle au passé du lieu qui permet de s’approprier le territoire.

Un socle identitaire forgé sur l’enracinement, sur la continuité.

Samuel Kuhn

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Afrique
La crise climatique attise les tensions au Kenya
Les questions d’écologie sont absentes des discours des candidats aux élections générales du mardi 9 août. Pourtant, avec un régime de pluies devenu « imprévisible », le pays subit fortement les conséquences du dérèglement climatique, qui aggrave des tensions existantes.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Afrique
Le pays suspendu à un scrutin à haut risque
Mardi 9 août se déroulent au Kenya des élections générales. Alors que la population fait face à une crise économique et à une forte hausse des prix, ce scrutin risque de déstabiliser ce pays clé de l’Afrique de l’Est. 
par Gwenaelle Lenoir
Journal — Écologie
Petits canaux contre « idéologie du tuyau », une guerre de l’irrigation
Très ancrés dans les territoires montagneux du sud de la France, prisés par les habitants, les béals sont encore vitaux pour de nombreux agriculteurs. Mais cette gestion collective et traditionnelle de l’eau se heurte à la logique de rationalisation de la ressource des services de l’État.
par Mathieu Périsse (We Report)
Journal
Climat : un été aux airs d’apocalypse
Record de sécheresse sur toute la France, feux gigantesques en Gironde, dans le sud de l’Europe et en Californie, mercure dépassant la normale partout sur le globe… Mediapart raconte en images le désastre climatique qui frappe le monde de plein fouet. Ce portfolio sera mis à jour tout au long de l’été.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Loi pouvoir d'achat : Macron & Borne veulent prolonger notre ébriété énergétique
[REDIFFUSION] 42°C en Gironde. 40°C en Bretagne. 20 000 hectares partis en fumée. Lacs, rivières et sols s'assèchent. Les glaciers fondent. Que fait-on à l'Elysée ? On reçoit le président des Emirats Arabes Unis pour importer plus de gazole. A Matignon ? On défend un projet de loi « Pouvoir d'achat » qui vise à importer plus de gaz du Qatar et des Etats-Unis. Où est la sobriété ?
par Maxime Combes
Billet de blog
Pour la rentrée, préparons la riposte !
Bientôt, les vacances seront terminées. Et beaucoup se demandent maintenant de quoi sera fait leur avenir avec un gouvernement qui n’a concédé presque rien aux salariés, aux retraités et aux chômeurs en termes de pouvoir d’achat.
par Philippe Soulié
Billet de blog
Le pouvoir d'achat des fonctionnaires vampirisé par quarante ans de néolibéralisme
Lorsque la spoliation du pouvoir d'achat des fonctionnaires devient une institution sous la Cinquième République...
par Yves Besançon
Billet de blog
La grosse entourloupe de l'AAH
Alors qu'on parle de la victoire de la déconjugalisation de l'AAH, alors qu'on cite les augmentations de ce minima social comme une exception du macronisme, personne ne parle d'une des plus grandes entourloupes des dernières années : la suppression du complément de ressources de 180 euros pour les nouveaux admis dans le système.
par Béatrice Turpin