Rythmer les pulsations de la vie et du monde

« J’écris comme les numéros qui se succèdent, dans le rythme et l’urgence. J’écris pour les vivants, dans une langue qui s’adresse aux derniers rangs », dédicace de Lisette Lombé en première page de son recueil poétique, « Brûler, Brûler, Brûler ».

Brûler, Brûler, Brûler © Edmey Brûler, Brûler, Brûler © Edmey
Poing levé, puissante, déchirante, virevoltante, Lisette Lombé (née en 1978), slame, clame, rythme par les mots, les rimes, la poésie et les collages, ses luttes militantes, ses engagements politiques (antiraciste, anticapitaliste, résolument féministe), sa rage des injustices, ses réflexions de femme, de mère, d’enseignante. 

Dans les pas d’Angela Davis à Toni Morrison, cette belgo-congolaise défend avec passion toutes les minorités s’appuyant sur sa chair métissée et son parcours atypique.

Artiste et créatrice plurielle, écrivaine, formatrice de slam, co-fondatrice du Collectif L-Slam, elle anime des ateliers pédagogiques, passerelles entre le monde de l’art et celui du monde du travail. La ville de Liège l’a faite citoyenne d’honneur en 2017 pour sa démarche activiste et pour celle d’ambassadrice du slam aux quatre coins de la Francophonie. 

Semeuse de graines, passeuse de vie et de chemin de traverse, naturelle et sans interdit, son dernier recueil de vingt slams explore la triple épaisseur du bois cherchant les flammèches dans les richesses infinies de l’épaisseur sémantique des mots : 

Brûler, c’était hier : le feu du burn-out, de l’auto combustion, de celles et ceux qui reviennent des profondeurs de l’abîme et qui cherchent de nouveaux chemins pour se retrouver.

" … Tendre l’oreille en poétesse,

Glaner les premiers mots,

Garder les premiers mots.

La fillette mordit l’ombre de son père

Qui déjeunait dans le silence

Des mille et un viols

De sa candeur

arctique… "

Extrait du slam : Mangaka cherche poétesse.

Brûler, c’est aujourd’hui : le feu de l’épanouissement individuel inséparable de l’émancipation collective, sortir de l’ombre, exister.

"Je sens la fatigue des bénévoles et des travailleuses pressées comme des citrons à peu de frais et qui portent des slogans autour du cou comme des Sisyphe ou des mulets. Celles qui rechargent leurs batteries de sens aux dates symboliques pour tenir le reste de l’année académique, celle à une étincelle du cramage intégral et à qui on peut déjà dire au revoir, là, cette après-midi…"

Extrait du slam : Cycloparade. 

Brûler, ce sera demain : le feu poétique donné par la force et la densité des mots, la beauté des images, des collages, sources de partages de maux, de colères, de récits, de vécus, d’avenir. 

"… Ils répètent qu’un jour le monde s’arrêtera de courir

Aussi brutalement que vous vous êtes effondrés.

 Ils répètent qu’un jour on aura à nouveau besoin de vous.

Pour faire du bruit.

Pour que les regards restent complexes.

Pour que les mômes de demain grandissent

en un seul morceau,

Ne se pendent plus,

Ne se flinguent plus,

De tristesse ou de honte…"

Extrait du slam : Petit Personnel. 

Femme de cœur, sensible mais déterminée, artiste exceptionnelle, elle fait battre sans contexte le nôtre et son art ne laisse pas indifférent. En tout cas, aux détours de son recueil, de ses vidéos, de ses prises de position, elle a fait battre le mien sur ce chemin inconnu de la poésie du slam.

La vie, la poésie, ancrées sur la peau...

"Pas d'épanouissement individuel sans émancipation collective. Pas de scènes sans partage, pas de littérature sans slam, pas d'artistique sans éducation populaire, pas de culturel sans social, pas de démocratie sans paroles citoyennes, pas de poésie sans engagement, pas de vie sans poésie." dit la poétesse avec sa verve innée et talentueuse.

LE TEMPS N'EST PLUS A SE TAIRE !

 « Brûler, Brûler, Brûler » de Lisette Lombé : recueil sorti en octobre 2020, collection L’ICONOPOP (Editions L’Iconoclaste)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.