La Voix de son Maître

"On ne montre pas du doigt"

cest-bien-mon-petit

Il est des photos, parfois, qui résument et racontent mieux l'Histoire que de longs textes ardus.

Celle-ci, indéniablement, parle de la politique aujourd'hui, en figeant notre Méprisant 1er, presque vitrifié, presque hagard, dans une posture théâtrale dont il ne pourrait pas sortir de suite.

Le geste et la parole sont en suspensions.

Un peu comme s'il restait figé en attendant que l'homme à sa gauche termine ce qu'il est en train de lui dire, discrètement, comme s'il donnait un conseil, voire un encouragement, encouragement dont Méprisant 1er attend la fin, pour se remettre en mouvement.

Comme un élève qui attend, immobile, figé, que le Maître termine sa leçon. On devine sur le visage du Maître toutes les attentions qu'il exprime envers son élève. Son regard est bienveillant mais aussi on y voit de la rigueur, voire une certaine sévérité qui peut surgir.

La différence de taille, l'un plus grand que l'autre, accentue cette image de leçon qui est donnée, en direct.

Le Maître dit-il à Méprisant 1er :"on ne montre pas du doigt", ou un propos de cette nature, tant l'élève commet une erreur, de mots, de gestes... Propos qui instantanément fige donc dans une posture grotesque ce Méprisant 1er ?

Dans tous les cas, à l'arrière, le 3e personnage n'en perd pas une miette et semble savourer ce que dit le Maître, vu qu'il émane de sa personne un regard et un sourire qui semblent montrer qu'il apprécie la manière dont le Maître donne une leçon à Méprisant 1er.

Cette photo illustre l'article :

Macron et les nababs : la lutte pour un « Fox News » à la française

Article qui nous raconte comment des gens très riches s'engagent pleinement dans une bataille de renforcement de possession de médias, afin de mieux préparer les prochaines présidentielles, tant il est important de diffuser les bonnes paroles afin de verrouiller davantage les emprises sur les cerveaux vacants.

Ces gens très riches n'ont, en la matière, pas le moindre scrupule. Il est important que le système qui les enrichit immensément se prolonge indéfiniment.

Ils ont la puissance de leurs immenses richesses, ajoutées à celle de leur petits élèves, qui sont, fort heureusement, aux postes clés de l'état.

Nous (?) les aidons grandement, car c'est nous, au final, qui les admettons à ces postes clés aux manettes de l'état, selon un procédé très subtil où on nous fait croire que c'est nous les patrons....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.