3 trucs en passant, mais sans liens apparents !

Au sujet de divers faits récents, 3 petits tours et puis parfois rien au bout, à part quand même de la souffrance et des réactions tellement épidermiques que l'on se questionne beaucoup sur les aptitudes de certains... à prendre des décisions !

Fait 1 :

Polémique après la suspension d’un imam dans la Loire

Le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin, a demandé jeudi 22 juillet la révocation du religieux, qui officie à Saint-Chamond. En cause, une citation du Coran, jugée sexiste, prononcée lors d’un prêche.

 Le scénario s’est déroulé en trois jours et trois actes : un prêche, un tweet et un courrier. Mardi 20 juillet à Saint-Chamond (Loire), pour la fête de l’Aïd, des centaines de croyants se sont rassemblés sur un terrain en plein air, à côté de leur mosquée en construction. Au terme de son prêche, l’imam Mmadi Ahamada a cité un extrait de la sourate 33 du Coran : « Femmes musulmanes, tâchez d’obéir aux droits d’Allah et à ceux de vos époux, restez dans vos foyers et ne vous exhibez pas de la manière des femmes d’avant l’islam. »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Fermetures et surveillance de mosquées : comment l’Etat détermine ses cibles

Le prêche a été diffusé en direct sur Facebook. Aussitôt, une conseillère municipale Rassemblement national de la ville, Isabelle Surply, a publié l’extrait en question sur Twitter – avec une erreur : elle a remplacé « aux droits » par « au doigt » – pour le dénoncer. Jeudi 22 juillet, le ministre de l’intérieur Gérald Darmanin a demandé par courrier à la préfète de la Loire, Catherine Séguin, de convoquer l’association qui gère la mosquée pour la sommer « de se séparer » de l’imam, et d’instruire « le non-renouvellement de son titre de séjour ».

Le jour même à 16 heures, la préfète s’est exécutée et a convoqué les intéressés. Dans la foulée, l’imam a été suspendu provisoirement de ses fonctions par la mosquée. Le lendemain, sur Twitter, Gérald Darmanin a déclaré qu’il avait été « mis fin aux fonctions » de l’imam et Isabelle Surply s’est félicitée : « Victoire ! Suite à mon alerte, la préfecture a été saisie par Darmamin pour demander la destitution de l’imam… »

Jeudi 29 juillet, une semaine après la convocation, il n’y avait toutefois ni destitution ni révocation. Aucune décision n’a été formellement notifiée ni à l’imam ni à la mosquée. Et si cela devait être le cas, un obstacle se dresserait face au ministère : la difficulté de justifier une telle révocation du point de vue légal, sachant que l’imam est salarié en CDI par l’association qui gère la mosquée. Et que cette dernière a d’ores et déjà saisi un cabinet d’avocats à Lyon.
Prêtres, pasteurs et rabbins pourraient s’inquiéter

Jusque-là, les sanctions prises à l’encontre d’imams ou de mosquées l’ont été à la suite de propos d’incitation à la haine ou de soutien à des actions terroristes. Jamais sur la base d’une lecture d’extraits du Coran. Si la décision du ministre devait se confirmer, alors prêtres, pasteurs et rabbins pourraient s’inquiéter. Un passage de la Bible dit par exemple : « Femmes, soyez soumises à vos maris » (Lettre aux Ephésiens, 5, 22-24). Il deviendrait dès lors interdit de le citer en public. Joints par Le Monde afin de savoir quel texte de loi légitime leur action, ni la préfète de la Loire ni le ministre de l’intérieur n’ont répondu.

L’enchaînement précipité des événements interroge sur l’adéquation entre la gravité de l’injonction ministérielle et le profil de l’imam. « Tous les religieux citent des textes sacrés, explique ce dernier. Je n’ai jamais défendu l’inégalité entre hommes et femmes. Au contraire, je sermonne les hommes pour qu’ils respectent leurs épouses. » Le 11 juin, Mmadi Ahamada a évoqué dans un prêche « les droits de la femme », souligné que le mari devait être « doux » et avoir « un bon comportement » avec sa femme, et il a cité le Coran : « Il est obligatoire que tu respectes ton épouse, tu dois être bienfaisant et juste avec elle. »

Arrivé des Comores en France en 2013 comme étudiant, Mmadi Ahamada a obtenu une licence en sciences de l’éducation à l’université de Saint-Etienne. Père de famille, salarié depuis cinq ans, il ne comprend pas la menace d’expulsion. « J’ai essayé d’expliquer à la préfète que cela briserait ma vie, mais elle ne m’a pas laissé parler », confie-t-il. Imam à Saint-Chamond depuis plus de trois ans, il donne des cours d’arabe et de Coran ouverts aux filles.

Lecture ouverte de la religion

Une mixité que l’on ne retrouve pas dans toutes les mosquées de France. « Je suis pour que les filles fassent des études, deviennent médecins ou ingénieurs et pas pour qu’elles restent au foyer », se défend l’imam. L’islam qu’il professe, Mmadi Ahamada l’a appris à l’Institut Mohammed VI de Rabat (Maroc), réputé pour sa lecture ouverte de la religion et officiellement chargé par la France de former ses imams.

Ni la mosquée ni l’imam n’ont fait l’objet de signalements des services de police, de la préfecture ou de la mairie. Dans Le Progrès du 23 juillet, Hervé Reynaud, le maire Les Républicains de Saint-Chamond, a plaidé en faveur des équipes de la mosquée : « Elles sont modérées et enseignent le respect et la tolérance. »
Article réservé à nos abonnés Lire aussi Le Maroc au défi de former les futurs imams français

Ce même jour, une pétition a été mise en ligne pour soutenir l’imam. Elle a été lancée par Karim Tazekritt, 31 ans, né à Saint-Chamond, assistant social dans l’éducation nationale. « Je travaille dans deux collèges et je vis dans la mixité toute l’année, explique-t-il. Je connais bien l’imam, il n’a aucun problème avec les femmes et ne prône ni la violence ni la haine. Il est toujours disponible et bienveillant. » Un point de vue partagé par au moins 6 400 personnes, les signataires de la pétition, parmi lesquels beaucoup de femmes. 

Fait 2

Publié dans le club sur le blog du GISTI.

Révoltes en centres de rétention: le gouvernement jette de l’huile sur le feu

Des personnes étrangères, à qui on reproche seulement d’être dépourvues de titre de séjour, sont enfermées dans des conditions désastreuses, qui ont encore empiré avec la crise sanitaire. La seule réponse à la légitime révolte de ces personnes a été une répression violente par les forces de police.

Fait 3

Une pétition demande à Darmanin l'inventaire des forces de l'ordre auteurs de violences conjugales

Lancée fin juillet et soutenue par une douzaine d'associations et des élues, une pétition, déjà signée près de 24.000 fois, demande au ministre de l'Intérieur un recensement des policiers et gendarmes auteurs de violences conjugales.

Pas de conclusion, ce n'est pas nécessaire. Juste un concentré de faits, 3 grains de sable, dans un désert.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.