Trafic d'armes.

Certains sont donc interpellés...

Trafic d’armes : dix personnes, dont deux militaires en activité, interpellés en France

Ce coup de filet s’inscrit dans le cadre d’une information judiciaire ouverte le 25 juin dernier. Le réseau est soupçonné d’avoir fourni des armes à des trafiquants de drogue et des militants de l’ultradroite.

Bien, bien, mais que devient celui qui a vendu des armes à un terroriste ?

[...]

Il aurait effectué des commandes d’armes par centaines ? « J’étais aux ordres des gendarmes », répond-il, imperturbable. Alors qu’en est-il ? Dans la procédure lilloise, qui l’a jugé bel et bien pour trafic d’armes, et condamné à huit ans de prison (peine qu’il a semble-t-il déjà purgée, puisqu’il se présentait ici en liberté conditionnelle), on peut lire : « A rendu des services en qualité d’informateur et a fini par croire à son impunité […] Personne responsable de sa dérive criminelle, son statut d’informateur favorisant une telle dérive. »

Procès des attentats de janvier 2015, vingt-deuxième jour : l’insupportable

Yannick Haenel · François Boucq · Mis en ligne le 2 octobre 2020

[...]

Il devient urgent de faire revenir MAM, afin qu'elle nous fabrique des terroristes d'ultra-gauche anarcho-autonome ©

Parce que les filières trafiquants de drogues et d'extrême-droite via des militaires, cela commence à suffire, non ? Protégeons ceux qui nous protègent, non ?

A écouter ceci : Occupation du Capitole aux États-Unis : un après-guerre mal négocié ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.