Profs positifs !

Contraints de faire cours !

Cette "anecdote" montre, s'il était encore besoin de le faire, à quel point un système est à bout de souffle, en roue libre, totalement déconnecté et pour se maintenir, de plus en plus autoritaire.

C'est même tout ce qui reste, l'autorité pour nous obliger à consentir à ce système de plus en plus ubuesque !

Le site Vice raconte comment des profs, positifs au virus, ont été contraints d'aller bosser, et (non, ne partez pas, c'est là que cela devient intéressant) ont été aussi contraints de se taire et de ne surtout pas dire qu'ils étaient positifs.

Oui, c'est possible. Cela paraît incroyable, mais cela doit être ce fameux "en même temps" de la macronie qui autorise ce très grand foutoir irresponsable et maintenant dangereux.

Nos amis allemands avaient parlé "d'Absurdistan" à notre égard, suite aux différentes volte-faces du pouvoir, aux injonctions ubuesques et répressives (car comment obtenir notre consentement, sinon par la répression et autres états d'urgences permanents, sur lequel repose ce pacte démocratique quand on se rend compte que le pouvoir est aux mains de gens à qui on ne confierais même pas la gestion d'une baraque à frites !), à l'obligation de compléter un document dérogatoire que le Conseil d'Etat reconnaît illégal...

Mais là, alors qu'on pensait que le plafond (ou le fond de la piscine) était depuis longtemps explosé par une accumulation d'errances sur absolument tous les sujets (masques, testes, vaccins), ces gens là sont encore dans une phase d'expansion tout azimut et nous démontrent leurs super-pouvoirs à fabriquer de la plus extrême stupidité déconnectée et dangereuse.

Car c'est bien là le point pour l'instant aveugle de ce pouvoir composé de malfaisants : le danger pour notre sécurité sanitaire, pour notre santé, sans omettre nos libertés.

Désormais, avec ce genre d'injonctions faites à des profs positifs au virus, ce pouvoir nous dit de la manière la plus explicite possible, qu'il se fiche complètement de la santé des gens.

C'est là le constat qui émerge, qui s'impose et qui explique les déambulations de ce gouvernement, déambulations qui jusqu'ici apparaissaient comme étant de l'amateurisme, de l'impréparation.

Eh bien non, rien de tout cela : ce gouvernement se fiche de la santé publique. De nos santés.

C'est un fait, pas une interprétation.

On peut facilement comparer ce fait, cette injonction faite aux profs positifs à retourner travailler et surtout à taire leur état avec cette rave-party où des accusations de mise  en danger de la vie d'autrui sont portés à l'encontre des organisateurs.

Enfermés immédiatement et jusqu'à 10 ans de prison ! Sans parler de la vindicte politico-médiatique prompte à les condamner !

Et là, l'institution exige que les profs aillent bosser dans le silence de leur état !

Nous ne sommes pas malades que de ce virus, non.

Ce virus nous montre à quel point des délirants au pouvoir sont en roue libre et nous menacent encore plus que le virus. Car ils sont prêts à produire des lois répressives et dangereuses afin de nous contraindre au consentement obligatoire, à la soumission, donc.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.